Résultats 2016 : Humanis, du redressement à l’optimisation

Résultats 2016 : Humanis, du redressement à l’optimisation
Humanis « Notre ambition première est de garantir le long terme, d’où l’importance de nos indicateurs sur la solvabilité et les fonds propres » souligne le directeur général du groupe Humanis Jean-Pierre Menanteau.

Le groupe de protection sociale Humanis a poursuivi sa stratégie de redressement sur l’année 2016, avec un volume de cotisations stable en assurance de personnes et une solvabilité améliorée.

Nouvelle année de contrastes pour Humanis. Le groupe de protection sociale a poursuivi – et conclu – la phase de redressement entreprise ces dernières années, privilégiant l’amélioration de sa rentabilité et de sa solvabilité au chiffre d’affaires.

Premier indicateur de cette mutation : Humanis dégage un résultat opérationnel positif de 1,4 million d’euros en assurance de personnes (soit +41 M€ par rapport à 2015), « objectif majeur » du redressement économique du groupe, soit un ratio combiné à 99,9% (102,4% en 2015).

Indicateurs bien orientés

« Nous avons eu une contribution très élevée du résultat financier au résultat net ces dernières années durant le redressement du résultat opérationnel », admet à l’Argus le directeur général du groupe Jean-Pierre Menanteau. L’amélioration du résultat opérationnel a conduit le groupe à « diminuer à due concurrence notre marge financière afin de privilégier l'accumulation de plus-values dans une optique d'investisseur institutionnel à long terme ».

C’est dans cette même dynamique que s’inscrit l’amélioration des fonds propres prudentiels du groupe Humanis (+7%, 1,7 milliard d’euros) et celle du ratio de solvabilité (+10 points en S2 à 198%). Et si le résultat net, de son côté, est en légère baisse (34,9 M€, contre 47,7 M€ en 2015), c’est à la fois en raison d’une hausse d’impôts et d’une moins-value réalisée lors de la cession des parts minoritaires d’Humanis dans la compagnie d’assurance vie Apicil Assurances. « Notre ambition première est de garantir le long terme, d’où l’importance de nos indicateurs sur la solvabilité et les fonds propres », ajoute M. Menanteau.

Le flou persiste en santé

Si le résultat opérationnel en assurance de personnes revient enfin dans le vert, les cotisations sont globalement stables à 2,5 Md € – « corrigé des éléments non récurrents », essentiellement en prévoyance, avec un +0,8% en prévoyance (870 M€) et -0,1% en santé (1,47 Md€). L’épargne représente environ 3% des cotisations, tandis que l’assurance vie – « métier non stratégique » depuis 2012 – a été abandonnée suite à la cession de la participation d’Humanis dans Apicil Assurances.

La santé a été à nouveau l’objet d’une stratégie de discipline des renouvellements et des souscriptions, comme en 2015 : « Nous passons du redressement à l’optimisation », ajoute le directeur général du groupe Humanis. Mais M. Menanteau n’entend pas tirer tout de suite un bilan de l’ANI : « Nous ne pourrons tirer de bilan définitif de l’ANI qu’au printemps 2019, pour deux raisons : plusieurs assureurs devront opérer des redressements par rapport à des tarifs trop bas, et nous observons plusieurs signaux qui pourraient amener des clients à revenir dans chez nous dans les prochaines années ».

Humanis candidat pour Agrica, Ircem et IRP Auto

Les indicateurs sont mieux orientés sur la retraite complémentaire, avec une hausse de 8% des cotisations à 14 Md€. Le groupe Humanis est également en avance sur son plan d’économies (300 M€ attendus pour l’ensemble des acteurs de la retraite complémentaire Agirc-Arrco sur la période 2012-2018) : « Nous avons atteint en 2016 l’objectif d’économies qui était le nôtre pour fin 2018 – même si la mise en place de la DSN pourrait avoir un impact transitoire à la hausse en 2017 », note M. Menanteau, à l'argumentaire identique à celui d'AG2R La Mondiale.

De même, Humanis s’est positionnée sur les trois acteurs de la retraite complémentaire gérant moins de 10% des cotisations n’ayant pas encore fait leur choix suite à l’ANI de mars 2013 : IRP Auto, avec qui le rapprochement avec Klesia s’est récemment arrêté, Ircem et Agrica, suite à plusieurs reports. « Nos trois réponses se placent résolument dans notre philosophie fédérale multi-affinitaire de co-construction de synergies mutuelles concrètes au service des personnes protégées », défend  le directeur général du groupe. Humanis a également accueilli la MIP (Mutuelle des Industries du Pétrole) au sein de l'association sommitale du groupe (mais pas dans la SGAPS) et aussi renforcé sa coopération avec le groupe Ipeca Prévoyance.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Résultats 2016 : Humanis, du redressement à l’optimisation

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié