La MAE attaque Carrefour en justice pour concurrence déloyale

La MAE attaque Carrefour en justice pour concurrence déloyale
© BERNARD MARTINEZ
La mutuelle spécialisée en assurance scolaire vient d'assigner le leader de la grande distribution sur fond de concurrence déloyale pour l'assurance qu'il offre gratuitement à ses clients. Elle avait été déboutée l'année dernière.

« Bis repetita » ! La MAE voit rouge, comme à la rentrée 2009. La mutuelle spécialisée en assurance scolaire vient, en effet, d'attaquer Carrefour sur fond de concurrence déloyale. Le géant de la grande distribution, via sa filiale Carma, détenue à parité avec MMA, propose une fois encore l'assurance scolaire gratuite en échange d'un simple ticket de caisse.

L'an passé, la mutuelle avait été déboutée. « La justice avait reconnu que cette pratique était abusive. Pour autant, à l'époque, le tribunal n'avait pas assez d'éléments, et notamment le nombre de contrats vendus, pour juger du préjudice causé à la MAE », explique Edgard Mathias, le président national de la mutuelle.

Un enfant n'est pas une marchandise

Le bilan, aujourd'hui, est d'environ 25 000 contrats. Un chiffre sur lequel se fonde la mutuelle pour demander 350 000 E de dommages-intérêts, en partant du principe que le prix moyen d'une assurance scolaire est de 15 €.

« Nous ne pensions pas que Carrefour allait reconduire son opération, et cela risque d'effriter notre chiffre d'affaires. Nous souhaitons également insister sur le préjudice d'image. »

La mutuelle, dont la part de marché est de 25 %, est, depuis quelques années, régulièrement confrontée à une concurrence tous azimuts : acteurs de la grande distribution, mais aussi assureurs généralistes, qui offrent de la même manière ce type d'assurance à des conditions particulièrement avantageuses.

Pourquoi s'attaquer à Carrefour plus qu'à Casino ou aux autres assureurs, qui vendent aussi des assurances scolaires à prix réduit ? Chez Casino, il en coûte 5 € au consommateur avec la carte Pass et 13,90 € sans elle. Or, la MAE fait de la gratuité une affaire de principe et d'éthique. « La protection d'un enfant ne se scanne pas à la caisse d'un supermarché », indiquait ainsi le communiqué de la mutuelle.

Acteur historique contre pouvoir d'achat

« Le leader de la grande distribution cherche avant tout à attirer des clients. Nos homologues assureurs cherchent à assurer les enfants, certes, mais évidemment, il n'y a pas de commune mesure avec la MAE, dont le métier historique est de protéger l'enfant », justifie Edgard Mathias.

Interrogé par l'AFP, Carrefour a dit « regretter » cette action en justice. Le distributeur « entend répondre aux attentes de ses clients » et fait valoir que « dans le contexte économique actuel, le pouvoir d'achat est au coeur des préoccupations des familles ».

En attendant, la MAE ne digère pas l'opération. Premier assureur scolaire en France avec 3,3 millions d'adhérents, elle en comptait 7 millions dans les années soixante-dix. La mutuelle traite chaque année plus de 200 000 sinistres, parmi lesquels 30 000 dossiers lourds et plus de 3 000 ouvrant sur des invalidités.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

RESPONSABLE D'APPLICATION WORKDAY (H/F) - CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture et livraison de titres restaurant pour le personnel de l'Ile de La Réuni...

Comité Régional du Tourisme - Ile de la Réunion Tourisme

22 janvier

974 - ST PAUL

Prestations d'assurance pour les besoins de la Région Nouvelle-Aquitaine - Assistan...

Région Nouvelle Aquitaine

22 janvier

33 - REGION NOUVELLE AQUITAINE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La MAE attaque Carrefour en justice pour concurrence déloyale

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié