Négociations salariales : cinquième jour consécutif de débrayage chez CBP

Négociations salariales : cinquième jour consécutif de débrayage chez CBP
Selon les syndicats, 200 à 250 personnes ont débrayé devant les locaux de CBP.

Le courtier en assurances CBP est confronté à un mouvement de protestation d'une partie de ses salariés qui revendique la réouverture des négociations salariales.

Cela fait cinq jours que le mouvement dure. Depuis le 27 mars, à l’appel des trois organisations syndicales (CFDT, CGT et FO), des collaborateurs de CBP organisent des actions de débrayage (1 heure par jour) devant les locaux du courtier en assurance situés à Saint-Herblain (Loire-Atlantique).  « Nous étions 200 à 250 salariés à débrayer ce jeudi. Il y a un mal-être au sein de notre établissement au niveau des salaires », explique un syndicaliste gréviste, précisant qu’il s’agit du troisième mouvement social de ce type organisé au sein de CBP depuis 2011. « Nous estimons que nos salaires sont, depuis longtemps, en-dessous de la moyenne nationale. Il y a 3 ans, à l’issue d’un benchmark réalisé dans l’entreprise, 150 revalorisations de salaires avaient ainsi été réalisées », ajoute-t-il.

Des augmentations négociées...mais contestées

Les négociations salariales annuelles – qui se sont déroulées courant mars - se sont pourtant conclues par un accord signé au sein du groupe Financière Holding CEP - actionnaire de CPB mais également des courtiers en crédit immobilier Immoprêt et Empruntis - qui compte 1 000 salariés. « La qualité du dialogue social au sein de notre groupe est une priorité et nous veillons à ce qu’il se fasse de façon constructive. Concrètement, les quatre organisations syndicales, avec qui le groupe dialogue régulièrement, ont obtenu des propositions de majorations significatives », indique la direction. Avant de préciser : « Pour le pôle courtage assurances, ces accords prévoient trois mesures : augmentation générale, augmentation individuelle et une enveloppe pour revaloriser les salaires des fonctions qui nécessitent une expertise de plus en plus importante. Pour les employés et les agents de maîtrise, l'augmentation de l’enveloppe salariale globale est de 5% en rythme annuel alors que l’inflation est proche de zéro. Ce dispositif est, de plus, complété par un système de primes individuelles majoré de 32 % du fait de l’activité très forte observée en 2016 »

Un projet sur le temps de travail  

Pour autant, estimant que leur entreprise « réalise des bénéfices exceptionnels depuis plusieurs années », les trois organisations syndicales voudraient que les négociations salariales soient désormais rouvertes. Et ce n’est pas la seule revendication du mouvement. « A l’occasion des NAO, la direction nous a présenté un projet d’annualisation du temps de travail. Or, c’est un projet dont les salariés ne veulent pas entendre parler », indique un syndicaliste.

Vers un durcissement du mouvement ?

Alors que la direction du groupe Financière Holding CEP, basée à Paris, se déplaçait aujourd'hui à Saint-Herblain, les trois organisations syndicales prévoyaient déjà la reconduction du mouvement la semaine prochaine si elles n’étaient pas entendues.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance dommages aux biens

Cachan Habitat OPH

16 septembre

94 - Cachan

Acquisition d'un véhicule neuf.

Comité Martiniquais du Tourisme

15 septembre

972 - FORT DE FRANCE

Lac de la Sorme - assistance à l'élaboration d'un programme de travaux d'ingénierie...

Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau (CUCM)

15 septembre

71 - CU LE CREUSOT MONTCEAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Négociations salariales : cinquième jour consécutif de débrayage chez CBP

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

31/03/2017 16h:04

Bonjour, Le syndicat CGT de l'entreprise y était aussi. Même minoriataire, il a fait partie de l'appel. A la mobilisation, le syndicat national du courtage FSPBA-CGT était présent pour appuyer les revendications des salariés qui sont malheureusement de plus en plus souvent celles de l'ensemble des entreprises de la profession. Une dégradation des conditions de travail avec une non reconnaissance du travail effectué par des salaires au rabais, ça donne une contestation forte de la jeunesse dans le secteur. Un appel aux salariés de l'assurance à soutenir et faire de même... Cordialement, FSPBA-CGT

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié