Octobre rouge dans le Sud-Est

Comme en septembre, le Sud-Est de la France a été balayé par deux séries d'intempéries, provoquant d'importants dégâts localisés dans l'Hérault et le Gard. Leur faible étendue devrait toutefois engendrer un volume de dossiers et un coût pour le secteur inférieur au mois précédent.

La loi des séries. Après les violents orages de grêles et les pluies diluviennes des derniers jours de septembre, le Sud-Est de la France - en particulier les départements de l'Hérault et du Gard - a été traversé par deux épisodes cévenols en moins de deux semaines (du 6 au 7 octobre et du 9 au 14 octobre). Ces phénomènes météorologiques, qui affectent principalement les Cévennes et le Piémont cévenol à cette période de l'année, sont bien connus des prévisionnistes. Les secteurs de Grabels et de Juvignac, au nord de Montpellier, ont été les plus touchés avec de fortes accumulations d'eau sur plusieurs kilomètres carrés lors du premier épisode cévenol avec pas moins de 300 foyers évacués au cours de la nuit.

En attente de l'état de catastrophe naturelle

Quant au second, les pluies diluviennes se sont abattues, pour l'essentiel dans l'ouest du Gard provoquant des dommages matériels (bus renversés, voitures au fossé, murs éboulés, champs et vignes submergés) et privant 4 000 foyers d'électricité. « Les procédures appropriées d'évaluation des dégâts subis par les collectivités et de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle vont désormais pouvoir être engagées », indiquait le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Le maire de Nîmes a d'ores-et-déjà obtenu le classement de sa commune en catastrophe naturelle. L'édile a d'ailleurs présenté une première facture d'1,7 ME de dégâts occasionnés par les 245 mm de précipitations enregistrés au plus fort de l'événement climatique. Aussi impressionnantes soient-elles, ces intempéries se révèlent sans commune mesure avec celles de la deuxième quinzaine de septembre, si l'on en croit les premières remontées des assureurs. Le groupe Macif a comptabilisé environ 200 dossiers entre le 6 et le 7 octobre et 1 200 pour le second épisode contre 4 800 le mois dernier. Même constat pour la Maif avec 2 737 déclarations de sinistres pour octobre contre 4 059 en septembre. Bien en deçà des 70 000 déclarations recensées en septembre par l'Association française de l'assurance (AFA) pour un coût estimé de 320 M€. Néanmoins, les événements de ces deux derniers mois laisseront des traces dans les bilans des assureurs. Le groupe Covéa (Maaf, MMA, GMF) évoque déjà une charge cumulée de 25 M€ pour 12 300 dossiers tandis que la Macif avance une facture de 13 M€.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour l'aide à la décision dans la stratégi...

Ville de Paris / Secrétariat général Délégation générale à la modernisation

20 juillet

75 - VILLE DE PARIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Octobre rouge dans le Sud-Est

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié