Plus d'un actif français sur deux n'a pas commencé à épargner pour sa retraite (étude HSBC)

Plus d'un actif français sur deux n'a pas commencé à épargner pour sa retraite (étude HSBC)

L'étude mondiale HSBC sur l'Avenir des retraites révèle que les Français peinent à épargner pour préparer leur retraite.

C’est une enquête qui ne va pas relever la cote de l’épargne retraite en France. Selon l’étude mondiale HSBC sur « l’Avenir des retraites », 53% des actifs français n’ont soit pas encore commencé à épargner pour leur retraite, soit arrêté leur effort d’épargne. C’est 10 points de plus que la moyenne mondiale, la France se positionnant ainsi dans le Top 3 des pays sondés où les actifs font face à ces difficultés, juste derrière l’Argentine (65%) et Taïwan (54%).

L'assurance vie pas une garantie

Autres chiffres marquants : seuls 27% des actifs français pensent que les régimes collectifs (pension de retraite d’Etat, retraite supplémentaire d’entreprise) dont ils bénéficient leur permettront de financer leur retraite. En outre, un quart des personnes interrogées (25%) juge que leur assurance vie contribuera au financement de leur retraite. Enfin, 2% des sondés pensent que leurs enfants leurs apporteront une aide financière. Soit le score le plus bas au monde, avec le Royaume-Uni. Le 13ème volet de « l’Avenir des retraites » de HSBC a recueilli les points de vue de 18 000 personnes dans 17 pays, aussi bien actifs que retraités.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance juridique.

SEM SIPEnR

26 juin

75 - SEM SIPENR

Prestation de services d'assurances.

CHI Emile Durkheim

26 juin

88 - EPINAL

Souscription de différents contrats d'assurance.

La Roche sur Yon Agglomération

26 juin

85 - LA ROCHE SUR YON AGGLOMERATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Plus d'un actif français sur deux n'a pas commencé à épargner pour sa retraite (étude HSBC)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié