La Macif pose ses jalons en Algérie

La mutuelle vient de signer un partenariat avec un assureur public algérien, la SAA. Il marque le retour des assureurs français sur place.

La Macif vient de conclure un partenariat stratégique (sans lien capitalistique) avec un acteur de choix en Algérie, la Société nationale algérienne d'assurances (SAA). Cette compagnie publique, créée en 1963, affiche un bilan solide : 13,4 milliards de dinars (DZD), soit près de 130 ME de chiffre d'affaires, pour un résultat net de 664 MDZD (6,43 ME). Elle vient par ailleurs d'être recapitalisée, portant son capital de 45 à 160 ME.

D'importants besoins en formation

En outre, la SAA est l'un des principaux assureurs IARD en Algérie, avec 26,5 % du marché, essentiellement en auto de particuliers. Il faut dire que les autres types d'assurances (risques d'entreprises, MRH ou assurances de personnes) y sont très peu développés, voire inexistants. L'accord porte sur trois axes de coopération. Tout d'abord, la formation. « La SAA a des besoins très importants en la matière, pour ses équipes commerciales, techniques ou managériales. Nous les recensons actuellement et nous accueillerons rapidement des cadres de la société pour leur dispenser les formations nécessaires », explique Roger Iseli, directeur général de la Macif.

La deuxième déclinaison opérationnelle de l'accord porte sur l'assistance et la collaboration entre les deux acteurs en IARD, notamment en matière de gestion de sinistres auto, qui peut amplement être optimisée. L'élaboration de nouveaux produits est également prévue, en MRH par exemple. « Nous voulons jouer un rôle de régulateur au plan de la tarification, afin de rendre l'assurance plus accessible à l'ensemble de la population », précise le directeur général de la Macif.

Enfin, le troisième volet de l'accord vise à développer une offre commune en assurances de personnes (vie, santé, prévoyance), promises à un fort développement dans les années à venir. Dans ce domaine, la Macif participera au plan capitalistique à la création de structures communes avec la SAA.

La fin du contentieux libère la coopération

Pour la Macif, cet accord revêt un intérêt à la fois stratégique et politique. Le Maghreb figure depuis plusieurs années parmi ses marchés cibles. En Algérie, le projet de la Macif a pris corps il y a deux ans environ, à la suite de contacts informels tissés entre le président de SAA et l'un des administrateurs de la mutuelle, Jean Masseret. Des négociations de plusieurs mois ont ensuite été nécessaires pour boucler l'opération.

La signature, début 2008, entre l'État français et les autorités algériennes de la convention ayant mis fin au contentieux qui rendait difficile l'entrée d'assureurs français en Algérie, a donné le coup d'accélérateur final. L'opération conclue par la Macif s'inscrit ainsi pleinement dans la volonté, nouvelle, de coopération affichée par les deux pays, qui devrait d'ailleurs amener d'autres assureurs hexagonaux à sauter le pas. « Un partenariat doit, bien sûr, trouver son équilibre au plan économique. Mais notre démarche se veut également au bénéfice des assurés et des professionnels algériens », conclut Roger Iseli.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La Macif pose ses jalons en Algérie

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié