Mutuelles : résultats stables pour le groupe MGEN, en croissance pour Istya

Mutuelles : résultats stables pour le groupe MGEN, en croissance pour Istya
Thierry Beaudet, président du groupe MGEN et d'Istya

Le groupe Mutuelle générale de l’Education nationale(MGEN) boucle un exercice 2013 pratiquement stable par rapport l’année précédente sur le plan financier, mais marqué par des évolutions historiques de son organisation et de son offre. L’union mutualiste de groupe (UMG) Istya, qui regroupe cinq mutuelles de la fonction publique autour de la MGEN franchit la barre de 3 Md€.

Le groupe MGEN a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 2069 M€ (+1,5% par rapport à 2012), dont 1794 M€ pour l’activité assurantielle (complémentaire santé, prévoyance, dépendance) et 275 M€ (+2,6%) pour les autres activités (activités sanitaires et sociales, centres de santé). Le résultat net part du groupe recule de 57% à 8,5 M€. Quant aux fonds propres, ils sont stables à 2 Md€ et le taux de marge de solvabilité s’établit à 476% (hors plus-values latentes), en très léger repli par rapport à l’exercice précédent (487%).

Un taux de redistribution élevé

« Ce sont des résultats tout juste équilibrés, ce qui nous permet cette année d’avoir un taux de redistribution des cotisations sous forme de prestations important, puisqu’il est supérieur à 94 % », indique Thierry Beaudet, président du groupe MGEN. Les produits financiers, qui reviennent à des niveaux plus élevés qu’au plus fort de la crise, sont un des facteurs qui contribuent à ce taux de redistribution particulièrement élevé : en 2013, ils sont en hausse de 131 % à 118 M€.
« Les produits financiers sont un des éléments de notre modèle économique, car nous sommes présents non seulement en santé, mais aussi en prévoyance. Nous avons des provisions techniques importantes à gérer », précise M. Beaudet.

Une gouvernance rénovée pour la MGEN

Sur le plan opérationnel, l’exercice écoulé a été marqué, suite à l’assemblée générale de juillet 2013, par une évolution de la gouvernance au sein du groupe MGEN. Ce dernier a mis en place une nouvelle organisation au sein de son bureau national, qui est une émanation du conseil d’administration, et structuré les directions opérationnelles en quatre grands pôles. De plus, un comité exécutif réunit dirigeants élus et salariés. « L’idée est que nous avions intérêt à mieux faire jouer les complémentarités entre les élus et les équipes professionnelles, et que la meilleure solution était de créer une instance de décision mixte », explique Thierry Beaudet.

Une nouvelle offre

Autre fait marquant dans la vie du groupe MGEN, l’évolution de l’offre, qui constitue une rupture par rapport au principe historique de l’offre unique. Décidée l’an dernier, elle se traduira  à la rentrée scolaire 2014 par le lancement d’une offre au positionnement prix plus avantageux que l’offre existante. « Elle est plus particulièrement destinée à ceux qui rejoignent le champ de l’éducation, de la culture et de la recherche », indique M. Beaudet qui explique ce choix par deux chiffres : « En 1981, le salaire d’un nouvel enseignant représentait globalement 2,1 fois le SMIC. En 2010,  il n’était plus que de 1,4 fois. Entre les deux dates, beaucoup de postes de dépenses ont augmenté. Nous avons donc senti qu’il fallait être en capacité de proposer une offre qui soit un peu moins onéreuse pour que les questions financières ne soient pas un frein à l’adhésion des nouveaux entrants dans l’Education nationale ».Toutefois, cette nouvelle offre reste « globale », puisqu’elle associe toujours santé, prévoyance et action sociale.

Répondre à des demandes plus diverses

Par ailleurs, la prochaine assemblée générale de la MGEN qui se tiendra du 8 au 10 juillet proposera aux délégués de réfléchir à une gamme d’offres qui inclura des prises en charge renforcées, notamment sur les dépassements d’honoraires – jusqu’alors non pris en charge.  « Nous ne voulons pas modifier nos fondamentaux, qui sont une offre globale, et une cotisation qui tient compte des revenus. Simplement, nous sentons que les demandes de nos adhérents deviennent plus diverses et nous voulons leur offrir du choix », déclare M. Beaudet.

Istya dépasse les 3 Md€

Quant à l’union mutualiste de groupe (UMG) Istya, dont le groupe MGEN est la principale composante et qui a le même président en la personne de Thierry Beaudet, elle franchit en 2013 la barre de 3 Md€ de chiffres d’affaires. Grâce l’entrée de la Mutuelle générale de l’Economie et des Finances (MGEFI), qui intègre pour la première année le périmètre de combinaison d’Istya  aux côtés du groupe Mutuelle générale de l’Education nationale (MGEN), de la Mutuelle Nationale Territoriale (MNT), de la Mutuelle Générale Environnement et Territoires (MGET), de la Mutuelle Civile de la Défense (MCDef) et de la Mutuelle des Affaires Etrangères et Européennes (MAEE), Istya passe de 2,9 Md€ et 2012 à 3,13 Md€ en 2013 pour un résultat 10,5 M€ (36,3 M€ en 2012). Les fonds propres de l’UMG s’affichent à 2,6 Md€ et son taux de marge de solvabilité à 459% (hors plus-values latentes).

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 11 octobre 2019

ÉDITION DU 11 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation de services d'assurances

Ville de Solliès Toucas

14 octobre

83 - Solliès-Toucas

Passation d'un marché d assurance protection sociale des sapeurs pompiers volontair...

SDIS de la Meurthe et Moselle Sce Départ. d'Incendie et de Secours

13 octobre

54 - ESSEY LES NANCY

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Mutuelles : résultats stables pour le groupe MGEN, en croissance pour Istya

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié