Les petites et moyennes mutuelles font de la résistance

Sans organisation représentative structurée, les mutuelles de proximité sont venues en nombre à Marseille, le 21 avril, pour exprimer leur volonté d'exister face aux grands réseaux.

C'était le premier rassemblement des « Petites et Moyennes Mutuelles ». Environ 300 mutualistes de toute la France, dont 80 présidents, se sont réunis le 21 avril à Marseille, pour évoquer « le devenir des mutuelles à taille humaine, qui entendent le rester ». Pour eux, il existe une autre voie que la « pensée unique » qui les contraindrait à rejoindre à terme grands groupes ou réseaux pour assurer la pérennité de leurs structures.

Parmi les initiateurs du mouvement, François Moscati, président de la mutuelle des municipaux à Marseille, très remonté contre l'État qui, selon lui, prend trop souvent la sécurité sociale et les mutuelles pour « des vaches à lait », sans contrepartie : « La proximité doit demeurer notre identité nationale. Elle ne peut survivre dans des concentrations de plus de 500 000 adhérents, puisque cette optique, pourtant défendue au plus haut niveau du monde mutualiste, a déjà entraîné la disparition de 3 000 mutuelles. »

Les petits traversent mieux la crise

 Plus mesuré, Robert Chiche, président du conseil d'administration de Smacl santé, à Niort, s'avouait convaincu que la crise avait montré la fragilité de modèles économiques centrés sur le gigantisme. « Des entités plus petites, reposant sur la fiabilité de l'engagement d'hommes et de femmes, avec des points d'ancrage proches des adhérents, me paraissent mieux répondre aux aspirations de nos concitoyens. Par rapport aux grands groupes, nous n'avons ni charges asphyxiantes, ni actionnaires à rétribuer. Nous sommes pour un contrôle et des règles fortes pour sécuriser nos adhérents, mais fondés sur des normes prudentielles adaptées à notre profil. » Si quelques participants jugeaient cette mobilisation peut-être trop tardive pour inverser la tendance, l'atmosphère était clairement à l'enthousiasme et au combat.

« Notre sort n'est pas scellé, insistait Robert Chiche. Nous ne sommes pas les pianistes du cinéma muet qui, à l'avènement du cinéma parlant, manifestaient pour préserver leur métier ».

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 11 octobre 2019

ÉDITION DU 11 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation de services d'assurances

Ville de Solliès Toucas

14 octobre

83 - Solliès-Toucas

Passation d'un marché d assurance protection sociale des sapeurs pompiers volontair...

SDIS de la Meurthe et Moselle Sce Départ. d'Incendie et de Secours

13 octobre

54 - ESSEY LES NANCY

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les petites et moyennes mutuelles font de la résistance

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié