Mutualia se diversifie sur les offres et les publics

Mutualia se diversifie sur les offres et les publics
Alain Plouzennec, nouveau directeur général de l’union nationale Mutualia depuis le 7 mars 2016, a réalisé l’essentiel de son parcours chez Groupama. Il est entré en 1989 au sein de l’assureur mutualiste en tant que chef de produit assurance collective, avant de rejoindre Gan assurances en 2004.

Le nouveau directeur général de l’Union nationale Mutualia, Alain Plouzennec, livre les principales ambitions d’un groupe qui pense également en termes de diversification.

Argus de l'Assurance : Trois ans après sa création, quelles sont les ambitions de Mutualia ?
Alain Plouzennec (Mutualia) : Le groupe poursuit deux objectifs : se doter d’une structure qui garantit l’autonomie de l’union nationale Mutualia et mettre en place la future UMG (union mutualiste de groupe) prudentielle. Sur le premier objectif, cette structure est vouée à être conquérante. Nous ne sommes en aucun cas en phase de repli. Cela passe notamment par le regroupement progressif des mutuelles régionales Mutualia. Ainsi, sur les sept à l’origine du groupe, trois se sont déjà regroupées sous Mutualia Alliance Santé (Nord de France, Méditerranée-Cévennes-Velay et Atlantique). Sur le second objectif, l’UMG prudentielle est la réponse que nous avons retenue afin d’asseoir nos ambitions et de satisfaire les ­exigences de Solvabilité 2. Nous travaillons sur ce dossier depuis un an avec l’ACPR avec, pour date butoir, le 1er janvier 2017.

Le groupe et l’UMG se forment dans un marché de la santé en pleine recomposition. Comment Mutualia compte-t-il affronter ces évolutions ?
Nous faisions très peu d’assurance collective : si ce marché est favorisé par la réforme de la généra­lisation, il n’en reste pas moins très concurrentiel. La complémentaire santé individuelle, notre activité principale, est le point fort sur lequel nous devons nous appuyer pour mener des stratégies de diversification. Le marché des seniors est aussi important pour nous, car il représente un certain poids dans notre portefeuille. ­Mutualia possède des porte­feuilles de qualité avec des adhérents ­fidèles : nous souhaitons saisir les opportunités du marché.

Cette diversification va-t-elle au-delà de la santé et de la prévoyance ?
Nous sommes en réflexion sur ces sujets. Des pistes ont été lancées, pas encore mises en œuvre, qui devraient alimenter notre stratégie dans les prochaines années. Il faut aller un peu plus loin que l’assurance de personnes. Cela peut passer par l’assistance, les services à la personne... Je ne parle toutefois pas encore d’épar­gne ou de ­retraite. Le développement en ­collective passe aussi par les branches, en agriculture et ­ailleurs... Notre portefeuille se situe aux deux-tiers dans le monde ­agricole : nous voulons nous développer sur les autres marchés. Mutualia doit toutefois s’appuyer sur sa légitimité dans les branches retenues, ce pourquoi il vise celles ayant un intérêt social et local. Nous travaillons ainsi sur l’agricole (bétail et viande, bois, coopératives), ainsi que la branche Alisfa (Acteurs du lien social et familial). Nous nous lancerons probablement sur d’autres branches, je ne m’interdis rien.

C’est aussi le sens de votre présence dans l’UGM Umanens, dont vous êtes membre avec Identités Mutuelle, La Mutuelle familiale et le groupe Entis...
Ce que nous réalisons avec ­Umanens sur le non-agricole ne doit pas être redondant avec ce que nous faisons avec Mutualia : ce partenariat est véritablement ­complémentaire. Umanens a ainsi été recommandé ou référencé dans quatre branches (NDLR : animation, assainissement et maintenance industrielle, commerce de détail de l’horlogerie-bijouterie et sport), pour ­lesquelles des offres spécifiques ont été conçues.

Et sur le monde agricole ?
Le marché agricole a toujours été concurrentiel, l’ANI n’a rien changé à cela ! Cela n’a pas empêché Mutualia de regrouper près de 470 000 adhérents –  il ne faut pas oublier que nous avons en parallèle un guichet unique avec la MSA. Ce qui constitue un atout non négligeable vis-à-vis des adhérents. La concurrence est très forte, mais saine, Mutualia y a trouvé sa place. Il n’y a pas vraiment eu de dumping par les acteurs naturels de ce marché, objectif d’équilibre des résultats oblige.

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Mutualia se diversifie sur les offres et les publics

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié