Cat'nat' et tempêtes géopolitiques restent au coeur de l'activité des réassureurs (RVS)

Cat'nat' et tempêtes géopolitiques restent au coeur de l'activité des réassureurs (RVS)
Monaco, où se déroule la 58ème édition des RVS

Moins visibles en raison de la faible sinistralité de 2014, les cat nat n'en restent pas moins le moteur de  l'activité des réassureurs. Tout comme les autres risques majeurs, guerre, terrorisme, épidémie... qui font, eux, l'actualité.

Légèrement supérieurs en nombre à la moyenne de ces dix dernières années, les 490 événements climatiques survenus depuis le début de l’année ne suffiront pas à peser dans la balance des renouvellements. La raison en est simple.  Leurs coûts économiques et assurés -soit respectivement 32,4 Md€ et 13 Md€ - restent bien en deçà de la moyenne décennale (73,35 Md€ et 19,3 Md€).

Les cat’ nat’ n'en restent pas moins le moteur de la branche. Comme l'a rappelé Claude Tendil, président de l'association organisatrice des Rendez-vous de septembre de la réassurance à Monte-Carlo, «la croissance de 5,7 % des primes de la réassurance a été tirée par les hausses tarifaires de certaines couvertures cat’ nat’». Cette année, la réassurance, qui s'attend à une évolution étale des tarifs sur un volume global de primes de 185,30 Md€  (pour 3629 Md€ de primes dans l'assurance), compte bien ne pas lâcher davantage prise sur les prix. Les études sur le changement climatique fournissent aux réassureurs assez de raisons pour discipliner leur politique de souscription.

Risques de guerre et terrorisme

Les mêmes arguments valent pour les autres branches comme l'aviation, qui de l'avis de Jürgen Gräber, membre du directoire d'Hannover Re, devrait connaître une stabilisation des tarifs. Le troisième réassureur  mondial a été impacté comme certains de ses concurrents, par la perte des deux appareils de la Malaysia Airlines. Ces deux sinistres, dont le montant assuré est de 370,6 M€ pour l'un et entre 386 et 463,2 M€ pour l'autre, figurent avec la destruction de l'aéroport de Tripoli (entre 309 et 347 M€) -autre fait de guerre- au rang des six sinistres majeurs de cette année.

Ces sinistres ne sont pourtant pas d'une nature nouvelle pour un marché qui se dit armé face à la recrudescence des risques de guerre et terroristes. Pour autant, parmi les crises qui enflamment l'Est de l'Europe, le Proche et  le Moyen-Orient, émerge une nouvelle inconnue pour les réassureurs et leurs cédantes : celle des éventuelles sanctions auxquelles ils peuvent s'exposer, à leur insu, par une mauvaise gestion de leur implication dans les zones soumises au blocus. Un dispositif complexe qui touche autant les pays que les individus.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 22 janvier 2021

ÉDITION DU 22 janvier 2021 Je consulte

Emploi

Aubéane Mutuelle de France

Responsable Contrôle Interne, Gestion des Risques et Conformité (H/F)

Postuler

SOLUSEARCH.

Animateur commercial H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assurance dommages aux biens pour MISTRAL HABITAT.

Vallis Habitat - OPH du Vaucluse

21 janvier

84 - AVIGNON

Huissiers phase comminatoire amiable.

Direction Régionale des Finances Publiques de Franche-Comté

21 janvier

25 - BESANCON

Séparation fonctionnelle du PLIE de Grenoble-Alpes Métropole.

Grenoble-Alpes Métropole

21 janvier

38 - GRENOBLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Cat'nat' et tempêtes géopolitiques restent au coeur de l'activité des réassureurs (RVS)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié