Mutuelles Audiens : les raisons d'un départ

Mutuelles Audiens : les raisons d'un départ
Le groupe de protection sociale Audiens couvre les personnels de la presse, du spectacle et de l'audiovisuel

Au-delà des divergences sur la gouvernance du futur groupe prudentiel , les deux mutuelles du groupe Audiens invoquent des raisons plus profondes pour justifier le divorce avec l’institution de prévoyance. Elles devraient se tourner désormais vers un partenaire mutualiste

Le 22 juin dernier, un communiqué d’Audiens annonçait de manière plutôt laconique la démission des deux mutuelles du groupe de protection sociale de la presse, du spectacle et de l’audiovisuel, à la suite d’un vote de leur assemblée générale respective. Ce départ de la mutuelle Audiens (livre 2) «fait notamment suite à des divergences sur la gouvernance et l’organisation au 1er janvier 2017 en SGAPS (société de groupe d’assurance de protection sociale) des institutions d’assurance membres du groupe, comme recommandé par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution», pouvait-on lire dans le communiqué.

Des causes plus profondes

« La négociation sur la Sgaps a cristallisé les tensions », reconnaît Laurent Joseph, président de la Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication.  Et de fait, la mutuelle et l’institution de prévoyance ne sont pas parvenues à trouver un « équilibre » sur la répartition des sièges au sein de la future entité prudentielle. Mais à écouter le responsable mutualiste, les causes seraient bien plus profondes et elles auraient conduit la Mutuelle des Réalisations Sanitaires et Sociales de la Communication (MRSSC) – livre 3 – à claquer également la porte.

Constituer un pôle mutualiste

 « Nous n’avons pas pu trouver notre place au sein du groupe », assure le président mutualiste, qui évoque  « une vision stratégique non partagée ». « Nous revendiquions la constitution d’un pôle mutualiste. Or le groupe a bloqué toute tentative de rapprochement avec des mutuelles des autres groupes de l’Alliance pro », souligne Laurent Joseph, qui insiste également sur les divergences concernant la répartition du portefeuille santé : « La généralisation de la complémentaire santé exigeait de revoir le positionnement de la mutuelle, uniquement sur l’individuel, sous peine d’être voué à disparaitre. »

Autre élément ayant pesé dans la décision : le projet de création d’un centre médical qu’aurait engagé le groupe Audiens  et qui serait directement entré en concurrence avec l’actuel centre René-Laborie de la rue de Turbigo (Paris IIe), géré par la MRSSC , «au niveau de la patientèle, comme des professionnels de santé ».

Un départ accéléré  

Le communiqué du 22 juin précisait que les deux mutuelles avaient 18 mois pour partir. Mais a priori, les mutualistes pourraient quitter le groupe bien plus tôt.  « La politique de dénigrement actuel est regrettable. On accélère le processus », confie Laurent Joseph. «La désimbrication est facilitée  par le fait que la gestion des prestations et cotisation est déléguée à GFP», poursuit le président, avant d’ajouter :  « Nous appliquerons les dispositions du code du travail. Une centaine de salariés sont impliqués dans le fonctionnement de la mutuelle, ce qui représente 20 à 25 ETP. Il n’y a aucune nécessité de réaliser un plan social. » La recherche d’un nouveau partenaire est bien engagée et si le conseil d’administration n’a encore pris aucune décision vis-à-vis des trois candidats sélectionnés, le nom d’un grand groupe mutualiste revient avec insistance.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

ALLIASS

Gestionnaire sinistres IARD Confirmé H/F

Postuler

Natixis Assurances

CONTRÔLEUR DE GESTION EPARGNE (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Mutuelles Audiens : les raisons d'un départ

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié