Orages : les estimations des dommages se précisent

Orages : les estimations des dommages se précisent

Les conséquences de l’épisode orageux qui a frappé plusieurs régions de France au cours du week-end du 8 juin commencent à se faire plus précises au fur et à mesure que le temps passe. Selon les informations recueillies sur le terrain par la Fédération des sociétés d’expertise (FSE), les zones les plus touchées ont été l’Ile-de-France, le Centre et le Poitou-Charente. Les dommages aux biens (hors automobiles) constatés sur le périmètre de ces trois régions pourraient générer plus de 25 000 déclarations de sinistres.

Dommages aux bâtiments et infiltrations d'eau

Toujours d’après la FSE, les dégâts recensés dans plus de 200 communes concernent essentiellement les toitures et les vérandas. «En Charente, dans les Deux-Sèvres, dans les Yvelines et dans le Val-d’Oise, des objets projetés par le vent ont provoqué des dommages aux équipements des bâtiments (portails, volets, antennes). Certains bâtiments de structures légères (essentiellement à usage agricole) ont été partiellement détruits», indique la FSE.

Les sociétés d'expertise signalent également des dommages plus légers causés par des infiltrations d’eau par les toitures ou les fenêtres. Du côté des assureurs, Axa France estime à 20 000 le nombre de sinistres toutes catégories confondues (bâtiments et véhicules).

Une facture estimée à 180 M€ pour Covéa

Chez Covéa (Maaf, GMF et MMA), les projections se précisent également. La Sgam, qui a déployé un nouvel outil de modélisation pour la grêle (en fonction de la taille des grêlons, de l’heure et du jour), table sur une volumétrie de 41 000 déclarations de sinistres en auto, de 32 000 en habitation  et de 2 500 dossiers sur la partie professionnelle pour les trois enseignes.

«L’intensité de la grêle a entraîné beaucoup de bris de glace, et nous attendons une proportion importante de mise en épave», souligne Michel Gougnard, directeur général de Covéa AIS. A ce jour, quatre plates-formes de débosselage ont été activées à Poissy, Orgeval, Montigny-lès-Cormeille et Compiègne, contre deux mardi 10 juin au matin.

Sur cette base, Covéa a défini un coût moyen de 2 500 € par véhicule, de 1 800 € par habitation et de 8000 € par professionnel, permettant au groupe d’estimer le coût total de l’événement climatique à 180 M€ pour 76 000 dossiers. Par comparaison, lors de la tempête Xynthia en 2011, Covéa avait ouvert 80 000 dossiers.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Titres repas dématérialisés - chèques/cartes cadeaux.

GHT Val de Marne Est - Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

18 juillet

94 - CRETEIL

Convention de participation pour la participation au financement de la protection s...

Conseil Général de la Haute Vienne

18 juillet

87 - CONSEIL DEPARTEMENTAL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Orages : les estimations des dommages se précisent

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié