Réassurance : les ouragans font grimper les prix

Réassurance : les ouragans font grimper les prix
Les dégâts dûs aux cat’nat’ ont été particulièrement importants en 2017, comme ici à Summerland Key en Floride après le passage d’Irma. © JOE RAEDLE

Après des années de baisse, les réassureurs ont profité de la série de cat’nat’ de l’automne dernier pour redresser leurs tarifs.

La fin d’un cycle, enfin ? Lors des renouvellements de traités au 1er janvier 2018, les tarifs de la réassurance dommages sont repartis à la hausse, après six années consécutives de baisse. En cause : la forte sinistralité subie à l’automne 2017. Ouragans Harvey, Irma, Maria, tremblements de terre au Mexique, feux de forêt en Californie… Le coût des catastrophes naturelles a atteint, l’an dernier, un record de 130 Md$. Contraints jusqu’ici de puiser dans leurs reprises de provisions pour maintenir leurs résultats financiers, les réassureurs mondiaux se sont donc montrés très fermes lors des négo­ciations avec les cédantes.

Touchées de plein fouet par ces événements, la rétrocession et les tranches des programmes catastrophes affectées ont vu leurs prix augmenter de 20 % voire plus. Mais le redressement tarifaire ne s’est pas limité aux marchés impac­tés, descendant en cascade sur les autres régions et autres lignes d’activité. Les tranches des programmes concernés mais non touchés ont ainsi vu leurs tarifs progresser de 10 % et les programmes non affectés de 5 %.

Sur le continent européen, épargné par ces phénomènes majeurs, les cédantes ont opposé une certaine résistance. Mais, après plusieurs années de baisse, les réassureurs ont tout de même obtenu une hausse, comprise entre 0 et 5 %. « Même dans les régions faiblement touchées », Hannover Re déclare « avoir pu obtenir une prime au moins égale à celle de l’année précédente ».

Après trois années de baisse consécutive, Scor affiche, de son côté, une tarification ajustée aux risques en hausse de 3 %. La plus forte augmentation depuis les renouvellements de janvier 2009.

Les cat’nat’ permettent la hausse des tarifs…

« S’agit-il d’un feu de paille ou d’une inversion structurelle de tendance ? », s’interroge Marc-Philippe Juilliard, directeur chez S&P Global Ratings. Sur tout marché, la tarification dépend de l’offre et de la demande. Pour l’heure, malgré l’impact des catas­trophes naturelles, les capacités restent encore abondantes, et la hausse des prix en P&C est donc modérée, comprise au global entre 0 et 5 %. « Faute d’un assèchement du marché de la réassurance alternative, la perspective d’une inversion structurelle de la courbe des prix reste difficile à envisager. Pour l’heure, ces instruments financiers sont encore disponibles en quantité abondante. Mais si la hausse des taux d’intérêt venait à se confirmer aux États-Unis et en Europe, l’appétit des investisseurs pour les cat bonds (ndrl : obligations catastrophe) pourrait s’amoindrir », explique Marc-Philippe Juilliard. Les réassureurs, eux, veulent croire à une amélioration durable de leurs tarifs. Réponse lors des prochains renouvellements au mois d’avril.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 16 juillet 2021

ÉDITION DU 16 juillet 2021 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance Senior H/F

Postuler

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

CONSEILLER CLIENTELE PARTICULIER - TPE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances construction

Société Immobilière des Chemins de Fer

27 juillet

75 - ICF HABITAT

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES POUR LA DESIGNATION D'UN CABINET DE COMMISSAI...

Association St François d'Assise ASFA

27 juillet

974 - ST DENIS

Assurance responsabilité drone

Ville de Lille

27 juillet

59 - Lille

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Réassurance : les ouragans font grimper les prix

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié