[DOSSIER] Malakoff Médéric tourne la page de l'ère Guillaume Sarkozy 2/5

Malakoff Médéric – La Mutuelle générale : une rupture controversée

 Malakoff Médéric – La Mutuelle générale : une rupture controversée
Bernard Lemée, vice-président Medef de Malakoff Médéric. Le patronat n'a pas souhaité poursuivre le rapprochement avec La Mutuelle générale.

Le rapprochement entre le groupe de protection sociale Malakoff Médéric et La Mutuelle générale n’aura pas lieu. Mais la manière dont le Medef a précipité la rupture avec les mutualistes contre l’avis d’une majorité de syndicats interroge sur les motivations du patronat.

Le communiqué du groupe Malakoff Médéric est tombé, hier, mardi 10 mai, à 19h37 !  « Le Conseil d’administration de l’Association sommitale de Malakoff Médéric a décidé de renoncer au projet de rapprochement avec La Mutuelle Générale qui avait été prévu par leur accord du 22 janvier 2015 », annonce ce texte d’une dizaine de lignes. Et d’expliquer en substance que ledit conseil a estimé que la réalisation des conditions nécessaires à la création d’une structure prudentielle commune  - une Sgam en l’occurrence - n’était « pas compatible avec le calendrier imposé par la mise en oeuvre des exigences de Solvabilité 2 ».

Un point d'étape sur le rapprochement

Le conseil d’administration de l’association sommitale s’est effectivement réuni le matin du 10 mai afin d’abord d’approuver la nomination du nouveau directeur général du groupe, Thomas Saunier. L’ordre du jour prévoyait également un point sur l’état d’avancée du groupe Massena, ces dix administrateurs de Malakoff Médéric et de La Mutuelle générale qui se rencontrent régulièrement afin de finaliser le protocole de rapprochement entre les deux acteurs conclu le 22 janvier 2015. La Sgam n’a pu être mise en place comme prévu au 1er janvier 2016 à la suite de la « crise » qui a engendré le départ de Guillaume Sarkozy.

Le Medef opposé au nouveau protocole

Et c’est à l’occasion de ce point d’étape que Bernard Lemée, chef de file des administrateurs Medef, a annoncé que le collège patronal était opposé au nouveau protocole négocié par le groupe Masséna. Une prise de position qui a suscité une vive réaction des cinq organisations syndicales du conseil. Leur déclaration commune fait état de leur « incompréhension », souligne les avancées obtenues par le groupe d’administrateurs - « Nous sommes désormais proches d’un accord avec le projet avenant N°2 élaboré par le groupe Massena et validé par Patrick Sagon à l’exception de la politique commerciale. » - et conclue : « les organisations syndicales […] croient toujours au rapprochement, à ses conditions de réussite élaborées en commun et demandent que les discussions et négociations avec LMG se poursuivent. »

Aucun vote sur la rupture

Bref, on est loin de l’unanimité que laisse entendre le communiqué – même si la CGT après avoir signé la déclaration syndicale aurait réaffirmé son opposition au projet ! - et d’ailleurs le conseil n’a procédé à aucun vote sur le sujet. Une réunion du groupe Massena était prévue la semaine prochaine. « C’est un passage en force ! », dénonce un représentant syndical. Selon nos informations, La Mutuelle générale aurait refusé de signer conjointement ce communiqué, exigeant toutefois que les réelles motivations de la rupture ne soient pas précisées. Et de fait, ce problème de compatibilité avec le calendrier de Solvabilité 2 paraît tiré par les cheveux.

Perte de contrôle ou de confiance

Les réels motifs justement n’apparaissent pas si clairement. Si ce n’est que depuis quelques jours, les syndicats percevaient bien le manque d’envie du Medef. Est-ce la peur de perdre le contrôle du groupe dans la mesure où le patronat n’aurait détenu qu’un tiers des sièges dans la future Sgam, à égalité des organisations syndicales et de La Mutuelle générale ? Ou alors une perte rédhibitoire de confiance envers des dirigeants mutualistes qui avaient dans une premier temps réussi à obtenir de Guillaume Sarkozy beaucoup de leviers de commande dans la future Sgam.
« Le président, Patrick Sagon, était dirigeant effectif et conservait la main sur toute la structure mutualiste », décrypte un bon connaisseur du dossier. Avant finalement d’accepter dans le cadre du nouveau protocole Massena d’être un président non exécutif. »Nous avons été trop gourmands », reconnaissait voilà quelques semaines un représentant mutualiste déjà pessimiste sur l’issue du projet.

Humanis, le plan B

« Il est toujours très complexe de rapprocher mutualistes et paritaires », relève un administrateur. Et justement La perspective d’un plan B du Medef est également évoquée. L’échec du projet avec la Mutuelle générale ouvrirait grand les portes d’un rapprochement  plus orthodoxe avec le groupe Humanis. Certains administrateurs patronaux de ce dernier déploieraient beaucoup d’énergie dans ce sens. « Mais ce n’est pas notre plan B », réagit un syndicaliste, qui évoque «un grand gâchis».

La Banque postale et son réseau

Pour ses défenseurs, ce rapprochement, qui aurait abouti à un chiffre d’affaires de plus de 4,5 Md€ en assurance de personnes, avait du sens et du potentiel, d’autant plus qu’il intégrait la Banque postale et son très beaux réseau de distribution. Bref, la constitution d’un joli groupe et d’un redoutable concurrent «qui n’aurait pas forcément arrangé les affaires des compagnies», glisse un syndicaliste en référence au poids aujourd’hui de l’assurance au sein du Medef.

Des coopérations commerciales

Le communiqué évoque la poursuite de discussions avec La Mutuelle générale, voire avec la Banque postale afin de « développer des coopérations commerciales ». Mais selon la déclaration commune des organisations syndicales le devenir du partenariat avec la Banque postale, concernant le développement en assurance santé et la gestion d’actifs, est «une question primordiale pour l’avenir de Malakoff Médéric». Autant dire que ce dossier de rapprochement ouvert en septembre 2014 est loin d’être refermé !

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Malakoff Médéric – La Mutuelle générale : une rupture controversée

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié