Réassurance : pas de révolutions dans les renouvellements

Réassurance : pas de révolutions dans les renouvellements

Pas de révolution mais peut-être un tournant. Selon le courtier Willis Re, les renouvellements en réassurance au 1er janvier 2012 se sont traduits par des souscriptions très fragmentées et sélectives, avec, en général, une politique de taux adaptée en fonction de la sinistralité et de l’exposition de chaque risque. Alors que l’année 2011 est la seconde année historiquement coûteuse en termes de pertes assurées et réassurées pour le marché (avec des événements et des expositions aux risques très mal modélisées, souligne le courtier), les niveaux de capitaux des réassureurs, maintenus à des niveaux raisonnables, ont en effet absorbé les chocs, même si les revenus tirés des investissements, eux, ont forcément souffert de l’environnement économique et financier de l’an passé, ce qui reste d’ailleurs un sujet de préoccupation pour 2012. Willis Re observe, par ailleurs, que l’augmentation des taux au 1er janvier 2012 pour les programmes cat'nat' a attiré de nouvelles capacités et qu’en revanche, la dernière version du modèle de RMS, tant décriée l’an passé, n’a pas entraîné les fortes hausses de taux annoncées, du fait de son arrivée tardive par rapport aux renouvellements.

Télécharger gratuitement

Télécharger le livre blanc

Tous les champs sont obligatoires

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot