Marseille : le Grand Conseil de la Mutualité en cessation de paiement

Marseille : le Grand Conseil de la Mutualité en cessation de paiement

Premier réseau de santé à but non lucratif en Provence, le Grand Conseil de la Mutualité (GCM) va se déclarer officiellement, mardi 8 novembre, en cessation de paiement. Une audience du tribunal de grande instance (TGI) de Marseille va décider ce jour-là de l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire ou d’une liquidation, une perspective redoutée par les 1 200 salariés et les quelque 200 000 usagers accueillis chaque année par GCM. A la tête de 11 centres de santé dans les Bouches-du-Rhône, de centres dentaires, d'optique, de pharmacies et de la clinique de Bonneveine à Marseille, la structure a enregistré un déficit de 4 M€ en 2010 pour un chiffre d’affaires de 80 M€ et prévoit un perte de 4,5 M€ cette année. Une manifestation de soutien est prévue devant la préfecture, toujours le 8 novembre prochain, pour réclamer une intervention de l’Etat et des collectivités territoriales.

Un projet alternatif des syndicats
Sandra Cammilleri-Allais, la présidente du GCM, assure cependant que les centres de santé ne fermeront pas et qu’aucun licenciement n’est à l’ordre du jour. La clinique de Bonneveine, en revanche, devrait être cédée à un repreneur à but non lucratif. Accusée de n’avoir pas tout mis en œuvre depuis un an pour répondre à « l’urgence économique » par Dominique Eddi, secrétaire du syndicat des médecins du GCM, qui soupçonne aussi la Mutualité de « vouloir se désengager de cette offre de santé », la direction de GCM demande aux médecins généralistes d’augmenter leur productivité, en réalisant 6 000 consultations par an au lieu des 4 000 actuellement, « pour couvrir les charges ». Les syndicats du GCM considèrent, pour leur part, que la structure est « viable ». Ils affirment préparer un « projet alternatif » impliquant les collectivités territoriales dans le financement des centres et sollicitent l’intervention du préfet de Région. Pour Jean-Paul Benoit, président de la Mutualité Française PACA et vice-président des Mutuelles de France, « Si les centres de santé sont remis en cause, nous assisterons dans les prochains mois à une explosion de la fréquentation des urgences. Tout le monde doit prendre ses responsabilités. » (de notre correspondant régional)

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 03 avril 2020

ÉDITION DU 03 avril 2020 Je consulte

Emploi

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

INFOPRO DIGITAL

Commercial sédentaire en BtoB H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Marseille : le Grand Conseil de la Mutualité en cessation de paiement

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié