Institutions de prévoyance : un peu moins de cotisations… pour un peu plus de solidité

Institutions de prévoyance : un peu moins de cotisations… pour un peu plus de solidité
LAETITIA DUARTE « Les institutions de prévoyance ne doivent pas se lancer dans une course au prix dans une concurrence effrénée en santé et prévoyance », prévient le délégué général du CTIP Jean-Paul Lacam.

Le centre technique des institutions de prévoyance (CTIP) a présenté ses chiffres pour l’année 2015 : si le résultat reste légèrement positif, le volume de cotisations est orienté à la baisse. Pour une gestion plus saine et efficace, assure le CTIP.

Face à un environnement réglementaire en évolution accélérée, les institutions de prévoyance font le dos rond. Tel est le principal constat à tirer des résultats présentés par le centre technique des institutions de prévoyance (CTIP), instance regroupant désormais 38 organismes de prévoyance dont 36 IP.

Si le résultat net de l’ensemble baisse fortement, il affiche toutefois un solde positif de 99 millions d’euros – bien loin des 1 130 millions de 2009. Le CTIP doit toutefois ce résultat à ses performances financières, le déficit technique des activités non-vie (santé, arrêt de travail et dépendance) étant supérieur au bénéfice des activités vie (décès et retraite supplémentaire).

L'équilibre technique privilégié

Les cotisations baissent également de manière légère, passant de 13,3 à 13,1 milliards d’euros. Si celles en santé affichent un petit +0,6% au compteur, celles en prévoyance et retraite supplémentaire diminuent respectivement de 3,5% et 3,9%. Tendances inversées quant aux prestations, stables dans l’ensemble, en baisse sur la santé (-1,8%) mais en hausse sur la prévoyance (+1,1%) et la retraite supplémentaire (+4%).

Ces chiffres contrastés, pour l’heure, ont plutôt tendance à rassurer le CTIP : ce point est particulièrement vrai pour la santé, avec une légère hausse des cotisations. «Les institutions de prévoyance n'ont pas fait une course au prix, malgré une concurrence exacerbée en phase pré-ANI» note ainsi le délégué général du CTIP Jean-Paul Lacam. «Priorité a été laissée aux équilibres techniques plutôt qu’au chiffre d’affaires» insiste Bertrand Boivin-Champeaux, directeur prévoyance et retraite supplémentaire au sein du CTIP.

Bientôt un nouvel observatoire sur l'ANI

S’il est encore trop tôt pour distinguer les vainqueurs et les perdants de l’ANI, M. Lacam observe toutefois certaines tendances appelées à se confirmer dans les prochains mois : l’alignement de la cotisation employeur à 50%, «même pour les branches professionnelles originellement plus généreuses», et un changement de paradigme quant aux ayants-droit – «la couverture des ayants-droit devient une exception». La fin progressive des clauses de désignation paraît encore difficile à analyser (les IP ayant bien tiré leur épingle du jeu des recommandations) mais fera, pour sûr, partie des missions d’un prochain observatoire commun avec la FFSA et la FNMF (en dehors de l’association des complémentaires santé mise en place suite à la réforme du tiers payant). Date estimée des premiers travaux de cet observatoire : fin d’année 2016.

Le bilan est plus délicat quant à la prévoyance : la baisse de 3,5% des cotisations s’explique entre autres par la forte baisse des taux d’intérêt, alourdissant la charge des futures prestations. Cette baisse des taux d’un demi-point aurait ainsi, selon M. Boivin-Champeaux, représenté un coût supplémentaire de quelque 500 millions d’euros – 140 millions pour le seul Humanis selon son président Jean-Pierre Menanteau.

Cet environnement de taux bas voué à se prolonger n’est pas la seule crainte anticipée par le CTIP : le possible report de l’âge légal de départ à la retraite est ainsi anticipé par le CTIP. «Ne pas se préparer à l'éventualité d'un report de l'âge légal de la retraite serait suicidaire de notre part» estime même M. Lacam. La volonté du CTIP de renforcement de la solidité financière de ses membres, avec des ratios de solvabilité maintenus (6,2 fois en S1, autour de 2,5 fois en S2), ne sera pas de trop face à une période qui, à court et moyen terme, promet d’être toujours aussi complexe.

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

SERVICES D'ASSURANCES DOMMAGES OUVRAGE, RESPONSABILITE DE C.N.R. ET TOUS RISQUES CH...

HABITAT 44 - OPH de Loire Atlantique

12 décembre

44 - NANTES

Location longue durée (4 ans) avec option d'achat, installation, mise en service et...

Service Central des Blanchisseries

12 décembre

75 - SERVICE CENTRAL DES BLANCHISSERIES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Institutions de prévoyance : un peu moins de cotisations… pour un peu plus de solidité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié