Quand l'assuré participe à l'expertise

Pour évaluer les dommages, le groupement d'experts en automobile EQE s'appuie sur les photos prises par les assurés. Il veut ainsi réduire les délais de gestion de certains sinistres.

A l'initiative d'Europe Qualité Expertise (EQE), « l'expertise participative » fait son entrée dans le monde de l'assurance automobile. Ce groupement d'experts a élaboré un système qui vise à réduire les délais d'expertise à distance en déportant la phase de réalisation des photos servant de base à l'évaluation des sinistres. Au lieu d'attendre que le véhicule soit confié au réparateur et photographié par ses soins, c'est l'assuré lui-même qui réalise les prises de vue. Le système ne nécessite aucun outil informatique particulier. Il requiert simplement que l'assuré soit équipé d'un appareil photo numérique et d'une messagerie électronique.

Il repose cependant sur une méthodologie précise d'identification des dossiers - les vols et les dommages liés à la grêle sont exclus - et d'information des assurés. « Une fois la mission reçue, nous contactons le propriétaire afin qu'il nous envoie une série de photos du véhicule et des dommages par courrier électronique sur la base d'une liste que nous lui transmettons, explique le président d'EQE, Bruno Guibeaud. En cas de choc bénin, le chiffrage de l'expert et les photos sont transmis au réparateur, avec lequel nous fixons un rendez-vous de principe pour les travaux. » Si les dommages sont plus importants après démontage, le réparateur fera parvenir des photos complémentaires à l'expert, « pour une reprise de chiffrage avec accord contradictoire par téléphone », précise Bruno Guibeaud.

Une première dans l'assurance auto

Le dispositif a déjà été adopté par La Bresse assurances. « Sur 200 missions effectuées par mois, 35 sont traitées en expertise participative », indique Bruno Guibeaud, qui vient de faire un nouvel adepte, la Mutuelle des transports assurances (MTA), et entend convaincre les grands noms du marché.

Associer l'assuré à l'expertise est une première dans l'assurance automobile, mais des acteurs de l'expertise en dommages aux biens - comme Polyexpert et Saretec, qui a développé une application spécifique pour smartphone - ont déjà franchi le cap. Certains réfléchissent déjà à l'étape suivante : l'expertise par visioconférence.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Services d'assurance

Fondation de Selves

20 août

24 - Sarlat-la-Canéda

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Quand l'assuré participe à l'expertise

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié