[DOSSIER] Dossier spécial Maroc à l'occasion des Rendez-vous de [...] 18/22

Pour S&P, le Maghreb présente de bonnes perspectives pour l’assurance

Pour S&P, le Maghreb présente de bonnes perspectives pour l’assurance
La conférence Maghreb organisée le 30 mai par L'Argus

"Il n'y a pas un marché de l'assurance maghrebin, mais des marchés marghrebins de l'assurance", a rappelé Lotfi Elbarhdadi, directeur service financier chez Standard & Poor's (S&P) à l'occasion de l'allocation d'ouverture de la première conférence de L'Argus de l'Assurance sur le marché de l'assurance au Maghreb, organisée le 30 mai. Une manifestation qui fut également pour lui l'occasion de présenter une étude de l'agence de notation démontrant dans le détail combien les acteurs de l'assurance français et occidentaux ont raison de miser sur le potentiel de développement de l’assurance en Algérie, en Tunisie et au Maroc, qu'il s'agisse d’assurance vie, d'assurance habitation, l’épargne ou encore en santé, sans oublier les "pros".

L’agence de notation pointe aussi « le développement des infrastructures et la croissance du marché immobilier » dans ces économies, ainsi que « les efforts des régulateurs pour élargir les couvertures obligatoires ». Les analystes soulignent, par ailleurs, que si les ratios combinés se sont améliorés sur ces marchés ces dernières années, ils ont un besoin croissant en matière de gestion intégrée des risques.

Un regard tourné vers l'extérieur

Amara Latrous, président de l'Union des assureurs et réassureurs algériens a estimé, à la tribune de la conférence de L'Argus que "le potentiel du marché maghrebin de l'assurance sera de 25 Md€ à l'horizon 2015." Une estimation portée par une croissance de l'économie qui devrait être trés dynamique. D'autres facteurs devraient également jouer en faveur du développement. Ainsi, Kamel Chibani, délégué général de la Fédération tunisienne des sociétés d'assurance annonce que "la Tunisie signera un accord pour être un partenaire privilégié de l'Europe". Des signes qui ne trompent pas. De même lorsque Bachir Baddou, directeur général de la Fédération marocaine des sociétés d'assurance et de réassurance évoque la création de Casablanca Finance City, le "hub" sur tous les métiers de la finance et de l'assurance.

Des partenariats fructueux

La conférence de L'Argus fut également l'occasion d'entendre les acteurs français déjà présents au Maghreb : Axa, Macif, Cardif, la Société Générale ou encore Groupama. Tous ont avancé dans ces trois pays en tissant des partenariats avec des acteurs locaux et tous soulignent l'importance de cette approche qui permet de découvrir dans d'excellentes conditions la culture du pays et d'éviter ainsi les erreurs. "Nous avons mis deux ans et demi pour obtenir la licence en Algérie, explique Frédéric Fléjou, CEO développement nouveau marché chez Axa. Un temps qui peut paraître long mais qui nous a permis d'intégrer parfaitement les tenants et aboutissants et de démarrer immédiatement l'activité le jour J".

De son côté, Jean-Dominique Antoni, président du directoire d'Inter Mutuelles Assistance rapporte son experience dans le cadre du partenariat avec Wafa Assurance : "Le Maroc présente un plan politique rassurant et un dynamisme qui incite à investir. De là, nous pouvons regarder vers l'Afrique de l'Ouest et éventuellement l'Afrique de l'Est". Enfin, Michel Hascoët, PDG d'Axa Assurance Maroc, explique combien "la compagnie est impatiente de voir certaines couvertures devenir obligatoires et affiche de vraies ambitions pour le risque d'entreprise".

Pas de marché commun

Cependant, alors qu'il existe des structures politiques commune comme le Comité Maghrebin d'assurance et de réassurance, créé en 1968, il paraissait évidant à l'issue de cette conférence que la réalité d'un marché commun de l'assurance au Maghreb reste encore trés éloigné. "En effet, chacun des trois pays a des spécificités par rapport aux autres", estime S&P. Le Maroc est le marché relativement le plus mature de la région et possède encore un potentiel de croissance via des programmes de généralisation de l’assurance. L’Algérie, de son côté, devrait surtout connaître un développement de l’assurance vie via la bancassurance. Enfin, la Tunisie aurait des « perspectives de croissance plus élevées que son PIB », selon S&P.  A noter qu’au-delà du Maghreb, les assureurs français s’intéressent de plus en plus à d’autres pays africains.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Pour S&P, le Maghreb présente de bonnes perspectives pour l’assurance

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié