[DOSSIER] Optimiser la capacité de la réassurance 3/5

« Le marché doit s’habituer à une gestion dynamique de la solvabilité »

Comment Scor se prépare-t-il à Solvabilité 2 ?
Philippe Trainar (Chief Economist and Senior Global Advisor to the Chairman) :
Scor s’est préparé de longue date à Solvabilité 2 et a très vite intégré les avancées apportées par cette réforme (notamment la reconnaissance de la diversification et des groupes). Scor a ainsi été le premier groupe à finaliser la livraison à l’autorité de contrôle, l’ACPR, de son modèle interne il y a un peu plus d’un an, ainsi que de son rapport Orsa en 2013. Le modèle interne de Scor est un véritable écosystème. Il structure le risk management, qui structure lui-même la gestion de l’entreprise. La diversification, qui est au coeur de cette démarche, est un travail de tous les instants de la part des souscripteurs et gestionnaires d’actifs du Groupe, avec un souci constant de toujours mieux diversifier les risques auxquels nous sommes exposés.


Comment abordez-vous l’achat de réassurance des cédantes dans l’optique de Solvabilité 2 ?
Vincent Foucart (Responsable de la business unit d’Alternative Solutions du groupe Scor Global P & C) : La recherche de bénéfice de diversification, reconnu par Solvabilité 2, nous apporte un flux d’affaires très intéressant. Nous sommes sollicités pour optimiser la gestion du capital de nos clients, à travers des solutions traditionnelles ou alternatives. Alternative Solutions, notre nouvelle unité, dispose en particulier d’un portefeuille de solutions aidant les entreprises à mieux maîtriser le capital disponible et requis. Mais ce capital management, capable d’intégrer diverses contraintes, n’est pas réservé à Solvabilité 2. D’autres approches créent de la demande en deal de solvabilité comme par exemple, les problématiques d’agences de notation, ou indirectement Bâle III pour les bancassureurs. Disons que Solvabilité 2 est un aiguillon qui suscite l’intérêt des sociétés qui n’y seraient pas encore intéressées.

Solvabilité 2 a-t-elle déjà modifié la demande ?
Vincent Foucart :
Qu’elle soit suscitée par Solvabilité 1 ou Solvabilité 2, par d’autres régulations locales ou par Bâle III, la solvabilité ne doit pas être appréhendée de manière statique, mais dans une gestion dynamique. Etre aujourd’hui « Solvabilité 2 compliant » ne veut pas seulement dire avoir une solvabilité instantanée satisfaisante, mais également pouvoir absorber les chocs quand ils surviennent. D’où l’intérêt des solutions que nous développons pour nos clients. La demande est aujourd’hui bien plus sophistiquée et plus holistique. De manière globale, l’accroissement des standards de risk management fait réfléchir l’ensemble des acteurs. Pour autant, seuls les premiers arrivés seront servis !

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 20 mai 2022

ÉDITION DU 20 mai 2022 Je consulte

Emploi

CABINET SCHÜLLER & SCHÜLLER

MANDATAIRES D’INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCE H/F

Postuler

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

DESIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUX COMPTES POUR LES EXERCICES 2022 A 2027 INCLUS.

Comité Régional du Tourisme - Ile de la Réunion Tourisme

17 mai

974 - ST PAUL

SERVICES D'ASSURANCES.

Ville de Baie Mahault

17 mai

971 - BAIE MAHAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

« Le marché doit s’habituer à une gestion dynamique de la solvabilité »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié