Optic 2000 condamné sur fond de concurrence acharnée

Optic 2000 condamné sur fond de concurrence acharnée

Le leader français de l’optique critique les méthodes de son concurrent Optical Center, qui a mené à sa condamnation à une amende de 29,5 M€ pour des pratiques qui seraient frauduleuses, et se place sous procédure de sauvegarde dans l'attente du jugement en appel.

Dans une décision rendue le 22 décembre 2014, le Tribunal de commerce de Paris a condamné in solidum Gadol Optic 2000, la structure faîtière du groupe coopératif Optic 2000, ainsi que sa société Frères Lissac, qui possède en propre une trentaine de magasins, à verser à Optical Center des réparations à hauteur de 29,5 M€. Après avoir envoyé des clients mystère dans les magasins de son concurrent, Optical Center avait dénoncé des fraudes, ces «clients» étant ressortis avec des factures ne correspondant pas aux devis.
En revanche, Lissac Enseigne a été relaxée : «Attendu que la société Lissac Enseigne est franchiseur de l'Enseigne «Lissac» et ne peut être tenue des actes reprochés à ses franchisés ; qu'aucun fait n'est reproché à Lissac Enseigne ; le tribunal mettra Lissac Enseigne hors de cause», a estimé le Tribunal de commerce. Il a donc reconnu que l’enseigne ne peut être tenue responsable des actes reprochés à des magasins indépendants, sans pour autant retenir cette interprétation dans le cas de Gadol Optic 2000, pourtant dans la même situation.

Une ambiance de règlement de comptes

Yves Guénin, secrétaire général d’Optic 2000, dénonce un «procédé abject» de son concurrent. Selon lui, cette différence entre devis et facture s’est produite dans des circonstances particulières, proches de la «manipulation» : «Le client mystère se rend dans un magasin le matin et se fait établir un devis à 200 €. Il repasse plus tard et demande par exemple des montures Chanel qui coûteront plus cher, que l’opticien lui facture, d’où cet écart mis en cause.» Yves Guénin affirme aussi que la douzaine d’attestations produites devant le tribunal n’a «pas été recueillie dans les formes de droit» et que certaines comporteraient des incohérences (signatures, dates).  Il y aurait donc, selon lui, tout au plus eu une inattention des opticiens concernés.

Les faits incriminés n’auraient donc rien à voir avec les pratiques d’«optimisation de factures», dénoncées à maintes reprises, dans lesquelles les opticiens ajustent les tarifs des équipements vendus en fonction du montant des garanties des assurances complémentaires de leurs clients. Elles n’ont rien à voir non plus avec d’autres types de fraudes comme le fait de faire profiter le client de lunettes solaires griffées au lieu de lunettes correctrices, voire de facturer une vente inexistante, autant de pratiques auxquelles les organismes complémentaires se sont attaqué avec les réseaux – et les enseignes, avec leurs systèmes d'informations. Le tribunal reconnaît d’ailleurs que Gadol Optic 2000 a mis en place des actions contre la fraude, notamment avec l'installation, à partir de fin 2005, d'un logiciel unique pour l’ensemble des magasins.

La sauvegarde pour se protéger

Optic 2000 a fait appel de la décision du Tribunal, le 24 décembre, et s’est placée sous procédure de sauvegarde, car cette dernière gèle l’amende et lui permet d’étaler son paiement sur dix ans. «Nous sommes en bonne santé, nous dégageons entre 6 et 10 M€ de bénéfice par an, et l’entreprise continue de fonctionner normalement», affirme Yves Guénin. Cette procédure de sauvegarde est, selon lui, avant tout un moyen de se protéger du comportement «prédateur» d’un concurrent.

Des précédents dans le secteur

L’affaire devrait revenir devant la Cour d’appel d’ici un an environ, et l’enseigne incriminée espère être relaxée. Gadol Optic 2000 avance plusieurs arguments, dont, en premier lieu, le fait de ne pouvoir être tenu responsable de magasins indépendants. C’est d’ailleurs cette interprétation qui a mis Lissac Enseigne hors de cause. Par ailleurs, il y a des précédents dans le secteur. Optical Center, qui avait attaqué l’enseigne Krys sur les mêmes fondements, a déjà été déboutée.  Elle l’ aussi été dans une procédure contre Atol, le tribunal ayant jugé les attestations produites non conformes.

En revanche, Optical Center a gagné en première instance pour concurrence déloyale et détournement de personnel contre Afflelou, qui avait recruté des directeurs de ses magasins.

A tout le moins, il semble que la concurrence effrénée qui règne dans le secteur de l’optique rende les relations entre enseignes particulièrement difficiles. Contacté par l’Argus de l’assurance, Optical Center n’a pas donné suite à notre demande d’interview.

Le monde a changé

Vu de l’extérieur, ce dossier apparait trouble. «Il faut être prudent. Les faits mis en cause remontent à 2008. Or le monde de l’optique n’a aujourd’hui plus rien à voir avec ce qu’il était alors», remarque Jean-François Tripodi, directeur général de Carte Blanche Partenaires (réseaux d’optique notamment). Ce dernier, qui précise ne pas connaître les détails de ce dossier ni son jugement, souligne que «les réseaux se sont développés, et les arrangements ont baissé de façon drastique. Les opticiens ne peuvent plus modifier les devis quand la prise en charge est faite. Optic 2000, et d’autres, ont des logiciels verrouillés. J’estime que le marché s’est assaini et que les grandes enseignes travaillent proprement

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Relance assistance à maîtrise d'ouvrage et étude stratégique multisectorielle relat...

Territoire de la Côte Ouest Communauté d'Agglomération

22 septembre

974 - TERRITOIRE DE LA COTE OUEST

Marché de recouvrement de créances des anciens locataires de l'OPH d'Aubervilliers.

Office Public de l'Habitat d'Aubervilliers

22 septembre

93 - AUBERVILLIERS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Optic 2000 condamné sur fond de concurrence acharnée

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié