Scor se fixe une croissance organique de 7% par an jusqu'en 2016

Scor se fixe une croissance organique de 7% par an jusqu'en 2016
Denis Kessler, PDG de Scor.

La réassurance est au coeur de l'actualité cette semaine, dans le cadre des Rendez-vous de septembre 2013 qui se tiennent du  7 au 11 septembre. Retrouvez les temps forts de l'événement sur le site de l'Argus de l'assurance.

Dans ce contexte, Denis Kessler, le PDG de Scor, a présenté au marché, mardi 3 septembre, son nouveau plan 2013-2016, Optimal Dynamics. Le volet gestion d'actifs a suscité beaucoup de questions chez les investisseurs, manifestement plus confiants sur le volet purement opérationnel.

«Ne vous attendez pas à de grands changements : nous n’avons aucune raison de modifier substantiellement notre feuille de route.» C’est avec ce préambule que Denis Kessler, le PDG de Scor, a introduit, ce mercredi 4 septembre, la présentation aux investisseurs et aux analystes de son nouveau plan stratégique, Optimal Dynamics. Plan dont Denis Kessler a détaillé les enjeux dans une interview à l’Argus de l’assurance, à paraître le 6 septembre.

Deux objectifs principaux

Sur le papier, en effet, les deux grands objectifs du groupe pour la période 2013 – 2016 s’inscrivent dans la même veine que ce que prévoyait Strong Momentum V1.1 sur 2010-2013. Le cinquième réassureur mondial se fixe deux cibles principales : atteindre un niveau de rendement des fonds propres (ROE) supérieur de 1 000 points de base au taux sans risque à trois mois tout au long du cycle et maintenir un ratio de solvabilité «optimal» compris entre 185% et 220% du SCR (le capital de solvabilité requis tel que défini dans Solvabilité 2), ce qui correspond à un niveau de sécurité financière équivalent, dixit le groupe, à une notation «AA».

Renforcement de la position concurrentielle

A titre de comparaison, le groupe termine son plan Strong Momentum V1.1 sur un ROE moyen supérieur de 932 points de base au taux sans risque (après prise en compte des dépréciations passées sur le portefeuille d’actions). Et il affiche actuellement un ratio de solvabilité de 221%, intégrant la récente acquisition de Generali US. Denis Kessler pointe parallèlement un «renforcement continu de la position concurrentielle», citant une croissance annuelle moyenne de 12,3% sur la période 2010-2012, quand ses quatre principaux concurrents (Hannover Re, Munich Re, Partner Re et Swiss Re) ne progressaient en moyenne que de 5,4% par an. Le groupe devrait peser 10,9 Md€ de primes à la fin de l’année

Modèle unique

Sur le plan opérationnel, le groupe s’estime bien positionné, grâce à son modèle «unique», construit sur une parité parfaite entre réassurance vie et non vie, pour continuer à améliorer ses indicateurs. Scor table ainsi sur une croissance organique annuelle moyenne de 7% sur 2013-2016. En non vie, il vise une croissance de 8,5% - avec une hypothèse de prix stables sur la période, jugée plutôt optimiste par certains analystes - et sur un ratio combiné de 93% - 94%, contre 95% actuellement, et ce malgré une hausse du budget cat’nat’, à 7 points de ratio combiné. En vie, l’objectif est une croissance organique de 6%, avec une marge technique de 7%, contre 7,4% actuellement, la légère dilution s’expliquant par le développement, souhaité, des activités de longévité (l’objectif est de doubler le portefeuille, à 400 M€), moins margées mais aussi moins consommatrices de capital.

Rendement des actifs

Le principal défi, en réalité, est plus à chercher du côté des actifs. Misant sur une remontée des taux d’intérêt, qui, assure-t-il, lui sera profitable, le groupe table sur un rendement des actifs supérieur à 3% d’ici à 2016. Comparativement, il était de 2,5% au premier semestre 2013, après prise en compte des dépréciations. C’est finalement la gestion d’actifs – que le groupe présente comme son troisième moteur - qui a suscité le plus de questions chez les investisseurs. Pour les rassurer, Scor leur promet un dividende équivalant à au moins 35 % des bénéfices réalisés au cours des trois prochaines années. En attendant, le titre reculait de 0,72% à la clôture, dans un marché en hausse de 0,16%.

Géraldine Vial et Marie Luginsland

Emploi

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

SERPINET CONSEIL

Inspecteur Commercial SUD 12 15 30 34 48 81

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Frais de santé et prévoyance.

1001 VIES HABITAT

22 janvier

92 - NANTERRE

Prestations d'assurances.

SPL Occitanie Events

22 janvier

34 - PEROLS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Scor se fixe une croissance organique de 7% par an jusqu'en 2016

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié