Réassurance : vers une nouvelle année de baisse tarifaire

Réassurance : vers une nouvelle année de baisse tarifaire

Selon Standard and Poor’s, le cycle baissier va se poursuivre, sous la pression concurrentielle. Mais les grands réassureurs résistent grâce à la solidité de leur capital et une politique de souscription rationnelle.

Les grands réassureurs vont-ils voir le bout du tunnel ? Le cycle baissier observé sur le marché de la réassurance de biens et de responsabilité (P&C) depuis 5 ans devrait se poursuivre, selon l’agence de notation Standard and Poor’s. Les renouvellements de traités en début d’année avaient laissé augurer une stabilisation des prix : la baisse tarifaire s’est limitée à 3,7% en janvier 2017, contre 8,8% un an plus tôt, et à 5% en avril 2017, selon l’index de prix de Guy Carpenter.  Mais les renouvellements du 1er juin ont montré que la tendance baissière reprend de plus belle : les prix reculant de 5,1%, contre 3,1% un an plus tôt, selon l’index de JLT Re.

Selon Standard and Poor’s, cette reprise à la baisse est due à l’intense compétition entre les acteurs traditionnels et alternatifs et une évolution récente du modèle de vente qui a fait reculer les pertes attendues sur certains risques de catastrophes naturelles. Les cédantes continuent, par ailleurs, de faire pression pour des commissions de cession plus importantes sur les traités de réassurance traditionnels en quote-parts.

Acteurs alternatifs et abondance de capital

La tendance baissière est surtout due à l’abondance de capital sur le marché, atteignant un record de 81 Mds $ en 2016, contre 72 Mds un an plus tôt. Cela est dû à l’arrivée sur le marché d’investisseurs institutionnels investissant dans des nouvelles classes d’actifs offrant un meilleur rendement, comme les obligations catastrophes naturelles (catbonds). Baptisées «insurance linked securities», ces mécanismes de couverture des risques liés aux cat’ nat’, négociés sur les marchés financiers, constituent une alternative à la réassurance traditionnelle.

D’autre part, après des années de sinistralité faible, le coût des catastrophes naturelles en 2016 est revenu à la normale : 54 Mds$ de pertes assurées, selon Aon Benfield (légèrement au-dessus de la moyenne des 10 dernières années), ce qui pèse sur les ratios combinés des réassureurs (entre 8 et 10 points).

Des stratégies d'adaptation variables

Standard and Poor’s reste optimiste sur la capacité des réassureurs à résister, plaçant le secteur sous perspective stable. Pour s’adapter à ce nouvel environnement, les réassureurs jouent sur la discipline de souscription. Les stratégies varient d’un acteur à l’autre : certains jouent la carte des fusions-acquisitions pour bénéficier d’économies d’échelle, d’autres développent les opérations d’assurance primaire. D’autres encore se positionnent sur des risques plus complexes et réduisent leur exposition aux lignes de métiers catastrophes les plus soumises à la pression tarifaire. Une autre stratégie consiste à retourner l’excès de capital aux actionnaires.

Dans ce contexte de marché, des poches de croissance persistent, à l’instar du marché hypothécaire américain, le risque terroriste et le risque cyber – bien que ce marché soit peu développé pour l’heure -  et les marchés émergents, sur lesquels la pénétration de la réassurance reste faible, notamment la Chine et l’Inde.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 03 avril 2020

ÉDITION DU 03 avril 2020 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

Futur Associé H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de services d'assurance construction.

Sud Massif Central Habitat

04 avril

12 - ST AFFRIQUE

Marché de services d'assurance construction.

Lozère Habitations

04 avril

48 - MENDE

Prestations d'Assurances pour l'OPH CAPA - LOT DOMMAGE AUX BIENS.

OPH de la Communauté d'Agglomération du Pays Ajaccien

04 avril

20 - AJACCIO

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Réassurance : vers une nouvelle année de baisse tarifaire

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié