[DOSSIER] Lille, une terre d’entreprise(s) 3/6

Loin des préoccupations des start-up lilloises

Loin des préoccupations des start-up lilloises
Euratechnologies est un des symboles de la transformation digitale orchestrée dans la ville de Lille. Aujourd’hui, 120 entreprises TIC font partie de ce site, où se mêle recherche, formation et entrepreneuriat. © Pascaline Chombart / MEL

En matière d’innovation, les assureurs sont inconnus des grands réseaux, des start-up, et même de certaines instances officielles. Les acteurs du développement lillois regrettent cette absence étonnante.

Dans le petit monde de la création d’entreprise à Lille, c’est l’unanimité : les assureurs, personne ne les voit. Et pourtant… dans les réseaux d’incubation ou d’aide à l’entreprise, leur présence serait la bienvenue. « Quand un jeune s’installe, reprend une entreprise ou en crée une, il est très important qu’il rencontre des personnes liées à son business, et ce pour un conseil pratique ou un partage d’expérience », se souvient Christophe Triquet, gérant du site Web lecomparateurassurance.com. Il fait partie des tous premiers « incubés » du pôle d’excellence Euratechnologie, où il a lancé un comparateur d’assurances. Mais d’assureurs, il n’en a jamais vu. à aucune conférence, à aucun atelier, pas même à un cocktail. « Et pourtant, il est indispensable de rencontrer des gens du métier », assure-t-il. Même constat pour Ahmed Tahani. Le jeune créateur, porté par Tonic Incubation, avait pourtant démarché les assureurs pour trouver des fonds. « Avec mon outil Glasscom, je proposais d’optimiser les charges liées au sinistre. Tous les assureurs sont concernés par cette question. Mais les dossiers sont instruits à Paris, loin de nous », regrette-t-il. Résultat, pas un conseil, ni un kopeck. Choc culturel ? Le monde de l’assurance n’a pas la célérité du milieu des start-up, ni la même appétence pour le risque. Le jeune entrepreneur fonce, va de l’avant… là où l’assureur manie principe de précaution et lente réflexion…

Deux mondes trop loin l’un de l’autre ?

« Le monde de l’assurance n’est pas du tout un partenaire pour nous. Ne les cherchez pas, ils ne sont pas dans le jeune paysage économique de la région, ils ne comprennent pas nos métiers digitaux, ils n’ont pas les réponses aux nouveaux besoins générés par les start-up », tranche Amaury Flotat, président du réseau d’entrepreneurs LMI Innovation, fondateur de la société AFG et homme d’influence dans la capitale lilloise.

De fait, parmi les entreprises qui se créent, beaucoup s’appuient sur des solutions de partage de biens commun : qu’en est-il de l’assurance d’un local, d’un garage, d’un véhicule lorsqu’il est partagé ? En termes de couverture et de risques particuliers qui émergent à travers le digital, il y a aussi une lacune dans les solutions possibles. Y a-t-il insuffisamment d’impulsion donnée par Paris ou même les directions régionales pour rester proche du terrain ? Toujours est-il que les banques, qui bénéficient d’une autonomie de décision liée à leur décentralisation, sont bien en place, notamment en ce qui concerne les caisses régionales. Du coup, c’est un boulevard pour elles. Présent au tour de table pour les commissions de financement des incubés, le banquier, habitué à financer, semble moins frileux à collaborer avec une jeune entreprise. Fusse-t-elle dans l’immatériel. à la cité des échanges, Frédéric Motte, président du Medef Nord–Pas-de-Calais, ne dit pas autre chose. Lorsqu’un événement est organisé, le Crédit agricole répond présent. Les assureurs… ? Inconnus. Ou presque. Seuls AG2R et Allianz montrent une participation active. « Ils jouent la carte du territoire, parrainent des manifestations ou des initiatives sociales », se félicite Frédéric Motte. L’IESEG, école de commerce basée à Lille et Paris, a placé sa cérémonie de remise de diplôme sous l’aile d’Allianz. Mais cela demeure une exception. Du côté de Lille place financière, un club qui regroupe les acteurs du monde de la finance désireux de promouvoir les banques et les assurances, c’est la politique de la chaise vide. « Les courtiers sont dynamiques… mais les autres, ils ne sont vraiment pas très actifs au niveau de la promotion de leur métier, c’est peu de le dire », lâche un observateur qui préfère rester anonyme.

Où sont les assureurs ?

Pour trouver les assureurs, il faut penser aux réseaux à l’ancienne, ou à des structures plus lointaines. Au Rotary, dans le cadre d’un appel pour un des fonds sociaux, ou via des sociétés de capital investissement, d’actions cotées sur Alternext (bourse des PME ou d’obligations pour faciliter l’accès à l’endettement des PME). Et pourtant, au milieu de ces déceptions, une bonne nouvelle. Tout récemment, fin février 2015, Caroline Montiel a eu plus de chance. Elle pourrait être l’exception qui confirme la règle. Elle vient de remporter un concours lancé par un assureur sur MyMajorCompany. com. La jeune femme souhaitait ouvrir une boutique du « Made in France » dans le Vieux Lille. Axa avait promis un don-tremplin de 15 000 € à l’entrepreneur qui susciterait le plus d’engouement autour de son projet. Il l’a fait. Axa Factory ou encore Allianz, qui vient de lancer dans le Sud un accélérateur de start up niçois, pourraient bien être le frémissement d’une nouvelle ère. Dans le Nord, ils sont très attendus.

Les banques à l’affût des entreprises lilloises

Les caisses régionales bancaires commencent à nourrir de véritables velléités de croissance sur le segment du risque d’entreprises et ça se ressent sur le terrain lillois. Ce que confirme François Macé, directeur général de Crédit agricole Nord de France : « Ce que nous avons réussi sur le marché des particuliers, nous sommes en train de le dupliquer sur le marché des entreprises. Notre ambition 2015 est d’équiper en contrats d’assurances collectives 1 100 PME-TPE. Nous travaillons ainsi sur le projet d’un groupe de développement à moyen terme IARD entreprises. » Pour séduire ce public, ces bancassureurs jouent d’ailleurs, contrairement aux compagnies d’assurance, la carte des réseaux locaux de création comme Entreprendre ou encore LMI.

Une métropole créative

40% C’est la part de création d’entreprises concentrée dans la métropole par rapport à la région Nord–Pas-de-Calais. Lille Métropole accueille 6 sites d’Excellence : Euralille, Eurasanté, EuraTechnologies, Haute Borne, CETI et Plaine Images.

(Source : Métropole Européenne de Lille - MEL).

« Ceux qui se montrent intéressés ne sont pas assez suivis par leur hierarchie », Amaury Flottat président LMI et fondateur du groupe AFG.

« Les assureurs regardent le monde des start-up lilloises comme un investissement trop risqué, et surtout trop petit, trop loin d’eux. Malheureusement, en agissant ainsi, ils ne perçoivent pas l’intérêt à être les premiers à investir dans les entreprises de taille intermédiaire (ETI) de demain. Les courtiers ou les assureurs qui se montrent intéressés ne sont pas assez suivis par les directions régionales ou les sièges. »

« Nous sommes légitimes à participer à la coconstruction d’une nouvelle économie », Véronique Poncin, directrice régionale de la région Nord–Pas-de-Calais, Picardie au sein d’AG2R La Mondiale.

« Le Nord–Pas-de-Calais est aujourd’hui en pointe sur la réflexion concernant la 3e révolution industrielle. Chaque année a lieu le World Forum qui réunit les plus grands experts mondiaux sur la question. AG2R La Mondiale est partenaire de longue date de cet événement et accompagne plus largement cette dynamique. Au travers de nos fonds sociaux et de notre politique sociale innovante, nous sommes légitimes à participer à la coconstruction d’une nouvelle économie plus solidaire. »

Le Magazine

ÉDITION DU 29 mai 2020

ÉDITION DU 29 mai 2020 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'Assurances Biens, flotte auto, RC et personnes de la CCOG.

CCM de l'Ouest Guyanais

27 mai

973 - CC DE L'OUEST GUYANAIS

Souscription de divers contrats d assurances pour l ehpad la roussane.

Maison de retraite de Monein

27 mai

64 - MONEIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Loin des préoccupations des start-up lilloises

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié