Institutions de prévoyance : une année 2017 encourageante pour le CTip

Institutions de prévoyance : une année 2017 encourageante pour le CTip

Le Centre technique des institutions de prévoyance (CTip) a dressé le bilan de l’année 2017 écoulée pour ses membres : si le chiffre d’affaires est en progression en santé et prévoyance, leur résultat global diminue assez nettement.

« Nous faisons partie des gagnants de la réforme de la généralisation de la complémentaire santé. » Le directeur général du Centre technique des institutions de prévoyance (CTip) Jean-Paul Lacam a dressé le bilan de l’année 2017 pour le monde paritaire, incluant notamment une nouvelle progression en santé.

Après le +3,9% affiché en 2016, les données agrégées du CTip confirment cette tendance en 2017 avec +3% : les situations, évidemment, diffèrent nettement selon les organismes, entre les très bons résultats affichés en santé par Malakoff Médéric et ceux, plus mesurés, d’AG2R La Mondiale ou encore d’Humanis. Un bilan tempéré quelque peu par le directeur prévoyance et retraite supplémentaire du CTip Bertrand Boivin-Champeaux qui, s’il constate un « léger » transfert effectif de l’individuelle vers la collective, pointe également « un nombre très élevé de dispenses d’affiliation et une légère baisse des garanties – en lien avec la réforme des contrats responsables ».

Forts contrastes sur les prestations

Mais 2017 se distingue par rapport à 2016 sur un autre plan : le retour de la croissance en prévoyance, avec +4,1%. Bertrand Boivin-Champeaux avance plusieurs explications à cette amélioration : rééquilibrage du risque, progression de l’équipement (en rapport avec la récente étude CTip/Credoc montrant une amélioration du taux d’équipement pour les TPE/PME) et, facteur exogène, le retour d’une bonne dynamique sur le front de l’emploi. La retraite supplémentaire, toutefois, connaît de son côté une nouvelle année difficile (-5,3%), marquée par plusieurs sorties et autres déplacements de périmètre.

La charge des prestations progresse également en 2017, mais moins nettement que les cotisations (+1%). Cela incombe essentiellement à la santé (-0,2%), avec une baisse des prestations sur les postes médicaments et optique : elle reste importante en prévoyance (+4%, guère aidée par le renforcement des provisions du groupe Humanis), surtout sur le risque décès & rentes (+6%), là où la baisse des cotisations sur la retraite supplémentaire se matérialise tout autant côté prestations (-7,4%).

La réplique du CTip à l'UFC Que Choisir

Toujours concernant la santé, les institutions de prévoyance ont versé en moyenne 85 euros de prestations contre 100 euros de cotisations hors taxes. « On revient à un seuil d’équilibre technique », glisse Bertrand Boivin-Champeaux, alors que ce taux évolue entre 83 et 91% depuis dix ans. Cette baisse de trois points par rapport à 2016 n’est effectivement pas tout à fait neutre en terme de rentabilité de l’activité santé : la récente étude de la DREES sur le sujet souligne en effet que l’activité d’assurance complémentaire santé n’est guère rentable (+0,3% en 2016 pour l’ensemble des organismes d’assurance)… et clairement déficitaire pour les IP (-3,8%).

Sur dix ans, le CTip calcule ainsi une progression annuelle de 3,15% des cotisations en santé (contre +3,41% des prestations) et de 1,67% en prévoyance (+3,53% côté prestations). Un récapitulatif pas innocent suite à la communication concomitante de l’UFC Que Choisir constatant une hausse de 47% des cotisations des complémentaires santé sur une période équivalente (depuis 2006) et une progression de 30% des frais de gestion depuis 2010. Un argumentaire auquel le CTip contrebalance la pression fiscale (10,7% de hausse de la TSA + 6% de fiscalisation de la part patronale) et l’évolution de la consommation de biens et services médicaux (+2,5% pour la CSBM par an).

Les progressions observées sur l’activité des institutions de prévoyance sont encore plus importantes si on élargit le champ de ces résultats aux groupes paritaires : +6,3% en santé, +5% en prévoyance et surtout +15,2% en retraite supplémentaire – déplacements de périmètre obligent. Deux ombres au tableau toutefois : l’ensemble des autres activités assurantielles (vie, IARD) s’effondre de 17% et le résultat global baisse nettement, de 662 à 406 millions d’euros.

Emploi

LVS EXPERTISE

Un Assistant Expert H/F

Postuler

PARANGON INVESTISSEMENT

Conseiller Commercial H/F

Postuler

KAPIA RGI

ANALYSTES FONCTIONNELS en Assurance Vie et /ou IARD

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription d'un contrat d'assurance complémentaire de frais de santé obligatoire

AFNIC - Association Française pour le Nomage Internet en Coopération

22 octobre

78 - AFNIC

ASSURANCES DE LA CCIIG.

CCI de région des iles de Guadeloupe

21 octobre

971 - POINTE A PITRE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Institutions de prévoyance : une année 2017 encourageante pour le CTip

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié