Groupama tourne la page des années de crise

Groupama tourne la page des années de crise
Le siège de Groupama à Paris (8e).

La disparition programmée de Groupama SA acte le retour aux valeurs mutualistes. Sorti de la tourmente financière, le groupe souhaite repartir en croissance et rêve d’attirer à lui de petites mutuelles.

« Nous remettons l’église au centre du village. » C’est ainsi que le directeur général de Groupama, Thierry Martel, promu en 2012 à la tête du groupe afin de le sortir de l’ornière financière, acte le retour aux fondamentaux. Finis les rêves de grandeur capitaliste de son prédécesseur Jean Azéma. Lors de la prochaine assemblée générale, le 7 juin, l’organe central de Groupama, transformé en 2003 en société anonyme capitalistique Groupama SA, va redevenir une société d’assurance mutuelle (SAM). La Caisse nationale de réassurance mutuelle agricole Groupama sera désormais responsable de la réassurance des caisses régionales et des filiales d’assurance du groupe.

Promulguée en décembre?2016, la loi dite Sapin 2 a laissé 18 mois à Groupama pour transformer sa structure. Les travaux ont débuté : une nouvelle entité, Groupama Holding Filiales et Participations, a été enregistrée au tribunal de commerce en août 2016. Ce holding intermédiaire détiendra, après la disparition de Groupama SA, les filiales d’assurance et services en France, ainsi que les filiales à l’international. La Caisse nationale de réassurance mutuelle conservera, elle, en direct, la détention des filiales immobilières et financières (Groupama Asset Management, Épargne Salariale).

Thierry Martel réaffirme ainsi l’identité mutualiste du groupe. « La création de Groupama SA a rompu la cohérence interne de Groupama en y introduisant une relation capitaliste. L’organe central n’a pas vocation à dégager des profits pour redistribuer des dividendes », a expliqué le directeur général lors de la présentation des résultats annuels. Désormais, les caisses régionales seront sociétaires de la Caisse nationale de réassurance et détiendront 100 % des droits de vote en assemblée générale. Leurs actions Groupama SA seront converties, à cet effet, en certificats mutualistes.

De la tourmente…

La création de Groupama SA devait préfigurer l’entrée en Bourse de l’organe central, dont rêvait l’ex-directeur général. Un chapitre définitivement refermé. « Jean Azéma souhaitait introduire Groupama SA en Bourse. C’est contraire aux valeurs d’un groupe d’assurance mutuelle. Heureusement, d’ailleurs, que cela n’a jamais pu se faire, étant donné les mésaventures financières du groupe ! », s’exclame une responsable syndicale. Des années de crise qui auraient pu coûter très cher.

En 2006, Jean Azéma fixe un cap : faire de Groupama l’un des dix premiers assureurs européens à horizon 2012. Pour y parvenir, il multiplie les acquisitions à l’étranger : Grèce, Italie, Roumanie, Hongrie, Bulgarie, Slovaquie, Turquie… L’inter­national pèse alors 30 % du chiffre d’affaires de Groupama SA. Une soif de conquête qui mène l’assureur dans la tourmente financière. Fortement exposé à la dette grecque et à des actifs souverains risqués, le groupe manque de se noyer lorsque la crise de la dette éclate en 2011. L’agence de notation Standard & Poor’s dégrade sa note de crédit. C’est alors la survie du groupe qui est en jeu : les syndicats écrivent au ministre de l’Économie – à l’époque, François Baroin – pour lui demander que Groupama soit recapitalisé.

Une crise aujourd’hui surmontée, s’enorgueillit Groupama, qui a restauré sa solidité financière au moyen d’un grand ménage dans ses participations et ses actifs financiers. Thierry Martel, qui a débuté sa carrière comme commissaire au contrôle des assurances, s’est délesté de la branche IARD de Gan Eurocourtage, de Groupama Private Equity ainsi que des filiales au Royaume Uni, en Espagne et en Pologne. L’exposition aux marchés financiers est fortement réduite : les actions représentent aujourd’hui 6,3 % du portefeuille d’actifs, contre 14 % en 2011.

… à la santé retrouvée

Groupama a restauré ses fonds propres, aujourd’hui de 8,9 Md€. Son ratio de solvabilité progresse, à 174 %, sans mesures transitoires au 31?décembre 2017, contre 149 % un an plus tôt. Groupama s’est aussi redressé sur le plan opérationnel. Son chiffre d’affaires (13,8 Md€ en 2017) connaît une croissance équilibrée : + 2,9 % en vie et + 2,9 % en non-vie. Son ratio combiné en dommages tombe à 98,9 %, alors que la moyenne de l’ensemble du secteur se dégrade. « Nous sommes rentables sur notre métier de l’assurance », se félicite Jean-Yves Dagès, président de Groupama. La prochaine étape ? « Nous allons repartir en croissance ! »

Oui, mais comment ?, s’inquiète-t-on déjà en interne. Pas question de revivre la course effrénée à l’international qui a failli causer la chute du groupe. Et puis, l’étranger a un prix, si on souhaite atteindre la taille suffisante : promotion de la marque, coûts réglementaires…

Le groupe, qui s’est débarrassé l’an dernier de sa filiale portugaise qui « coûtait cher en capital », « ne s’interdit rien si une opportunité se présente. Mais il est plus frileux », confirme une source syndicale. À l’heure de la consolidation dans le secteur, comme en témoignent les mariages annoncés entre Macif et Aesio, ou AG2R La Mondiale et Matmut, l’heure serait plutôt au développement de partenariats.

Thierry Martel ne cache pas son ambition d’attirer de petites mutuelles, selon une logique de « rapprochement souple ». Tout en « conservant leur gouvernance », ces dernières pourraient mutualiser avec Groupama leurs data lakes, mais aussi certains contrats en auto ou en MRH. « Nous souhaitons créer un hub pour nos confrères mutualistes », explique-t-il. « La transformation de l’organe central en SAM n’est-elle pas une étape préalable à la création d’une Sgam (société de groupe d’assurance mutuelle) afin d’accueillir d’autres structures ? », s’interroge une source syndicale. Un projet aux contours encore flous.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation d'un délégué à la protection des données.

Communauté de communes de Castelrenaudais

23 mars

37 - CC DU CATELRENAUDAIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Groupama tourne la page des années de crise

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié