LMDE : quel avenir pour La mutuelle des étudiants ?

LMDE : quel avenir pour La mutuelle des étudiants  ?
La Mutuelle des étudiants gère le régime obligatoire de 900 000 étudiants et la complémentaire santé de 300 000 d'entre eux. © © Pascal Guittet

La Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN) a donné un coup d’arrêt à son plan de redressement de la LMDE. Un épisode qui témoigne de relations difficiles entre la Mutuelle générale de l’Education nationale et l’administratrice provisoire de la mutuelle étudiante. Les deux parties devront pourtant trouver un terrain d’entente pour assurer la survie de la LMDE.

Nouveau rebondissement pour la Mutuelle des étudiants, qui gère l’assurance maladie de quelque 900 000 étudiants et également la complémentaire santé de 300 000 d’entre eux : la MGEN ne reprendra finalement pas l’activité de gestion des prestations et cotisations de la LMDE. Ce transfert constituait la dernière partie du plan d’adossement adopté par la Mutuelle générale de l’Education nationale au cours de l’année 2013 pour résoudre les difficultés de fonctionnement de la mutuelle étudiante. Mais, après l’intégration d’une soixante de collaborateurs de la LMDE en charge de fonctions supports et une avance de trésorerie de 10 M€, la finalisation du plan avait été suspendue faute de visibilité sur le montant des subventions versées par la Caisse nationale d’Assurance maladie (Cnamts) pour la gestion du régime obligatoire.

Pas le scénario privilégié

Ce retard aurait notamment poussé l’Autorité de contrôle, l’ACPR, à placer, début juillet, sous administration provisoire celle qui a succédé à la Mnef. Une décision qui a, en tout état de cause, modifié la donne selon le président de la MGEN : «L’administratrice provisoire ne nous a pas fait partager ses conclusions sur la meilleure manière de redresser la LMDE. Selon nos indices, l’adossement n’est pas le scénario privilégié. J’en ai pris acte. Je proposerais au conseil d’administration de la MGEN [de ce vendredi 24 octobre, NDLR] de mettre fin au plan d’adossement que nous avions imaginé», a déclaré Thierry Beaudet, lors d’une rencontre, hier, lundi 20 octobre, avec l’Association nationale des journalistes de l’assurance (Anja).

Une version démentie

Une déclaration qui ne manque pas d’étonner à la mutuelle étudiante. Dans l’entourage de l’administratrice provisoire, Anne-Marie Cozien, on dément formellement cette version, en assurant au contraire que cette dernière a toujours défendu le scénario de l’adossement à la MGEN. A plusieurs reprises, notamment de vive voix, l’ancienne directrice générale d’Unéo aurait clairement affirmé sa préférence pour cette solution et la nécessité de la mettre en œuvre rapidement au regard de la situation de la mutuelle.

Une gestion par la Cnamts

Toujours est-il qu’à défaut d’adossement à la MGEN, c’est la solution d’une reprise de la gestion du régime obligatoire des étudiants par la Cnamts qui devrait être privilégiée. Sans remise en cause de la délégation de gestion, l’affiliation des assurés resterait du ressort de la LMDE. Une solution déjà expérimentée par certaines mutuelles de fonctionnaires, mais qui n’en demeure pas moins lourde à mettre en œuvre.

Quelque 600 emplois à préserver

Cette dernière option est cependant loin de régler tous les problèmes. La mutuelle étudiante doit faire face à de sérieuses difficultés de trésorerie et demeure l’interrogation sur le devenir de l’activité complémentaire santé de la LMDE, qui est totalement substituée par la MGEN. Si le portefeuille aurait reculé de 15% lors de la dernière rentrée universitaire, son équilibre technique serait plutôt bon. Malgré la passe d’armes sur le plan d’adossement, l’administratrice provisoire espère visiblement une reprise du dialogue sur ce terrain. En sachant qu’un échec pourrait avoir des conséquences sociales dramatiques pour les quelque 600 salariés actuels.

Un modèle à bout de souffle

La MGEN et son président demeurent convaincus de l’utilité d’une mutuelle étudiante en capacité d’apporter des prestations et des services spécifiques pour les jeunes, en matière de prévention, de couverture santé mais également d’accès au logement. «La Mutualité n’est pas centrée sur l’assurance», relèvait, devant l’Anja, Thiery Beaudet. «Le service rendu aux étudiants n’est pas à la hauteur», concède le président de la Mutualité française, Etienne Caniard, qui juge «le modèle actuel à bout de souffle». La LMDE est-elle en capacité de porter ce nécessaire renouvellement de la mutualité étudiante ? La réponse devrait venir dans les  prochains mois.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 24 juin 2022

ÉDITION DU 24 juin 2022 Je consulte

Emploi

CNA HARDY

Souscripteurs et Gestionnaires H/F

Postuler

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de conseil juridique et d'assistance contentieuse.

EPT Grand Orly Seine Bièvre

25 juin

94 - GRAND ORLY SEINE BIEVRE

Assistance à maîtrise d'ouvrage juridique, technique et financière pour le ...

SM d'Eau Potable des Sablons

25 juin

60 - SIAEP DES SABLONS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

LMDE : quel avenir pour La mutuelle des étudiants ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié