Négociations salariales : 1% d'augmentation collective au sein du groupe unifié Covéa

Négociations salariales : 1% d'augmentation collective au sein du groupe unifié Covéa

La direction de l'Union économique et sociale (UES) Covéa et quatre des cinq organisations syndicales représentatives (CFDT, CFE-CGC, CFTC et Unsa) ont signé un accord sur les salaires qui garantit aux 22 000 collaborateurs du groupe 1% d'augmentation générale en 2016. Des augmentations et des primes individuelles, ainsi que des gratifications, seront aussi accordées.  

C’est le premier accord sur les salaires appliqué à l’ensemble des entités de la nouvelle Union économique et sociale (UES) Covéa (Maaf, MMA et GMF). Dans un contexte de faible inflation (0,2% en 2015, selon l'Insee), la direction du groupe et quatre des cinq organisations représentatives au niveau du périmètre Covéa (CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa) ont signé le 11 février 2016 un accord dit « cadre » dans lequel le taux d’augmentation général s’élève à 1%. Cette hausse à effet rétroactif au 1er janvier 2016 contient un plancher annuel de 450 € bruts.

Primes individuelles et gratifications

Mais l'accord ne s’arrête pas là. Le budget consacré aux augmentations individuelles sera de 0,8% de la masse salariale. Et 0,4% de cette même masse sera destinée aux primes et gratifications. Ces promotions prendront effet, sauf exception, à compter du 1er avril prochain au sein de l’assureur mutualiste, qui réunit désormais 22 000 collaborateurs.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 avril 2021

ÉDITION DU 23 avril 2021 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

Gestionnaire Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Missions de commissaire aux comptes

Occitanie en Scène

23 avril

34 - Montpellier

Prestations de service d'assurance Responsabilité et risques annexes

Ville de La Couarde sur Mer

23 avril

17 - La Couarde-sur-Mer

Fourniture de titres spéciaux de paiement..

CCAS de la Ville de Pau

23 avril

64 - PAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Négociations salariales : 1% d'augmentation collective au sein du groupe unifié Covéa

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

09/03/2016 13h:58

COMMUNIQUE DU COLLECTIF CGT COVEAC’est avec surprise que nous avons découvert dans la presse professionnelle un article traitant des Négociations Annuelles Obligatoires au sein de Covéa.Surprise car le texte se fait l’écho d’avancées sociales sans savoir réellement ce que les chiffres pouvaient signifier, ni ce qui pouvait conduire à signer ou non cet accord.Nous souhaitons donc, tous syndicats CGT confondus au sein de notre Collectif CGT Covéa donner des explications complémentaires et expliquer notre absence de signature.Il y a eu en tout et pour tout deux réunions de « négociations » dans un nouveau périmètre qui est celui de l'UES Covéa.L’inflation, au sens de l’INSEE est certes de 0.2% et il est vrai que dans la branche les réunions de négociations n’ont malheureusement pas donné des vrais coups de pouce pour des augmentations de salaire. Toutefois, du fait de la construction du Groupe et des annonces de la Direction quant à un statut de qualité, un statut attractif (sic) nous pensions que cette année les propositions allaient être à la hauteur.Il ne faut pas oublier que le Groupe Covéa est leader dans son secteur avec un CA de 16,5 milliards d’euros et un bénéfice de 961 millions d’euros en 2014. Pour 2015 les chiffres ne sont pas encore officiels mais vont dans la même tendance.Nos demandes sont restées lettre morte et nous tenons à les évoquer (publiées également sur notre site CGT-COVEA. COM) :? Augmentation générale de 1.5% à compter du 1er janvier, déconnectée pour MAAF de l’augmentation pour l’ancienneté,? Plancher de 100 euros /mois pour les entreprises qui ont un plancher,? Augmentations individuelles (hors avancements en période « junior ») de 1% de la masse salariale,? Gratifications à hauteur de 0.5% de la masse salariale,? Prime de vacances de 1600 euros pour tous les salariés,? Porter le salaire des cadres au plafond de la sécurité sociale,? Mise en place d’un salaire minimum de 17OO euros mensuel,? Indemnité kilométrique « vélo » de 0.25 euros du kilomètre,? Application d’un forfait transport de 100 euros mensuels pour les salariés qui ne bénéficient pas d’une prise en charge à ce titre.Nos demandes n’ont pas abouti et de fait cette augmentation de 1% qui peut paraître au premier abord intéressante ne sera pas du tout la même dans toutes les entreprises du groupe.En effet, à MAAF une prime d’ancienneté (elle récompense donc la fidélité du salarié) vient en déduction, le salarié MAAF aura donc 0.1% d’augmentation générale, puis en fonction de la date d’entrée, les 0.9% liés à cette prime.En ce qui concerne le plancher, les entreprises ne sont pas toutes dotées de ce mode de fonctionnement et de la même façon: donc les salariés bénéficiaires sont réduits, et il faut intégrer le fait que si le salarié en question a eu un avancement au choix dans l’année, à MMA, il ne touchera, sous forme de prime, que le delta en décembre.Nombreux sont les cadres dans nos différentes entreprises dont le salaire est inférieur au plafond de la Sécurité Sociale, avec les conséquences que l’on connaît.Le montant de la prime de vacances est variable dans le Groupe, il nous paraissait équitable de donner un montant raisonnable à l’ensemble des salariés en bénéficiant.Nous voyons bien au travers de ces exemples que le statut commun est loin d’être acquis et que ces négociations n’ont pas permis de donner un signe fort de la part de la Direction. Cette reconnaissance nos collègues l’attendaient et ont bien compris le message. C’est donc pour ces raisons que nous n’avons pas signé l’accord NAO.

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié