Prévention : la boulangerie veut aller plus loin

Prévention : la boulangerie veut aller plus loin
Salque Jean-Louis La branche de la boulangerie-pâtisserie artisanale défend depuis près d'une dizaine d'années le principe d'une politique de prévention et solidarité active, dans le cadre de la clause de désignation avec AG2R La Mondiale.

La branche de la boulangerie-pâtisserie artisanale, emblématique des clauses de désignation résistantes en santé et prévoyance, a bien l’intention de poursuivre sa politique de prévention – avec de nouvelles actions à la clé.

Dans son désormais célèbre rapport du 23 septembre 2015, l’ancien directeur de la Sécurité sociale Dominique Libault évoquait en filigrane un retour partiel aux clauses de désignation en prévoyance, ce qui a été traduit au sein du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2017. Parmi ses exemples justificatifs, le régime de prévoyance de la branche de la boulangerie-pâtisserie artisanale (IDCC 843) occupait une bonne place, «un exemple de haut niveau de solidarité» écrivait-il alors. Et si, aujourd’hui, la bataille autour de la désignation sur cette branche continue de plus belle, les actions de prévention et de solidarité poursuivent également leur déploiement.

>> A LIRE. Santé et prévoyance : comment la branche de la boulangerie défend sa clause de désignation

La Confédération nationale de la boulangerie et boulangerie-pâtisserie française, accompagnée des cinq organisations syndicales représentatives (CGT, FO, CFDT, CFTC et CFE CGC) de la branche, ont organisé début décembre une conférence revenant justement sur ces actions, justifiant selon elles le maintien de cette clause de désignation tant contestée. «Le but initial de l’accord sur la complémentaire santé était justement de faire du sur-mesure», signale Joël Chiaroni (CFTC).

Portée par un haut degré de solidarité au-delà de 8% (les recommandations s’accompagnant désormais d’un minimum obligatoire de 2%), cette politique de prévention, en plus des droits non-contributifs (limitation de la cotisation des retraités, gratuité pour les temps partiels et les ayants-droits d’un salarié décédé…), s’articule autour d’un comité d’experts tenu pour la première fois en avril 2008, pilotant et diagnostiquant les actions mises en place.

Deux premières campagnes de prévention bucco-dentaire ont été lancées dès 2008, permettant de faire bénéficier les salariés de la branche d’une consultation gratuite chez leur dentiste. Avec 22 000 consultations réalisées, plus de 10% des personnes concernées ont participé à l’opération : 70% de ces salariés avaient des besoins importants en soins dentaires et 20% avaient une carie d’origine professionnelle, la «carie du boulanger». Cette campagne, entre 2012 et 2014, a été élargie auprès des apprentis dans les CFA (Centres de Formation d’Apprentis).

Nouvelle priorité : la lutte contre l'hypertension

Les problématiques respiratoires ont été de leur côté prises en compte à partir de 2012, via une campagne de prévention à l’hygiène respiratoire («asthme du boulanger»), jusqu’à la mise en place en 2015 du programme CARE (coaching des allergies respiratoires). A noter également une campagne de prévention du diabète lancée en 2015, ainsi que le lancement du service d’orientation médicale Seakmed depuis le 22 février 2016 : «cette société ne donne pas un second avis médical, prévient le professeur Arnold Munich, mais oriente gratuitement les personnes vers un autre avis proche de chez eux».

Le 18e comité d’experts, tenu le 19 février 2016, a défini trois priorités pour les années à venir quant à la politique globale de prévention de la branche. La santé bucco-dentaire et l’hygiène respiratoire dans les CFA qui feront l’objet de nouvelles campagnes de formation jusqu’en 2018.

Nouveauté : une campagne de dépistage de l’hypertension artérielle sera lancée en partenariat avec la fondation de recherche sur l’hypertension artérielle (FRHTA) durant le premier semestre 2017. «L’hypertension artérielle est quinze fois plus fréquente que l’asthme et cinq fois plus que le diabète», rappelle Michel Bressy, vice-président de la Confédération nationale de la boulangerie et boulangerie-pâtisserie française.

Ces actions sont-elles, à long terme, rentables ? La branche a réalisé des projections sur la base des actions lancées quant à la prévention bucco-dentaire (2008-2011) : l’investissement original, estimé à plus d’un million d’euros en 2011, serait compensé à compter de 2031 via la baisse de la consommation dentaire.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Acquisition d'un véhicule neuf.

Comité Martiniquais du Tourisme

15 septembre

972 - FORT DE FRANCE

Lac de la Sorme - assistance à l'élaboration d'un programme de travaux d'ingénierie...

Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau (CUCM)

15 septembre

71 - CU LE CREUSOT MONTCEAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Prévention : la boulangerie veut aller plus loin

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié