Orages de grêle : au moins 340 000 véhicules endommagés

Orages de grêle : au moins 340 000 véhicules endommagés
Dans le Val-d'Oise et les Yvelines, 340 000 véhicules ont été touchés par la grêle.

Les orages de grêles, qui ont frappé la France durant le week-end de Pentecôte, ont provoqué d’importants dégâts, en particulier en région parisienne. Selon les premières estimations des assureurs et réseaux d’experts, près de 340 000 véhicules ont été touchés sur les seuls départements des Yvelines et du Val d’Oise. Un bilan qui devrait encore s’alourdir dans les prochaines heures.

Retour progressif au calme après les orages de très forte intensité qui se sont abattus en France entre le 7 et le 9 juin. Dimanche, vingt-sept départements, du nord de la France à l'Aquitaine, en passant par la région Centre, avaient été placés en vigilance orange par Météo France. Après une relative accalmie, 41 départements restaient en vigilance orange, dans la nuit de lundi à mardi, sur une large bande allant de l'Aquitaine aux Ardennes, avant que l’alerte ne soit définitivement levée mardi 10 juin au matin. Au total, un peu plus de 130 000 impacts de foudre ont été recensés. Sans compter les violentes chutes de grêles qui ont occasionné de nombreux dommages.

Les Yvelines et le Val-d'Oise les plus exposés à la grêle

Vingt-quatre heures à peine après la fin des intempéries, les assureurs livrent leurs premières estimations. Des chiffres à manier avec une extrême précaution alors que les prévisionnistes de Météo France prédisent une nouvelle série d’orages à venir dans l’est de la France. Ainsi, selon les chiffres des réseaux d’experts transmis aux assureurs ce lundi 10 juin à 17 heures, un peu plus de 340 000 véhicules ont été endommagés dans les Yvelines (78) et le Val d’Oise (95), départements les plus exposés aux orages de grêle. Le matin même, les réseaux d’experts en recensaient 200 000 (120 000 dans le 78 et 80 000 dans le 95).

Des orages « trois fois plus important » que ceux de juin 2013

La Maif, qui a déclenché la cellule Pégase ce mardi matin, recensait, à 17 heures, 3 300 appels, concernant à 90% l’auto et à 10% l’habitation, mais s’attend, selon ses premiers calculs, à un volume de 35 000 dossiers ouverts dans les Yvelines et le Val-d’Oise. Un chiffre, qui, s’il se vérifiait, «serait comparativement trois fois plus important en volume que les orages de juin 2013 », indique-t-on à la Maif. A la mi-journée, le groupe Macif enregistrait de son côté plus de 4 000 appels précisant que «les dommages les plus importants sont principalement localisés sur la couronne parisienne». La mutuelle indique avoir renforcé ses plates-formes téléphoniques, s’apprête à déployer des cellules de gestion spécifiques si nécessaire et a contacté des sociétés de débosselage spécialisées dans la réparation de véhicules grêlés.

Chez Covéa (Maaf, GMF et MMA), on estime la volumétrie des dommages à 20 000 dossiers par enseigne répartis entre l’auto et l’IARD sur l’ensemble des régions touchées, soit un total de 60 000 déclarations. La Sgam a par ailleurs mis en service deux plates-formes de débosselage à Montigny-lès-Cormeille (95) et à Compiègne (60), à proximité des sites les plus touchés par la grêle. D’autres pourraient être mises en fonction en cas de forte affluence.

D'autres déclarations dans les prochains jours

D’après les premières simulations réalisées par Axa France pour la journée de dimanche 8 juin, 6 300 bâtiments d’habitation auraient été touchés. Agent Generali dans les Yvelines, Thierry Sevoz faisait état, lundi matin, d’une trentaine de déclarations de sinistres. «Neuf sur dix concernent des voitures et des caravanes, le restant porte sur des habitations : gouttières perforées, tuiles et vitres brisées, etc.», indique l’agent général. Beaucoup d’agences étant fermées lundi 9 juin, il faudra encore quelques jours pour dresser un bilan détaillé de la typologie et du coût des sinistres.

Dans l’hypothèse d’une forte proportion de dossiers portant sur des véhicules, il est probable, comme l’évoque Thierry Sevoz, que les ateliers de réparation et notamment les spécialistes du débosselage, aient fort à faire dans les prochaines semaines et que les assureurs coordonnent la mise en place de plates-formes mobiles, comme l’a déjà fait Generali par le passé.

Des pertes d’exploitation à prévoir pour les vignerons

L’épisode orageux de dimanche et lundi n’aura pas épargné le vignoble bordelais, où près d’un millier d’hectares aurait été touché, selon les premières estimations, «en particulier sur les communes de Prignac, de Blaignan, d’Ordonnac et de Saint Yzans», précise la préfecture de la Gironde dans un communiqué. Une réunion de crise se tenait, ce mardi, à Blaignan avec les services de l’Etat, les maires et les professionnels pour estimer les pertes et préparer des réponses exploitation par exploitation. «Le Préfet mettra en œuvre la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle dès que la demande sera remontée des communes concernées», peut-on lire dans le communiqué.

«La grêle a touché des vignes qui mettront plusieurs années à s’en remettre», indique Amaury Louvet, agent MMA à Cognac. Une cellule de crise a été mise en place dans la matinée afin que la préfecture puisse évaluer les mesures à mettre en place. La mairie de Cognac indique sur son site Internet avoir fait une demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Sébastien Acedo et Estelle Durand

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Orages de grêle : au moins 340 000 véhicules endommagés

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié