Digital : nouvelles usines, nouvelles assurances ?

Digital : nouvelles usines, nouvelles assurances ?
Les usines, de plus en plus modernes, nécessitent des assurances sur-mesure (Elcimaï Réalisations)

La transformation digitale gagne aussi les usines. Construits ou réhabilités, les bâtiments industriels modernes pourraient, d'ici 5 ans, bénéficier d'une baisse de primes d'assurance grâce, notamment, à la maintenance prédictive (capteurs, ...).

Le numérique s'immisce dans la construction et la réhabilitation d'usines avec des conséquences qui seront à prévoir, à moyen terme, pour les assureurs construction. En effet, l’assurance construction ne bénéficie pas, sur le plan actuariel, de la même temporalité que les autres couvertures plus traditionnelles. Il y est certes, également question de fréquence et d’intensité de sinistres, mais leur historisation prend à minima 5 à 6 ans contre un an dans l’automobile, par exemple. Les vices, surtout graves, se révèlent avec le temps, d'où la garantie décennale obligatoire.

Aujourd'hui, avec la mutualisation des productions, l'optimisation des outils industriels (robots...), la collecte pertinente de données qui tracent l’entretien effectué sur les bâtiments… une nouvelle ère digitale s’ouvre aux assureurs de sites industriels. Le promoteur spécialisé Elcimaï Réalisations, partenaire de MMA Entreprise*, conseille ainsi à ses clients d'utiliser une maquette numérique pour mieux cartographier leurs risques et les différents tenants et aboutissants de leur chantier.

le sur-mesure se développe

Cet outil de conception digital, s'il ne réduit pas encore réellement le montant des primes permet à MMA Entreprise de raisonner à l'échelle globale, mais de manière pointue, pour délivrer un tarif à la carte. Vu que ces chantiers font « appel à des capacités importante», dixit Nicolas Diné, ingénieur souscripteur bris de machine de MMA Entreprise, la personnalisation numérique n'est pas neutre !

Récemment, le coût d'assurance d'une usine ultra-moderne de fabrication et de conditionnement de produits cosmétique (22 000 m2 rassemblant un magasin d’articles de conditionnement, le stockage de matières premières, des ateliers, des locaux sociaux, un restaurant d’entreprise et des bureaux) a ainsi pu être évalué avec précision à 467 000 € TTC hors perte d'exploitation anticipée (montant resté confidentiel). « Pour une couverture de 67 000 000 €, cela représente une charge d’assurance de 0,7% », précise Stéphanie Vitry, agent  général MMA Entreprise, à la manette pour coordonner les différents silos métiers utilisés chez Covéa (cyber risques, décennale, prévention…) dans ce projet. MMA Entreprise a précisément dû assurer les dommages ouvrage et tous risques chantier de la construction (25 M€ HT de frais de construction pour le client), puis le transfert de machines et installations (42 M€).

L’apport de la maintenance prédictive

Face à de tels montants, promoteurs et directeurs d'usines souhaitent faire baisser le montant des primes. De nouveaux matériaux porteront peut-être leurs fruits comme le béton précontraint qui, en se mariant avec l’acier, offrirait une résistance infaillible aux dommages dans le temps dès lors que les assureurs pourront le prouver, mais les espoirs se fondent surtout sur la maintenance prédictive.

Ainsi, le jour où des fibres optiques placées en hauteur sur un chantier complexe et reliées à un ordinateur mesureront en temps réel les chocs thermiques, l’anticipation sera optimale et la prise en compte assurantielle inévitable. « Nous préférons intervenir de façon préventive pour rajouter des renforts en fils de carbone plutôt que gérer l’ouvrage qui s’écroule », confirme Robert Brunel, ingénieur expert souscripteur construction de MMA Entreprise. L’usage de capteurs devrait se développer en ce sens.« Mais c’est encore un élément nouveau dans le BTP », prévient Christophe Chauvet, directeur de développement d'Elcimaï Realisations.

Encore un culte du secret

D'autres mesures simples de prévention et de transparence permettent aussi d’amoindrir la note d'assurance : connaître, par exemple, le temps exact de remplacement d’une pièce ou de jours de stocks possibles, disposer d’un autre site de stockage etc. « Il y a un culte du secret dans certaines industries qui ne nous permet pas de dimensionner le produit d’assurance correctement », regrette Stéphanie Vitry. Enfin quand le sinistre arrive, le numérique en place dans ces usines du futur permettra aussi d'ôter les doutes des experts quant au défaut d’entretien de l’assuré. Connectés, les bâtiments traceraient la venue des équipes de maintenance.

* N°2 sur le marché de l'assurance construction des PME, ex-aequo avec Axa, derrière SMABTP.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 22 novembre 2019

ÉDITION DU 22 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de service assurance annulation.

Ile de la Réunion Tourisme, Comité Régional du Tourisme

22 novembre

974 - ST PAUL

Assurances dommage ouvrage et tous risques chantier

Communauté de Communes Tarn-Agout

22 novembre

81 - CC TARN ET AGOUT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Digital : nouvelles usines, nouvelles assurances ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié