Présidentielle 2017 : «Les candidats se méfient des sujets de protection sociale»

Présidentielle 2017 : «Les candidats se méfient des sujets de protection sociale»
Bruno Chrétien, président de l'Institut de la protection sociale (IPS)

A quelques heures du deuxième débat de la primaire de la droite, le président de l'Institut de la Protection Sociale (IPS), Bruno Chrétien, revient sur les thématiques majeures abordées - ou non - par les candidats à l'élection présidentielle.

Argus de l'Assurance : Quelle est la démarche de l'Institut de la Protection Sociale (IPS) ?

Bruno Chrétien : Depuis trois mois, nous avons rencontré plusieurs représentants de candidats à l’élection présidentielle, notamment les équipes de quatre candidats à la primaire de droite (Juppé, Fillon, Le Maire, Sarkozy). Nous leur avons présenté une vingtaine de propositions sur des thématiques aussi variées que la retraite, la santé ou encore l’épargne salariale. L’idée est au final de pouvoir aider ces décideurs politiques à se positionner sur des mesures liées à la protection sociale.

Quelles sont vos propositions qui sont aujourd'hui entendues ?

Trois de nos thématiques majeures reviennent souvent dans les programmes des candidats : la retraite, le RSI et la simplification administrative. Sur la retraite notamment, il y a ainsi une vraie convergence entre les candidats de droite, puisque tous s’accordent sur le fait qu’il faille reporter l’âge de départ à la retraite. Notre proposition d’avoir un compte individuel obligatoire étendu aux régimes supplémentaires semble aussi avoir un certain écho auprès de plusieurs candidats. En revanche, sur les autres sujets de protection sociale, les programmes sont plus light. Je n’ai lu nulle part une proposition de réforme systémique qui garantirait une meilleure protection des vrais risques ou qui réduirait les prises en charge des régimes obligatoires. De manière plus générale, les candidats à l’élection présidentielle se méfient des sujets de protection sociale. C’est un sujet sensible, les Français craignant de perdre certains de leurs acquis.

Que devient la santé ? 

La santé est un sujet où il y a beaucoup d’omerta. Nos propositions – qui visent notamment à rendre obligatoire la prévention – ne sont aujourd’hui pas vraiment entendus. La priorité des candidats à la primaire de droite est avant tout de revaloriser le statut des médecins, sans toucher par exemple au tiers-payant. De fait, la prévoyance lourde est un sujet qui ne les préoccupe pas. Dans ce contexte, nous sommes déjà très satisfaits que plusieurs des propositions phares de l’IPS soient reprises par les candidats.

Emploi

Collecteam

Responsable Technique Contrats Santé et Prévoyance H/F

Postuler

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

FRAIS DE SANTE PERSONNEL DE MONTPELLIER BUSINESS SCHOOL.

Betem Languedoc Roussillon

23 janvier

34 - MONTPELLIER

Marché d'assurances.

Atlantique Habitations

23 janvier

44 - ATLANTIQUE HABITATIONS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Présidentielle 2017 : «Les candidats se méfient des sujets de protection sociale»

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié