Agrica, à l’heure des choix

Agrica, à l’heure des choix
Le directeur général du groupe Agrica François Gin se veut confiant dans l'avancement des deux chantiers stratégiques du groupe en ce début d'année 2017.

Le groupe de protection sociale Agrica est à l’orée de deux chantiers déterminants pour son avenir : la constitution d’un groupe prudentiel et l’avenir de sa caisse de retraite complémentaire. Deux sujets qui avancent sûrement, mais lentement.

Agrica est à la croisée des chemins. Si les résultats du groupe de protection sociale pour l’année 2016, que ce soit en assurance de personnes ou sur la retraite complémentaire, paraissent bien orientés (voir encadré), ses questionnements stratégiques restent plus prégnants que jamais.

Deux sujets majeurs retiennent l’attention : la constitution d’un groupe prudentiel et l’avenir de la caisse de retraite complémentaire. «Deux sujets qui ne peuvent être déliés», souligne le directeur général du groupe Agrica François Gin, à l’occasion d’un point presse tenu au salon de l’Agriculture. «C’est ce que nous avons signalé à l’instance de coordination Agirc-Arrco-Ctip (Icaac)».

Le chantier de la Sgaps bientôt bouclé ?

Premier point : le groupe prudentiel. Agrica a fait, mi-2016, le choix de constituer une Sgaps (société de groupe assurantiel de protection sociale) regroupant ses trois institutions de prévoyance (Agri Prévoyance, CCMPA et CPCEA). Objectif : parvenir à la création effective de cette Sgaps, au plus tard, le 30 juin 2017.

Ce dossier serait en voie de conclusion, souligne François Gin. «Ce sera aux assemblées générales des trois IP de trancher le débat en juin, mais le dossier auprès de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) est quasiment bouclé». Resterait, en réalité, le second pilier relatif aux questions de gouvernance, nécessitant selon M. Gin «un travail de pédagogie» auprès des trois institutions de prévoyance constitutives de la Sgaps.

Si un échec de la Sgaps dans cette dernière ligne droite paraît peu probable, cette incertitude se reflète sur les relations entretenues entre Agrica d’une part, et le Crédit Agricole et Groupama d’autre part. «Nous réfléchissons à densifier davantage la relation avec ces deux acteurs» évoque M. Gin. Si le partenariat entre eux repose pour l’heure sur la seule distribution de produits, il pourrait à terme être élargi.

Retraite : une question, quatre réponses

Cette instabilité a également des conséquences directes sur le second nœud gordien d’Agrica, l’avenir de la caisse de retraite complémentaire. Pour rappel, suite à l’ANI du 13 mars 2013 sur les retraites complémentaires, aucun groupe de protection sociale ne pourra avoir une activité retraite inférieure à 10% de l’ensemble Agirc-Arrco – seuil qu’Agrica est loin d’atteindre (3,6%) et est donc forcé de se rapprocher d’un autre acteur.

Sur ce dossier, Agrica a accumulé les retards : si sa réponse était d’abord attendue pour le 30 juin 2016, puis pour mars 2017, la réponse définitive devrait prendre un mois de plus. Cinq acteurs étaient potentiellement dans le viseur d’Agrica : AG2R La Mondiale (25% du poids de la retraite complémentaire), Humanis (22%), Malakoff Médéric (18%), Klesia (11%) et l’Alliance Pro composée, pour l’heure, de Pro BTP, d’Audiens, de B2V et de Lourmel (environ 20%).

L'Alliance Pro toujours dans la boucle

Si les cinq acteurs ont été interrogés par Agrica, seul Malakoff Médéric a décliné cette proposition fin 2016. Les quatre autres dossiers ont été présentés en conseil d’administration en février 2017… sans que les partenaires sociaux ne prennent une décision définitive. «Il était difficile pour eux de se positionner sur la question de la retraite complémentaire alors même que celle de la Sgaps n’était pas encore tranchée», note M. Gin.

Agrica a d’abord fait partie de l’aventure Alliance Pro (sans oublier IRP Auto, finalement parti rejoindre Klesia), avant de sortir du cadre des réflexions mi-2016puis, donc, d’ouvrir la porte de nouveau. Le prochain conseil d’administration du groupe Agrica se tiendra fin avril : la réponse devra être donnée à cette occasion, prévient M. Gin.

Cette réponse aura d’ailleurs une autre conséquence, informatique cette fois : Agrica fait partie des six groupes paritaires liés dans Amicap, partageant le système d’information de Pro BTP. «La question sera réglée d’elle-même si nous intégrons l’Alliance Pro» souligne M. Gin, Agrica n’étant toutefois concerné dans Amicap que sur le volet de la retraite complémentaire. Dans le cas contraire, les dossiers des trois autres acteurs en lice intègrent cette considération… alors même que le régime unifié Agirc-Arrco est prévu pour 2019. Demain, donc.

Des résultats 2016 plutôt encourageants

Le groupe de protection sociale Agrica dévoilera ses résultats définitifs en mai 2017, mais François Gin a délivré des tendances signifiantes. Sur la retraite complémentaire (CA à 2,2 milliards d'euros, +3,6%), le nombre d'entreprises et de salariés cotisants a légèrement progressé, conséquence notamment de la volonté des partenaires sociaux du monde agricole d'avoir un interlocuteur unique Agirc-Arrco. Les résultats d'Agrica dans le cadre du contrat d'objectifs et de moyens avec l'Agirc-Arrco seraient également "très positifs". Si les chiffres sur l'assurance de personnes (santé/prévoyance) sont pour l'heure moins figés, la tendance est également haussière (+3,5%), grâce à de nouveaux contrats en santé (Agrica référencé suite à l'appel d'offres de la production agricole) et des versements additionnels en retraite supplémentaire. La mise en place d'une offre agricole commune, avec Agrica en tant qu’assureur, la MSA (Mutualité sociale agricole) en qualité de délégataire de gestion et Groupama et Crédit Agricole Assurances en tant que distributeurs, est également mise en avant.

 

Emploi

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

SERPINET CONSEIL

Inspecteur Commercial SUD 12 15 30 34 48 81

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Frais de santé et prévoyance.

1001 VIES HABITAT

22 janvier

92 - NANTERRE

Prestations d'assurances.

SPL Occitanie Events

22 janvier

34 - PEROLS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Agrica, à l’heure des choix

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié