Pascal Demurger (MAIF) : « Notre partenariat avec la MGEN pourrait s'élargir »

Pascal Demurger (MAIF) : « Notre partenariat avec la MGEN pourrait s'élargir »
Pascal Demurger, directeur général de Maif. © laetitia duarte

Suite aux rapprochements à venir annoncés entre les mutuelles Matmut et AG2R ainsi que Macif et Aesio, les projecteurs se braquent sur Maif dont la stratégie indépendantiste pose question. Pascal Demurger, directeur général de Maif, répond à l'Argus. Si le volet partenarial n'est pas fermé, le dirigeant croit fermement en son modèle pour préserver la singularité et l'agilité de sa marque.

Aesio qui relève du code de la Mutualité et Macif du code des assurances annoncent la création d’ici 2020 d'un groupe prudentiel de 8 Md€ peu de temps après que le groupe de protection sociale AG2R n'officialise, de son côté, ses fiançailles avec Matmut. Quel regard porte le directeur général de Maif, sorti de Sferen (Maif-Macif-Matmut) fin 2014, sur ces mariages?

Je n'ai pas à juger s'il est pertinent d'effectuer ce type de rapprochement structurant. Mais sur le papier, on comprend parfaitement la logique qui consiste à réunir des activités ainsi que des portefeuilles complémentaires. Il s'agit de cross-selling pertinent. Toutefois, est-ce que cette volonté de faire du cross-selling nécessite d'aller aussi loin dans l'intégration des groupes ? Chez Maif, nous ne le pensons pas.

Cela vous incite-t-il, néanmoins, à repenser votre stratégie ?

Nous avons deux axes stratégiques : nous digitaliser en faisant pivoter l'entreprise de manière profonde car l'essentiel du sujet tient aujourd’hui dans la rapidité d'exécution, la fameuse agilité qu'il nous faut acquérir. Ensuite, cultiver une forme de singularité pour que, demain, Maif soit identifié comme une réponse alternative auprès des consommateurs en recherche de valeurs partagées, à des acteurs éventuels comme les GAFA. Or, qu’il s’agisse d'agilité ou de singularité, mieux vaut, il me semble, ne pas être dilué dans un ensemble trop gros, si l’on veut les développer.

Est-ce à dire que vous fermez la porte à tout rapprochement ?

Le volet partenarial n'est pas fermé pour autant, notamment avec la MGEN qui fait partie de l'ensemble Vyv. Nous partageons la même cible affinitaire et les produits distribués se complètent auprès des assurés. Nous pourrions élargir ce partenariat. Mais Maif est précisément sorti de Sferen pour avoir la maîtrise totale de sa stratégie et de l'identification de sa marque. Dans quelques années, nous verrons qui avait raison. Mais, selon moi, la guerre de la taille n'est plus l'enjeu. Cela l'était dans un environnement stable où la puissance prédominait. Avec la rupture numérique, qui induit de la profondeur et de la rapidité de changement, les assureurs évoluent dans un environnement instable. Mieux vaut être petit.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

ÉDITION DU 17 juillet 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé(e) Relation Client Prévoyance H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé(e) de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrats d'assurances - iARD.

Communauté de communes Seine Austreberthe

14 août

76 - CC CAUX AUSTREBERTHE

Réalisation de prestations juridiques (conseil et assistance juridique, défense des...

Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

14 août

67 - STRASBOURG

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Pascal Demurger (MAIF) : « Notre partenariat avec la MGEN pourrait s'élargir »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié