Les irréductibles Bressans résistent encore

Les irréductibles Bressans résistent encore
DR Jean-Pierre Saint-Sulpice, président de La Bressane. La caisse veut bien réduire son territoire, mais pas ses fonds propres.
La justice a annulé une résolution de l'assemblée générale de Groupama Rhône-Alpes Auvergne qui visait à exclure La Bressane, une de ses caisses locales, qui contestait les modalités d'harmonisation du réseau.

Lorsque l'assemblée générale de Groupama Rhône-Alpes-Auvergne vote, à une écrasante majorité, le 30 mars, l'exclusion de La Bressane, l'une de ses caisses locales, le président de cette petite mutuelle créée en 1902 a bien cru que « tout était foutu ». Mais c'est son conseil qui convainc Jean-Pierre Saint-Sulpice de saisir la justice. Bien lui en a pris, puisque le tribunal de grande instance de Lyon annule, le 28 juin, cette résolution pour des raisons à la fois de forme - respect du contradictoire - et de fond - l'absence d'irrégularité grave.

Avec un ratio S/P de 52% et des fonds propres de 13 M€, La Bressane est plutôt bien gérée, mais elle refuse d'entrer dans le schéma d'organisation de la caisse régionale depuis près de vingt ans. Elle cultive son originalité, avec un périmètre d'intervention très large - 120 communes autour de Bourg-en-Bresse, dans l'Ain -, et ses 5 300 sociétaires sont uniquement des « agricoles », après son rejet, en 1995, de la « ruralisation ».

Concurrence entre caisses locales

« Nous étudions toutes les voies de recours », prévient François Goutagneux, directeur général de la caisse régionale, qui souligne que tout a été essayé pour mettre fin à la situation « intenable » de concurrence entre La Bressane et les autres caisses locales. Fin 2010, les deux parties ont failli trouver un accord qui prévoyait la fusion de La Bressane avec trois caisses voisines, mais les irréductibles Bressans ont finalement refusé de céder une partie de leurs fonds propres. « Ils sont le fruit de l'histoire, ils ne viennent pas du réassureur. Il n'y a aucune raison à les abandonner », justifie ainsi Jean-Pierre Saint-Sulpice. « Pas un centime ne remontait à la caisse régionale, c'était une mesure de solidarité par rapport aux autres caisses locales », se défend le directeur général de Groupama Rhône-Alpes Auvergne.

C'est suite à l'échec de cette négociation que la décision a été prise de demander l'exclusion de cette caisse locale. Pour autant, Jean-Pierre Saint-Sulpice demeure confiant dans une solution à l'amiable avec la caisse régionale de Groupama : « Je ne ferais pas de pari, mais j'imagine mal qu'elle fasse appel, au risque de subir un second camouflet. »

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 11 octobre 2019

ÉDITION DU 11 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Reprise de données budgétaires, comptables et achats des universités Paris Descarte...

Université René Descartes - Paris V Bureau des marchés

15 octobre

75 - UNIVERSITE PARIS DESCARTS

Prestations d'administration du personnel et de paie

SEM Plaine Commune Développement

15 octobre

93 - St Denis

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les irréductibles Bressans résistent encore

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié