Munich re confiant malgré le poids des cat'nat'

Munich re confiant malgré le poids des cat'nat'

Le rachat de 6,5 millions d'actions -soit 3,6 % du capital- pour un volume d'un milliard d'euros annoncé en août dernier par Nikolaus vom Bomhard, président du directoire, vient d'être confirmé ce matin par Munich re au cours de la présentation des résultats des neuf premiers mois.

Cette opération qui sera bouclée fin avril à l'assemblée générale, fait suite à une série de rachats d'actions depuis sept ans, pour un volume total de six milliards d'euros.

Bien que cette transaction ne nuise en rien la faculté du groupe à saisir de nouvelles opportunités de croissance, comme l'a indiqué Jörg Schneider, membre du directoire en charge des finances, la nouvelle n'a pas entièrement convaincu les investisseurs. Le titre Munich re, qui avait clotûré à 154,5 euros hier soir, subit un recul de 1,1 % à 152, 80 euros en ce début de journée.

La faute en est aussi aux résultats des neuf premiers mois. Conformément aux pronostics, le premier réassureur mondial annonce des chiffres en retrait par rapport à 2012. Le volume de primes baisse de 1,1 % à 38,6 milliards d'euros (dont -0,9% à 21 Md€ pour la réassurance et -2,3 % sur les activités assurance de la filiale Ergo) et le résultat opérationnel fléchit de 18,4 % à 3 milliards. Enfin, le bénéfice est en net recul à 2,16 milliards d'euros contre 2,73 milliards sur la même période de 2012 (-21%).

Il est vrai que le groupe a subi des pertes consécutives à la vente, en septembre dernier, de sa filiale santé Windsor Health Group aux USA. Mais la principale raison est la lourde charge des sinistres : 1,3 milliard d'euros depuis janvier contre 1 milliard sur les 9 premiers mois de 2012. Près de la moitié sont imputables aux cat'nat (645 millions d'euros), dont 306 millions pour le seul troisième trimestre. Les grêles et les inondations de juin et juillet en Allemagne auront coûté 180 millions d'euros au réassureur. Les deux ouragans survenus au Mexique en septembre, 150 millions d'euros. « Des effets négatifs certes mais qui devraient être lissés sur le temps », a estimé en substance Jörg Schneider qui persiste à tabler sur un bénéfice de trois milliards en fin d'année.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 27 novembre 2020

ÉDITION DU 27 novembre 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

CRETEIL HABITAT SEMIC

CHEF DU SERVICE MARCHE/ASSURANCES H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Munich re confiant malgré le poids des cat'nat'

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié