Santé : des inquiétudes croissantes sur le reste à charge

Santé : des inquiétudes croissantes sur le reste à charge

La Mutualité française, dans le cadre de son nouvel observatoire Place de la Santé, s’est intéressée aux attentes et inquiétudes des assurés quant aux restes à charge. Avec de fortes attentes vis-à-vis de l’exécutif.

L’enjeu des restes à charge en santé est l’un des principaux chantiers de la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn. Emmanuel Macron met ainsi en avant, d’abord comme candidat à la présidentielle puis en tant que président, son intention de réduire à zéro le reste à charge sur l’optique, le dentaire et l’audioprothèse – trois postes où les dépenses à la charge des Français sont importantes.

Mais au-delà de ces trois postes de soins, la question du reste à charge prise dans sa globalité reste un sujet d’inquiétude pour les Français. C’est le sentiment qui ressort de l’étude commandée à Harris Interactive* par la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF) dans le cadre du lancement de « Place de la Santé – L’Observatoire ».

Inquiétudes présentes... et futures

66% de l’échantillon interrogé considère ainsi que son reste à charge a augmenté ces cinq dernières années, contre seulement 9% estimant l’inverse. La réalité est plus contrastée : en euros courants, sur la période 2010-2015, le reste à charge a en effet augmenté de 2%... et les dépenses de santé par habitant de 9%. La part de la CSBM (consommation de biens et services médicaux) à la charge des ménages diminue donc, là où celle des complémentaires santé se stabilise autour de 13,5%.

Quels postes de dépenses suscitent le plus de crispations quant au reste à charge ? Sans surprise, l’optique et le dentaire concentrent le plus de craintes (69 et 68% de l’échantillon interrogé les évoquent), là où les prothèses auditives ne recueillent que 22% d’occurrences – elles concernent toutefois moins d’assurés. Autres postes d’inquiétude : les consultations chez un spécialiste et les médicaments, cités par 60% des Français interrogés.

L’inquiétude des assurés est donc présente, mais également future : 74% de l’échantillon estime que leur reste à charge augmentera dans les années à venir (81% chez les plus de 50 ans), 8% estimant le contraire. L’application de la promesse du « zéro reste à charge » sera donc stratégique pour l’exécutif…

* Méthodologie : enquête réalisée en ligne du 31 août au 7 septembre 2017 auprès d’un échantillon de 2 000 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, avec application de la méthode des quotas et redressement.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 15 novembre 2019

ÉDITION DU 15 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Développeur Oracle PL / SQL (F/H)

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC CHIMISTE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances Risques dommages aux biens et Risques Annexes.

Ville d'Epinay sous Sénart

17 novembre

91 - EPINAY SOUS SENART

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Santé : des inquiétudes croissantes sur le reste à charge

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié