Maria : plus fort que prévu, l’ouragan frappe la Martinique et la Guadeloupe

Maria : plus fort que prévu, l’ouragan frappe la Martinique et la Guadeloupe

Après avoir touché la Martinique, l’ouragan, reclassé en catégorie 5, a frappé la Guadeloupe. 

Deux semaines à peine après le passage d’Irma, qui a dévasté les îles de Saint Martin et Saint Barthélemy, générant 1,2 Md € de dégâts selon CCR, c’est au tour de Maria de frapper les Antilles. L’ouragan, bien plus fort que prévu, qui a été reclassé lundi en catégorie 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson, a frappé la Martinique dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 septembre, avant de se diriger vers la Guadeloupe.

En Martinique, la Sécurité Civile a recensé "deux blessés très très légers" et "des dégâts matériels peu importants".  Des dégâts sur les routes, des glissements de terrain et quelques débordements de rivières, sans grave conséquence, ont ainsi été observés.

En Guadeloupe, le cyclone d'un niveau « potentiellement catastrophique », selon le National Hurricane Center (NHC) américain, a fait deux morts, deux disparus et de nombreux blessés. Le préfet Eric Maire a constaté "plusieurs inondations" dans la région de Pointe-à-Pitre, ainsi que "des submersions sur le littoral du sud Basse-Terre". Il relève, pour l'heure, "peu de dégâts sur le bâti", même si "plusieurs toitures se sont envolées".

#MARIA À Pointe-à-Pitre la pluie s'intensifie et le vent a changé de sens.La Prudence reste de mise #Guadeloupe pic.twitter.com/Hjr6xKbRoO

50% des particuliers assurés

Il est encore trop tôt pour évaluer les pertes assurées. Mais les dégâts générés par Maria devraient être de moindre ampleur que ceux provoqués par le cyclone Hugo, qui avait dévasté la Guadeloupe en 1989. Ce dernier avait fait 15 morts, détruit plus de 60% de la canne à sucre, mis 35 000 personnes à la rue, généré plus de 152 millions de francs d’évaluation des pertes de matériel et d’exploitation dans la grande hôtellerie et nécessité 466 M de francs pour remettre sur pieds le secteur bananier.

Le paysage de l’assurance est atypique aux Antilles : le taux de pénétration de l’assurance n’est que de 50% en Martinique et en Guadeloupe. Quelques assureurs seulement sont présents : Generali France via sa filiale à 100% GFA Caraïbes, Allianz France et Groupama. GFA Caraïbes, dont le siège est situé à Fort de France en Martinique, dispose de 6 agents sur ces îles, 16 bureaux directs et travaille avec 48 courtiers.

Les Antilles sont couvertes par le régime public des cat’ nat’ depuis 1990. Celui-ci a été étendu aux dégâts commis par la force des vents par la loi d’orientation de l’outre-mer en 2000. Tout particulier ou entreprise qui assure ses biens au moyen d’une police dommages bénéficie d’une extension de garantie en cat’ nat’. Une surprime de 12% s’applique aux particuliers disposant d’une assurance habitation et aux entreprises et de 6% pour les assurés auto. La Caisse Centrale de Réassurance (CCR) intervient ensuite en tant que réassureur public, soit en quote-part en prenant à sa charge au moins 50% du sinistre, soit en garantie « stop loss » (excédent de perte) pouvant aller jusqu'à prendre en charge la totalité du sinistre.

Emploi

SIACI

Gestionnaire Sinistres Construction H/F

Postuler

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation de correspondent banking.

Caisse des Dépôts

21 mars

75 - CAISSE DES DEPOTS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Maria : plus fort que prévu, l’ouragan frappe la Martinique et la Guadeloupe

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié