Branches professionnelles : les pharmacies d’officine s’écharpent sur leur protection sociale

Branches professionnelles : les pharmacies d’officine s’écharpent sur leur protection sociale

La fin de la désignation de Klesia dans la branche des pharmacies d’officine en santé et prévoyance, supplantée par une recommandation en faveur de l’Apgis, est l’objet d’une bataille sans fin entre les deux principaux syndicats employeurs de la profession.

Pas de répit en vue pour la branche des pharmacies d’officine. Couverte en santé et prévoyance par une clause de désignation au bénéfice du groupe de protection sociale Klesia jusqu’à fin 2017, la profession a fait le choix de recommander l’Apgis à compter du 1er janvier 2018.

Ce changement avait déjà été l’occasion de constater le conflit frontal opposant les deux organisations patronales de la branche : la FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France) avait poussé Apgis, soutenue par quatre des six organisations syndicales représentatives (CFDT, CFTC, CGC et CGT). De l’autre côté, l’USPO (Union syndicale des pharmacies d’officine), ainsi que les deux syndicats les plus représentatifs de la branche (FO et UNSA, mais en-dessous des 50% des voix à elles deux), ont opté pour une stratégie de labellisation avec Klesia.

Ces discours diamétralement opposés ne se sont visiblement pas rapprochés avec le temps. L’USPO a publié un communiqué sans équivoque : « l’Apgis a perdu toute crédibilité et la confiance des pharmaciens et des experts-comptables ». La raison de ce coup de chaud ? La mise en place des modalités pratiques relatives au degré élevé de solidarité, à hauteur de 2% des cotisations.

Bataille sur le degré élevé de solidarité

D’un côté, la FSPF, soulignant que le paiement de cette cotisation « n’a aucun impact financier pour les officines qui adhèrent à l’Apgis pour la prévoyance et la santé de leurs salariés », notait fin janvier que les fiches de paramétrage émises par Klesia pour la DSN intégraient des cotisations santé et prévoyance à taux plein, alors que la cotisation liée au degré élevé de solidarité ne peut être collectée que par l’Apgis.

De l’autre, l’USPO regrette justement que l’Apgis soit imposé comme organisme collecteur unique, « du jamais vu pour la profession », mettant sur le dos de l’Apgis et non de Klesia les erreurs constatées dans les fiches de paramétrage.

L’USPO estime par ailleurs à 88% le pourcentage d’officines ayant fait le choix de rester dans le giron de Klesia, contre 9% du côté de l’Apgis.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 16 juillet 2021

ÉDITION DU 16 juillet 2021 Je consulte

Emploi

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

CONSEILLER CLIENTELE PARTICULIER - TPE H/F

Postuler

Institution de Prévoyance Caisse de Retraite supplémentaire

RESPONSABLE FONCTION CLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances Cyber Risque

SDIS de la Charente Sce Départ. d'Incendie et de Secours

31 juillet

16 - SDIS 16

Prestations de services d'assurance construction relatives à une opération de trava...

GHT Sud Val d'Oise Nord Hauts-de-Seine

31 juillet

95 - MONTMORENCY

Assurance Statutaire.

Ville de Courbevoie

31 juillet

92 - COURBEVOIE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Branches professionnelles : les pharmacies d’officine s’écharpent sur leur protection sociale

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié