Le Lloyd's ne s'endort pas sur ses lauriers

Malgré d'excellents résultats l'année dernière, le marché tricentenaire de l'assurance londonienne a exhorté ses membres à plus de discipline. La souscription restera ferme, dans un souci de rentabilité.

Du jamais vu dans l'histoire du Lloyd's : le marché tricentenaire de l'assurance londonienne a publié, le 3 avril, des bénéfices imposables records de 3,84 Md£ (5 MdE) - comparés à 3,66 MdE l'année précédente. Son ratio combiné, qui rapporte le coût des sinistres et les frais de gestion aux primes, s'est élevé à 84 %, un résultat très légèrement dégradé sur une année (il s'établissait à 83,1 % en 2006), mais toujours largement supérieur aux ratios des assureurs et réassureurs américains, européens ou bermudiens.

Les inondations coûtent moins cher que les ouragans

À l'occasion de la présentation de ces résultats, Richard Ward, le directeur général du Lloyd's, ne s'est pourtant pas laissé aller à l'euphorie. Il a rappelé que 2007 avait été une année exceptionnelle, marquée par une quasi-absence de catastrophes naturelles. Le montant des indemnisations versées à l'occasion des sinistres, notamment celles des inondations de l'été dernier en Grande-Bretagne, a tout de même représenté 501 M£ (638 ME). Un bilan nettement plus lourd, donc, qu'en 2006 avec 52 M£ (65,7 ME). Mais ce niveau reste très inférieur aux 3,8 Md£ déboursés en 2005 après les ouragans américains Wilma et Katrina.

Enron a servi de repoussoir aux « subprimes »

Parmi les autres bonnes nouvelles, le Britannique a repris d'importants excédents de réserve - qui s'élèvent à 1 081 ME, contre 341 ME en 2006 - et le portefeuille d'investissement a rapporté 1,5 MdE, en hausse de 21 %. Enfin, le Lloyd's a très peu souffert de la crise des « subprimes ». Il faut dire que les membres du Lloyd's ont considérablement réduit leur exposition à ce type d'activités, après des débâcles comme celles d'Enron. « À l'heure actuelle, nous avons reçu l'équivalent de 90 à 100 demandes d'indemnisation liées à ces sinistres depuis le début de la crise l'été dernier », a expliqué Luke Savage, directeur financier du Lloyd's. « Parmi ces demandes, nous avons constaté une action collective contre une banque américaine, mais aussi des demandes d'indemnisation pour fraudes et négligences », a-t-il précisé.

L'ensemble de ces bonnes nouvelles a cependant eu l'effet pervers d'exercer une pression sur les taux des primes et un assouplissement des conditions dans toutes les branches d'assurance. « Nous allons donc devoir continuer à maintenir une certaine discipline de souscription avec un objectif de rentabilité, et non de recherche à tout prix de parts de marché », a commenté Richard Ward. D'ores et déjà, les agents généraux du Lloyd's ont été priés de revoir leur modèle économique afin de coller aux nouvelles conditions du marché de l'assurance en 2008. Signe que le Lloyd's ne relâche pas la pression sur ses membres.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché public de prestation de services en assurances.

Ville de St Mandé

21 juillet

94 - ST MANDE

Prestations de services d'enrichissement de portefeuilles d'investissements pour le...

FGA Fonds de Garantie des Assurances

21 juillet

94 - VINCENNES

Marché de service relatif à la prestation d'assurance..

Ville de St Dié des Vosges

21 juillet

88 - ST DIE DES VOSGES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le Lloyd's ne s'endort pas sur ses lauriers

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié