Maroc : deux nouvelles compagnies se lancent sur le marché

Maroc : deux nouvelles compagnies se lancent sur le marché

Deux nouvelles compagnies vont voir le jour au Maroc : la mutuelle Taamime Chaabi, qui va distribuer des produits d’assurance vie, et le réassureur Mamda Ré, qui vise les marchés africains. Ces deux nouvelles compagnies sont un signal fort pour le marché marocain dont les derniers agréments datent des années 1980.

De mémoire d’assureurs marocains, les derniers agréments délivrés aux opérateurs du secteur remontent au début des années 1980. C’est dire si l’avis favorable rendu la semaine dernière par la Commission administration, issue du Comité consultatif des assurances, chargé d’étudier les projets de loi et d’octroyer ou de retirer les agréments aux intermédiaires, apparaît déjà comme l’évènement de l’année dans le secteur. Reste cependant au ministère des Finances à valider la décision qui, logiquement, devrait aller dans le même sens.

Mutuelle distribuant des produits vie

Doté d’un capital de 50 M de dirhams (4,5 M€), dont 49 M détenus par la Mutuelle Centrale Marocaine d’assurances (MCMA) et le reste par la Banque Centrale Populaire, la mutuelle Taamine Chaabi distribuera  exclusivement des produits d’assurance vie. L’actionnaire majoritaire, MCMA, est une émanation de la  Mutuelle agricole marocaine d’assurances (MAMDA), l’une des plus grosses mutuelles d’assurance du pays, qui, en dehors des risques agricoles, propose des produits d’assurance classiques.  La Banque Centrale Populaire est le second acteur bancaire du pays, après le groupe Attijariwafa Bank. Au Maroc, il dispose du premier réseau de distribution (1250 agences en 2013) et a été l’une des premières au début des années 1980 à proposer un contrat de type bancassurance.

Dans tous les cas, les deux parties se connaissent bien, puisque la Banque Centrale Populaire commercialise déjà des produits mis au point la MCMA. En créant avec son partenaire actuel une mutuelle spécialement dédiée à la clientèle de la banque, la Banque Centrale Populaire va donc loger une activité qui existe déjà dans une entité juridique distincte. La BCP, étant promoteur de la mutuelle au coté de la MCMA, elle sera plus agressive dans l’offre produits et dans la collecte de l’épargne », parie un observateur du secteur.

Il est vrai qu’au Maroc, la bancassurance est  un modèle qui fonctionne bien. « Depuis plusieurs années déjà, la branche vie et capitalisation est passée devant l’automobile », tient à rappeler Bachir Baddou, directeur général de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR). A tel point que les banques marocaines cherchent à dupliquer ce modèle en Afrique comme l’a fait en 2013 le groupe Attijariwafa Bank en créant  une compagnie d’assurance vie en Tunisie. La BCP est déjà présente en Afrique à travers sa filiale, la Banque Atlantique

Lancement d’un deuxième réassureur

Aux côtés de Taamine Chaabi, Mamda Ré est le second opérateur qui devrait voir prochainement le jour. Il s’agit d’une compagnie de réassurance portée par la Mamda, l’américain Partner Re et la Mutuelle centrale de réassurance (groupe Monceau Assurances). Elle est dotée d’un capital d’1 milliard de DH (89,2 M€), dont la moitié apportée par la Mamda. Mamda Ré va bénéficier du statut Casablanca Finance City. Cette nouvelle place financière développée dans la capitale économique du royaume, délivre des avantages spécifiques en matière de fiscalité et de services à condition de réaliser 75% de son chiffre d’affaires en dehors du territoire national. Mamda Ré interviendra dans la réassurance des risques agricoles, principalement sur les marchés africains. Sans faire ombrage donc à la Société centrale de réassurance (SCR) qui était jusque là l’unique opérateur de réassurance sur le marché marocain, spécialisée dans les risques industriels.

Si cette double annonce sonne comme une bonne nouvelle pour la place marocaine de l’assurance, elle n’est pour autant pas synonyme d’une libéralisation à tout va. « Il faut laisser aux opérateurs marocains, encore fragiles, le temps de se renforcer. Le feu vert a été donné à ces deux opérateurs pour accélérer le développement du secteur. En aucun cas pour prendre des parts de marché aux acteurs existants », prévient Bachir Baddou, de la FMSAR.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

Natixis Assurances

CONTRÔLEUR DE GESTION EPARGNE (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Maroc : deux nouvelles compagnies se lancent sur le marché

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié