[DOSSIER] Présidentielle 2017 (Spécial) 5/11

Présidentielle 2017 : les 10 propositions de la CSCA aux candidats

Présidentielle 2017 : les 10 propositions de la CSCA aux candidats
«Nous demandons aux candidats de s’engager à ce qu’un équilibre soit rapidement trouvé entre la protection du consommateur et l’avalanche des réglementations européennes inadaptées» souligne le président de la CSCA Bertrand de Surmont.

La chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) a collecté, ces derniers mois, les remontées terrain auprès de ses quelque 700 adhérents qui représentent la moitié des salariés du courtage et elle a mené des travaux au sein de son cercle de réflexion Intermedius. Objectif : édicter 10 recommandations à l’attention des postulants à la fonction présidentielle. De la sensibilisation des étudiants au métier du courtage, à la valorisation de l’inter-professionnalité avec les autres intermédiaires comme les agents généraux ou les gestionnaires de patrimoine : les distributeurs font entendre leur voix. Ces propositions seront adressées à l’ensemble des candidats début avril. C’est la première fois que la CSCA agit ainsi à l’occasion d’une élection présidentielle. En toile de fond, c’est bien la reconnaissance du rôle des entrepreneurs indépendants et des très petites entreprises que sont les courtiers de proximité dans le dynamisme des territoires qui est recherchée.

1 Mettre en place un référent consommateurs

Un référent consommateur, au sein de la profession, doit réfléchir à améliorer les dispositifs de médiation avec les courtiers en lien avec les porteurs de risques pour, in fine, renfor­cer la confiance des assurés.

2 Instituer un mécanisme d’autocontrôle syndical

Les syndicats professionnels doivent accompagner leurs adhérents dans leur obligation de conformité vis-à-vis de la réglementation en leur faisant signer une charte de transparence dont le syndi­cat contrôle le respect.

3 Accentuer la mutualisation des outils et services

Mettre en place des outils et des services mutualisés à disposition des adhérents des syndicats professionnels en matière de compliance, de transmission et de croissance exter­ne, de transformation digitale…

4 Sensibiliser les étudiants aux métiers du courtage

Engager une action de sensibilisation des étudiants aux métiers du courtage et à leurs perspectives de carrière afin de renforcer l’attractivité de cette profession méconnue.

5 Associer leurs collaborateurs au capital

Inciter les dirigeants à associer leurs salariés au capital pour retenir les ta­lents dans une profession axée sur le service et la compétence intellectuelle.

Intermedius, c’est quoi ?

À l’origine de l’élaboration de ces 10 propositions : l’institut Intermedius. Ce cercle de réflexion a vu le jour le 14 septembre dernier à l’initiative de la CSCA avec comme objectif de « phosphorer » sur l’ensemble des métiers de l’intermédiation. C’est le comité scientifique du think tank, présidé par Nicolas Bouzou, économiste à la tête du cabinet Asterès, qui a mené les travaux. Ce comité est composé d’interlocuteurs internes comme, par exemple, Geoffroy Roederer, président du cabinet de courtage éponyme, et externes tel Denis Barbarossa, président de l’Institut français des experts comptables.

6 Développer l’offre de formation

Face aux mutations du secteur et aux évolutions réglementaires, renforcer le rôle des organisations professionnelles en terme de formation en cou­plant les adhésions à des exigences minimales sur ce plan et en mettant en place une certification. Parallèlement, les syndicats professionnels doivent être chargés de dé­finir un référentiel de compétences ; répertorier les formations initiales préparant aux métiers de l’intermédiation ; enga­ger des partenariats avec les écoles et universités pour coproduire des formations ; concevoir des formations professionnelles en présentiel ou à distance en partenariat avec d’autres acteurs présents sur le terrain (Chambres de commerce et d’industrie…) à destination des courtiers et de leurs collaborateurs. Enfin, inciter les entreprises labellisées par les syndicats (compagnies d’assurance, réseaux de courtage…) à dévelop­per une offre de formations métiers gratuites en option libre sur des compétences pointues.

7 Valoriser l’interprofessionnalité

Renforcer le rôle de l’Ancia (Association nationale de courtiers et intermédiaires d’assurance) chargée de favoriser les échanges entre toutes les composantes de l’intermédiation à l’échelle nationale : agents généraux, conseillers en gestion de patrimoine, conseillers en investissement financier… L’association devrait aussi être un lieu de dialogue avec les professions du droit et du chiffre (experts comptables, avocats, notaires) et les chambres de commer­ce. «L’Ancia pourrait ainsi développer sa vocation de véhicule de coopération entre profes­sionnels, d’interpellation des autorités de tutel­le et de veille», préci­se la CSCA pour qui une coopération permettrait, enfin, de créer des synergies en matière de formation afin de développer l’offre et de réduire les coûts.

8 Encourager l’entrepreneuriat indépendant

Les pouvoirs publics doivent protéger et encourager la famille des inter­médiaires en veillant à ce que les spécificités nationales du secteur soient prises en compte dans le cadre des transpositions de directives européennes et de la rédaction des actes délégués, et en reconnaissant le rôle des entrepreneurs indépendants et des TPE que sont les courtiers de proximité dans le dynamisme des territoires, en particulier ruraux. «En étant proches de leurs clients, les inter­médiaires constituent d’excellents relais des problématiques des particuliers avec un rôle quasi social de détection des situations de détresse et sont un maillon essentiel du tissu économique local», souligne la CSCA pour qui «cette forme d’entreprenariat contribue elle aussi au développement des territoires et doit ainsi être protégée et encouragée via l’allégement de la réglementation sociale, la simplification de l’accès au financement, la protection en santé et prévoyance du chef d’entreprise et une stabilité réglementaire et législative au niveau national et européen à 5 ans».

9 Créer des pôles syndicaux multispécialistes

Les syndicats professionnels devraient impulser des rapprochements et des synergies sur les territoires via leurs antennes régionales.

10 Rendre indispensable l’adhésion à un syndicat

L’adhésion à un syndicat professionnel doit devenir un préalable indis­pen­sable pour tout cabinet de courta­ge, tant pour obtenir une cer­ti­fication en matière de conformité et de formation que pour «bénéficier des nombreux services mutualisés à coût maîtrisé qui permettront à tous les cabinets d’affronter les mutations que connaît le secteur», argumente la CSCA sur fond d’enjeux de représentativité.

Emploi

BNP PARIBAS

Architecte IT H/F

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC construction ou mécanique H/F

Postuler

BNP PARIBAS

Chargé(e) d'études actuarielles - Tarification H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances multirisque du patrimoine et responsabilité des dirigeants

Fourmies Habitat

22 septembre

59 - FOURMIES HABITAT

Assurance risques statutaires

Fourmies Habitat

22 septembre

59 - FOURMIES HABITAT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Présidentielle 2017 : les 10 propositions de la CSCA aux candidats

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié