[DOSSIER] Les temps forts du 8e Congrés national des courtiers [...] 7/8

Micro-trottoir au congrès de la CSCA : le courtier est-il un animal social ?

Micro-trottoir au congrès de la CSCA : le courtier est-il un animal social ?

Légers murmures et mouvements dans le grand amphithéâtre de la Bourse lorsque Henri de Castries, PDG d’Axa, qualifie les courtiers d’animal social, à l’occasion de l’allocution d’ouverture de la 8e édition du Congrès national de la CSCA. Plus tard, à l’heure du déjeuner, les commentaires vont bon train, et les avis sont partagés sans pour autant diviser l’assistance. Un dirigeant du grand courtage n’est absolument pas gêné d’être traité «d’animal», car, pour lui, «les familles de l’assurance sont en quelque sorte des «espèces» différentes qui forment un monde. Quant au caractère social, il va de soi. Nous sommes dans un métier de relation et de contact qui ne peut s’en extraire.»

Au centre de la relation social

Voilà un point qui rassemble en effet, et qui, pour certains, sert même de socle à l’avenir, comme le souligne un courtier implanté au bord de la Méditerranée : «Ce que l’on vit actuellement nous remet, nous, courtiers, au centre de cette relation sociale, et ce à tous les stades de la chaîne de valeur de l’assurance. C’est fondamental et moteur pour tous nos développements à venir.» Un constat que fait également un spécialiste du marketing connecté appliqué au courtage, pour qui le qualificatif «social» adossé à l’«animal» est de loin le plus important qu’il préfère associer au mot «réseau».

«Ca m'a réveillé !»

Il n’est pas le seul… Et c’est presqu’un électrochoc pour un courtier croisé dans les allées du congrès, qui n’hésite pas à dire que «les propos d’Henri de Castries m’ont réveillé. Je me rends compte qu’il faut que j’avance dans ce sens sans prendre prétexte de la taille de mon cabinet pour attendre». Quelques pas plus loin, un autre courtier lance tout en marchant : «Je ne suis pas certain qu’une page Facebook face d’un courtier un animal social...», faisant référence à la remarque du PDG d'Axa qui estimait qu'aujourd'hui, être courtier (ou agent général) sans avoir de page Facebook revenait à créer une entreprise sans avoir le téléphone !

Viser la dématérialisation en amont de l'acte de vente

Mais le mot de la fin revient à un responsable courtage d’une grande compagnie : «Le courtier animal social, sans doute. Mais acteur des réseaux sociaux, pas encore. Ce qui ne me semble pas si grave, si, par ailleurs, les courtiers sont conscients qu’ils doivent œuvrer à la dématérialisation en amont de l’acte de vente. Là, c’est très important, et les compagnies peuvent les y aider.»

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 septembre 2021

ÉDITION DU 17 septembre 2021 Je consulte

Emploi

Institution de Prévoyance Caisse de Retraite supplémentaire

RESPONSABLE AUDIT INTERNE h/f

Postuler

Institution de Prévoyance Caisse de Retraite supplémentaire

JURISTE CONFIRMÉ EN ASSURANCES h/f

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation d'un Commissaire aux comptes 2022-2027

Nantes Métropole Habitat, OPH de la Métropole Nantaise

17 septembre

44 - NANTES METROPOLE HABITAT

Prestation de DPO (Data Privacy Officer) externalisée.

Agence Nationale des Fréquences

17 septembre

94 - ANFR

Marché d'assurances.

Ville de Plombières les Bains

17 septembre

88 - PLOMBIERES LES BAINS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Micro-trottoir au congrès de la CSCA : le courtier est-il un animal social ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié