Numérique : Niort veut devenir la place forte de l'assurtech

Numérique : Niort veut devenir la place forte de l'assurtech
Gregory GERAULT / hemis.fr Au cœur du microcosme assurantiel de Niort, l’ex-bâtiment de la MSA, situé près de la place de la Brèche, accueillera la Niort Tech et les startupers de son accélérateur, French Assurtech, à partir de la fin de l’année.

Les mutualistes Groupama, IMA, MAAF, MACIF et MAIF ont créé un accélérateur de start-up à Niort. Baptisé French Assurtech, celui-ci vient de lancer son premier appel à projets.

Quand Niort veut attirer les talents du numérique, la préfecture des Deux-Sèvres fait appel… au monde de l’assurance. Il faut dire que le Niortais (120 000 habitants), ce n’est pas moins de 16 000 emplois en lien avec l’assurance mutualiste et 1 500 dans le numérique. Cinq mutualistes viennent donc de s’associer pour créer sur place un accélérateur de start-up, baptisé French Assurtech. Un premier appel à projets a été lancé le 21 février, avec pour objectif d’en sélectionner entre cinq et huit. « L’enjeu, c’est que l’innovation se fasse aussi ici », estime Jérôme Baloge, maire (PR) de Niort et président de la communauté d’agglomérations du Niortais.

Cet accélérateur est l’émanation concrète de l’association Le Phare (agissant sous la marque Niort Tech), créée en novembre 2017 à l’initiative de la communauté d’agglomérations, avec le Medef Deux-Sèvres, Groupama, IMA, Maaf, Macif et Maif. Niort Tech s’est donné les moyens puis­qu’elle dispose d’un budget « de l’ordre de 2 M€ apportés par les sept fondateurs, sur trois ans », confie Bruno Lacoste, directeur marketing et communication de Maaf, et président de Niort Tech.

25 start-up L’accélérateur French Assurtech ambitionne d’accompagner 25 start-up en trois ans.

La « coopétition » mutualiste

Avec French Assurtech, les mutualistes entendent contribuer à l’innovation du secteur sur un mode collaboratif. « Nous souhaitons accompagner des start-up développant des technologies et des projets innovants qui permettent d’imaginer l’assurance de demain et de répondre aux futurs besoins des assurés », résume ainsi Bruno Lacoste. C’est aussi un moyen pour les assureurs de trier et mieux cibler les projets qu’on leur présente. « Nous sommes très sollicités », observe d’ailleurs Catherine Lardy, directrice marketing Groupe, pilote de la transformation digitale d’IMA. Aussi, pour candidater, les start-up vont devoir proposer un dossier concernant un des thèmes prédéfinis ensemble par les mutualistes, dans une démarche de coopétition. Le premier appel à projets porte par exemple sur huit sujets : automobile & mobilité, habitation & gestion de l’habitat, santé & dépendance, silver économie, mais aussi big data, intelligence artificielle, blockchain et la relation client.

L’accélérateur est également censé encourager l’intrapreneuriat. « Nos talents internes portent des projets. Pour les accélérer, c’est intéressant d’avoir de nouveaux partenaires. C’est le moyen d’aller chercher une autre économie, qui va nous chahuter », estime Catheri­ne Lardy. Les groupes partenaires espèrent ainsi gagner en agilité et accélérer leur digitalisation. « Les métiers de l’assurance et de la banque évoluent avec les nouvelles technologies et de nouveaux usages. Nous ne trouverons pas les nouvelles idées tout seuls. Nous avons besoin de nous entourer. D’où l’importance de suivre les start-up de façon plus précise, éventuellement de faire le lien entre elles… », imagine ainsi Stéphane Poiroux, responsable de l’innovation à la Maif. Autre intérêt pour les membres fondateurs de Niort Tech : ils seront prioritaires pour accéder aux servi­ces créés par les jeunes pousses. Ainsi qu’à leur capital.

Comment les start-up peuvent candidater

Les start-up doivent répondre à un questionnaire en ligne sur : https://www.french-assurtech.com. Ce dernier porte sur l’équipe, sa solution, son marché, et ses attentes vis-à-vis des entreprises fondatrices de l’accélérateur. Date limite des candidatures : le 5 avril 2018. Cinq à huit projets devraient être sélectionnés cette année.

Un programme dense

Les entreprises accélérées bénéficieront, pendant neuf mois, d’un bureau dans les locaux de Niort Tech et d’un encadrement piloté par la société nantaise Startup Palace, spécialiste de l’incubation. Selon leurs besoins, elles seront épaulées pour travailler leur business model, la segmentation client, le pilotage financier, le commerce et le développement produit. Le coaching, c’est aussi un point hebdomadaire de 20 minutes avec Start­up Palace. Objectif : définir les visées de la semaine suivante, établir le bilan de la précédente, et faire le point sur tous les indicateurs clés.

Enfin, chaque projet sera suivi par deux parrains, issus de deux entreprises différentes. Ces coachs ont été choisis parmi les mem­bres ou les proches du comi­té de direction des mutualistes. Parmi eux : Bruno Goichon, secrétaire général de Groupama Centre-Atlan­tique, Alexandre Noé, responsable business solutions chez IMA, Philippe Lebeaupin, coach innovation à la Maaf – Lab Covéa, Virginie Lecuyer, CDO adjointe & responsable transformation digitale de la Macif, et Olivier Gombert Gillmann, chief innovation officer de la Maif. Chacun consacrera une journée par mois aux incubés. Et aura la possibilité de solliciter des ressources en interne pour répondre aux questions des startupers. Ainsi, les lauréats ont la possibilité de mener des tests sur les 12 millions de foyers clients des fondateurs de l’accélérateur et leurs 15 millions de véhicules assurés… C’est la force de l’écosystème de Niort.

Si quelqu’un a l’idée pour développer le Uber de l’assurance, faisons en sorte qu’il vienne le faire ici.

Bruno Lacoste, directeur communication et marketing de la Maaf et président de Niort Tech

Sur ce projet, l’écosystème niortais est très mature par rapport à la volonté d’accélération en commun. Ils mettent ensemble des moyens importants pour atteindre l’objectif et dans la durée.

Mathieu Le Gac, cofondateur de Startup Palace

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance du personnel affilié à la CNRACL.

SICTOM de la Région Montluçonnaise

19 avril

03 - DOMERAT

Prestations d'assurance (DO et TRC) pour la construction d'un conservatoire de théâ...

Ville de Montigny le Bretonneux

19 avril

78 - Montigny-le-Bretonneux

Marché de service d'assurance risques statutaires.

Ville de Cogolin

19 avril

83 - COGOLIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Numérique : Niort veut devenir la place forte de l'assurtech

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié