Le GCM entrevoit son avenir

Le GCM entrevoit son avenir
Sandra Cammilleri-Allais, présidente du GCM, entend revenir à un équilibre en réduisant les coûts de 4 ME. © DR

Le 12 juin, le TGI de Marseille a validé le plan de redressement du GCM. S'il éloigne la liquidation du réseau de soins, il n'empêchera pas des licenciements, selon la CGT.

Ce mardi 12 juin, le tribunal de grande instance (TGI) de Marseille a donné son aval au plan de redressement du Grand Conseil de la mutualité (GCM), et a fixé une nouvelle audience au 26 juin. Prolongée pour six mois le 9 mai par ce même TGI, la période d'observation de cet ensemble de 1 200 personnes et de 54 structures de soins, mis sous administration judiciaire depuis novembre 2011, avait reçu, il est vrai, le soutien opportun des pouvoirs publics.

Le 7 juin, la réunion à l'Agence régionale de santé (ARS) de Provence-Alpes-Côte-d'Azur, en présence de toutes les parties, a contribué à écarter le risque d'une liquidation immédiate.

Réorganiser les territoires

Dominique Deroubaix, directeur de l'ARS Paca, avait promis de transmettre un état des lieux complet au ministère des Affaires sociales et de la Santé (y compris le plan alternatif de la CGT), tout en réclamant à la direction et aux syndicats de « placer l'organisme dans une perspective d'évolution vertueuse ».

La liquidation était d'ailleurs exclue par Sandra Cammilleri-Allais, la présidente du GCM. Son plan vise à économiser 4 M€ pour revenir à un équilibre durable : 1 M€ doit provenir d'une rémunération à l'acte de tous les médecins généralistes (et non plus en salaire), 1 M€ d'une réduction des coûts salariaux, et 2 M€ d'une réorganisation « plus efficiente » en six territoires, par bassin de population (Marseille, Aubagne-La Ciotat...).

Les collectivités locales participeraient aux investissements. La cession de la clinique de Bonneveine contribuerait à combler une partie du passif (20 M€), à condition de trouver un repreneur, hypothèse compliquée par le renoncement, fin mai, du Groupe SOS. Mais ce plan ne satisfait ni la CGT, qui refuse les suppressions d'emplois et de « brader le patrimoine foncier et immobilier », ni les représentants des médecins.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 30 octobre 2020

ÉDITION DU 30 octobre 2020 Je consulte

Emploi

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

CRETEIL HABITAT SEMIC

CHEF DU SERVICE MARCHE/ASSURANCES H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Réalisation d'une étude relative à l'enjeu du territoire intelligent et de la donné...

DGE Direction Générale des Entreprises

29 octobre

94 - IVRY SUR SEINE

Marché de prestations de services d'assurances

Ville de Coubron

29 octobre

93 - COUBRON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le GCM entrevoit son avenir

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié