Partenariat Covéa-Unéo : les militaires en ordre de marche

Partenariat Covéa-Unéo : les militaires en ordre de marche

Belle victoire pour Covéa, qui devrait constituer un pôle mutualiste Défense et sécurité avec la mutuelle santé des militaires, Unéo. Décision qui rebat les cartes du prochain référencement par le ministère de la Défense.

Mercredi 20 janvier. Unéo réunit à Paris ses 176 délégués mutualistes pour ses traditionnelles journées d’infor­mation, mais elles sont exceptionnellement précédées d’une assemblée générale. Moins de 10 jours plus tôt, le conseil ­d’administration de la mutuelle de référence du ministère de la Défense a, en effet, pris une décision ­majeure : il a tranché parmi les trois candidats présélectionnés en juin 2015 pour conclure un « partenariat stratégique ». Le scrutin est serré… et surprenant : Covéa l’emporte par 14 voix contre 11 à AG2R La Mondiale et aucun ­suffrage pour Allianz.

Une proposition décalée

La compagnie d’assurance semblait pourtant bien placée. Son nom revenait de manière récurrente depuis qu’Antoine Lamon avait considéré, peu de temps après son arrivée à la présidence d’Unéo, en janvier 2014, qu’il était impérieux de nouer un partenariat stratégique. De fait, Allianz s’est retrouvé parmi les six, puis les trois partenaires potentiels retenus après qu’Unéo a détaillé son projet dans un mémorandum.

Sur ce front, l’atout majeur de la compagnie tient en quatre lettres : GMPA pour Groupement militaire de prévoyance des armées. L’assureur est l’apériteur prévoyance, depuis les années 1960, de cette association qui propose aux militaires, mais également aux policiers et pompiers, des offres adaptées à leur activité. Hormis Quatrem, filiale de ­Malakoff-Médéric, les deux autres coassureurs appartien­nent aussi au monde militaire, il s’agit de l’AGPM, mutuelle d’assurance basée à Toulon, et de la MAA, Mutuelle d’assurance des armées. Et, dans le cadre de la nouvelle procédure de référencement du ministère de la Défense en 2011, le GMPA et l’AGPM ont fait offre commune avec… Unéo.

Un ministère qui aurait toutefois tiqué, courant 2015, à la perspective de voir la mutuelle santé des militaires ouvrir ses bras à un groupe étranger. « Un argument inaudible  », balaie d’un revers de main un proche du dossier : « Unéo est la mutuelle des militaires, pas celle du ministère de la Défense ». Curiosité dans le monde mutualiste, son président et vice-président n’en sont pas moins nommés par le ministre des armées. La raison du zéro pointé d’Allianz serait à chercher ailleurs, dans une proposition en total décalage avec le fameux mémorandum et l’un de ses principes intangibles : « ni intégration, ni combinaison ». Covéa se serait montré plus pragmatique, acceptant sans barguigner la constitution d’un pôle mutualiste « light ». Et le groupe possède aussi un atout de poids : GMF. Adhérente de la Sgam, la mutuelle est fortement implantée au sein de la communauté militaire, proposant notamment des contrats auto et MRH adaptés à l’armée de métier. Elle est aussi depuis plus de vingt ans partenaire de la Mutuelle générale de la police, une MGP restée en constante discussion avec Unéo à la suite de l’échec d’un rapprochement à trois avec Intériale.

Sans réel suspense, ce fameux mercredi 20 janvier, les délégués d’Unéo ont donné très largement mandat à Antoine Lamon pour engager des « discussions exclusives » avec Covéa. L’histoire n’est pas pour autant terminée. Une nouvelle assemblée générale doit encore entériner les résultats des ultimes discussions sur la constitution d’une union de groupe mutualiste (UGM) entre Unéo, GMF et MGP, une forme juridique peu « intégratrice ». Mais surtout, la décision du 11 janvier redessine la carte de la protection ­sociale complémentaire des militaires. Car Unéo s’est coupé de ses partenaires de référencement, le GMPA et l’AGPM. Si la ­fédération Tego qu’ils ont créée en septembre 2015, avant d’être rejoints par la ­Mutuelle d’assurance des armées (MAA), faisait ouvertement des appels du pied à la mutuelle santé, ce n’est plus le cas aujourd’hui, selon nos informations.

Forces et faiblesses

Tego a, entre autres, pour ­objectif d’établir des règles de bonnes pratiques entre les forces commerciales, mais également de réfléchir à la construction d’offres commu­nes. Patrick Felten, secrétaire général du GMPA et délégué général de Tego, confiait en ­septembre dernier à L’Argus, ­vouloir associer les assureurs des membres de la fédération ­(Allianz, Quatrem, MMA et AGPM) « pour créer des synergies », en précisant bien : « Allianz, notre principal porteur de risque, soutient cette démarche qu’il juge saine ».

Bref, deux pôles se dessinent chez les militaires, deux pôles poursuivant le même objectif : décrocher le référencement du ministère de la Défense en 2018. Avec forces et faiblesses. Unéo bénéficie d’une forte légitimité en santé, mais devra se passer de ses experts en prévoyance militaire, un risque particulier au regard des dangers de l’activité. Cela dit, Covéa et GMF ont les ressources pour concevoir une telle offre.

Tego peut faire valoir son expertise en prévoyance et s’appuyer sur Allianz pour la santé. Ce que le GMPA fait déjà depuis plusieurs années. Mais la présence de la compagnie dans l’offre de référencement risque de susciter de la part du ministère de la ­Défense les mêmes réticences que celles exprimées lors de la procédure de partenariat d’Unéo.

Une analyse prospective qui suppose toutefois que la procédure de référencement demeure à l’identique. Les conclusions de la mission IGAS/IGF/IGA sur les dispositifs d’aide à la protection sociale dans la Fonction publique, pilotée à la demande du gouvernement par Jean-Michel Charpin, n’ont pas été rendues publiques, mais des fuites, à l­’automne dernier, évoquaient entre autre un possible découplage de la santé et de la prévoyance !

Sébastien Acédo et François Limoge

Subvention et mise en concurrence

  • Une loi de 2007 interdit à la Fonction publique d’État de subventionner en direct les organismes de protection sociale complémentaire couvrant leurs agents.
  • L’aide financière est réservée aux acteurs référencés après mise en concurrence, sur la base d’un cahier des charges.
  • Le ministère de la Défense a référencé, en 2011, pour 7 ans l’offre santé d’Unéo associant le GMPA et l’AGPM pour la prévoyance. 

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance Dommages-Ouvrage et tous risques chantier pour l'opération "Réhabilitatio...

Communauté Commune Golfe de St Tropez

17 février

83 - COGOLIN

Marché de services bancaires.

URSSAF Languedoc-Roussilon

17 février

34 - URSSAF DE L'HERAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Partenariat Covéa-Unéo : les militaires en ordre de marche

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié