Les syndicats saisissent le conseil d'administration de Groupama

Les conclusions du rapport du cabinet d'expertise Secafi présentées dans le cadre du comité central d'entreprise du 23 février ont conduit les syndicats à voter à l'unanimité la saisine du conseil d'administration de Groupama.

Les instances dirigeantes de Groupama vont devoir répondre aux inquiétudes et aux questions des syndicats. En effet, le comité central d'en-treprise (CCE) de l'unité économique et sociale Groupama-Gan a voté à l'unanimité, le 23 février, la saisine du conseil d'administration du groupe, après avoir examiné en présence du directeur général, Thierry Martel, les conclusions du rapport du cabinet Secafi (groupe Alpha), demandé dans le cadre de la procédure de droit d'alerte.

Selon nos informations, le rapport du cabinet d'expertise pointe, entre autres, la politique de gestion menée entre les années 2008 et 2011, en soulignant le manque d'arbitrages. Groupama a ainsi conservé des actifs fragiles (notamment de la dette souveraine) et n'a pas suffisamment réduit son exposition sur la ligne actions. Autre point soulevé par les experts, l'activité de Groupama-Gan vie, essentiellement axée sur les fonds en euros et insuffisamment développée sur les unités de comptes.

Trop de cessions, après trop d'investissements

Concernant la gouvernance, les experts ont relevé des « angles morts » : plusieurs instances décisionnelles ne travailleraient pas suffisamment de concert, avec, en particulier, un manque de partage d'informations entre les différents conseils d'administrations des caisses régionales et celui de la société anonyme.

Enfin, et sans surprise, la politique d'investissements soutenus engagée par Groupama a eu un coût élevé, avec un point d'équilibre difficile à trouver dans le temps. Le rapport indique aussi une difficulté particulière de l'assureur en termes de retour sur investissement.

Les organisations syndicales planchent actuellement sur leur propre rapport, qu'elles remettront à la direction générale lors du CCE du 22 mars. « Nous attendons des réponses motivées du conseil d'administration, en espérant que toutes les ventes (Gan Eurocourtage et la filiale britannique) ne seront pas encore complètement entérinées », indique un délégué CFDT. La CGT, de son côté, demande que les filiales, surtout Gan Eurocourtage, ne soient pas vendues.

LES POINTS CLÉS DU RAPPORT DE SECAFI
  • Des défauts d'arbitrage dans la politique de gestion menée entre 2008 et 2011.
  • Des erreurs dans la gestion des actifs (trop de dettes souveraines et une exposition aux actions excessive).
  • Une gouvernance avec des « angles morts » (manque de communication entre les différents conseils d'administration de Groupama).
  • Des investissements trop importants, notamment à l'étranger.
  • Des défaillances dans la politique de retour sur investissement.

 

Les prochaines échéances
  • 15 mars : communication des résultats à la communauté financière
  • 22 mars : comité central d'entreprise au cours duquel les organisations syndicales remettront leur rapport à la direction générale
  • 30 mars : annonce de l'identité du ou des repreneurs de Gan Eurocourtage
  • Avril : conseil d'administration de Groupama

 

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance du personnel affilié à la CNRACL.

SICTOM de la Région Montluçonnaise

19 avril

03 - DOMERAT

Prestations d'assurance (DO et TRC) pour la construction d'un conservatoire de théâ...

Ville de Montigny le Bretonneux

19 avril

78 - Montigny-le-Bretonneux

Marché de service d'assurance risques statutaires.

Ville de Cogolin

19 avril

83 - COGOLIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les syndicats saisissent le conseil d'administration de Groupama

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié