[DOSSIER] Optimiser la capacité de la réassurance 4/5

Solvabilité 2 ou le rendez-vous manqué

À seize mois de son entrée en vigueur, Solvabilité 2 n'a pas - encore - joué, pour les réassureurs, le rôle de relais de croissance qu'on lui prédisait. Mais ils n'ont pas dit leur dernier mot.

La ruée sur la réassurance n'a pas eu lieu. Question de timing, conviennent les acteurs. Depuis plus d'une décennie, les grandes compagnies font du Solvabilité 2 avant l'heure. Elles gèrent au plus près leurs achats de réassurance en centralisant les cessions de leurs filiales. Et utilisent aussi beaucoup mieux leur capital, en valorisant leur diversification.

Axa a entamé ce processus au début des années 2000, entraînant dans son sillage la plupart des grands acteurs européens. Tous les assureurs ont-ils pour autant fait leurs devoirs ? « C'est probablement vrai pour le top 20, mais dès que l'on descend dans le classement, et en particulier en dessous des dix premiers français, on constate un fossé entre le discours officiel et la réalité. Nombre de mutuelles, y compris certaines des plus grandes, étaient encore il y a quelques mois en train de définir leurs objectifs, leur appétence, leur gouvernance, en un mot, leur ADN », observe Philippe Foulquier, professeur et directeur du pôle de recherche en analyse financière et comptabilité à l'Edhec. Or, de ces définitions et calibrations découlera leur politique de gestion des risques sous Solvabilité 2, avec vraisemblablement à la clef « un rôle majeur pour la réassurance », prédit-il.

En effet, la formalisation des politiques de gestion des risques va exiger des réassureurs « qu'ils apportent, au-delà des solutions de gestion des risques extrêmes par entité, une réponse à la gestion d'un modèle de capital économique », explique Philippe Foulquier.

  • 50 % des assureurs interrogés estiment que la réassurance peut les aider à réduire le SCR marché
  • 27 % pensent que l'entrée en vigueur de Solvabilité 2 va, à terme, amener leur société à renégocier sa réassurance
  • 38 % des compagnies d'assurance vie, mutuelles vie et institutions de prévoyance disposent d'un programme de travaux pour poursuivre les études du plan de réassurance sous Solvabilité 2
  • 85 % sont satisfaits de leur réassurance vie
    Source : sociétés

RÉASSURANCE VIE : TRANSFORMER L'ESSAI AVANT LE 1ER JANVIER 2016

À 16 mois du 1er janvier 2016, les assureurs vie n'ont pas encore complétement saisi les effets positifs que pouvait jouer la réassurance sous Solvabilité 2, selon une enquête OpinionWay pour RGA. Alors que l'échéance de l'entrée en vigueur de Solvabilité 2 approche, les assureurs vie n'ont pas encore intégré la réassurance dans cette nouvelle approche réglementaire. Pourtant, ils sont en général conscients de ses vertus. Ce tableau émane d'une enquête auprès de 87 responsables de compagnies d'assurance, de mutuelles et d'institutions de prévoyance (directeurs, responsables techniques ou financiers et direction générale), réalisée entre avril et mai derniers par l'institut de sondage OpinionWay pour le réassureur vie RGA, numéro trois du marché. Seules 38 % des personnes interrogées annoncent ainsi avoir mis en place un programme de travaux afin de poursuivre les études du plan de réassurance sous Solvabilité 2. Et parmi elles, uniquement un peu plus de la moitié s'y sont déjà attelées. À comparer aux 54 % de répondants qui ont déclaré ne pas disposer d'un tel planning. D'ailleurs, ils ne sont que 57 % des dirigeants à être directement impliqués dans les travaux préparatoires à l'entrée en vigueur de Solvabilité 2. Il est vrai que pour 91 % des répondants, les équipes chargées du projet connaissent les impacts de la réassurance sur le ratio de solvabilité et sur le bilan économique.

Pour autant, cette maîtrise aura peu d'impact sur les achats de réassurance. L'entrée en vigueur de Solvabilité 2 n'amènerait ainsi que 27 % des sociétés à renégocier leur réassurance à terme. Dans 13 % des cas, l'intégralité du plan sera renégociée à deux ans, pour 31 % à cinq ans et 31 % à dix ans. Les réassureurs pourront alors compter dans 61 % de ces situations sur l'implication de la direction générale. Une maigre consolation quand 41 % des personnes interrogées déclarent que le 1er janvier 2016 ne changera rien à la situation actuelle.

Capital confiance

Ces données sont d'autant plus surprenantes que 84 % des sondés déclarent reconnaître que la réassurance permet de répondre aux contraintes réglementaires de marge de solvabilité, et que 86 % des directions générales connaissent l'impact de la réassurance sur le ratio de solvabilité.

La moitié des répondants a d'ailleurs compris que la réassurance devrait permettre de réduire tout ou partie du SCR marché, mais ils ne sont parmi eux que 55 % à « envisager d'aller jusqu'au transfert de certains actifs », la mise en oeuvre de Solvabolité 2 amenant une dimension beaucoup plus financière dans les programmes de réassurance vie. Sachant que plus de 85 % des sondés sont satisfaits de leur réassurance et que plus de 93 % en manient les bases fondamentales, il ne reste plus aux réassureurs qu'à miser sur ce capital confiance pour faire passer leur nouveau message.

Philippe Derieux, directeur général délégué d'Axa Global P et C et directeur de la réassurance du groupe Axa
« Solvabilité 2 n'a pas modifié fondamentalement nos achats de réassurance »

« Solvabilité 2 est un accélérateur de rationalisation des schémas de réassurance. Cela a conduit les groupes à renforcer leurs modèles et à affiner leur appétit au risque. Toutefois, le développement à l'international avait déjà conduit à ce mouvement. Le fait de rassembler les risques au sein d'un outil commun à l'ensemble du groupe a permis dans un premier temps de lui faire jouer le rôle de centrale d'achat. Avec le temps, cela s'est enrichi d'une conservation des risques et d'une expertise technique plus pointue partagée avec les filiales, améliorant ainsi pour chacun la connaissance de ses risques. Cela permet aussi de démontrer aux marchés financiers les synergies obtenues, donc de prouver que nous sommes un vrai groupe. Solvabilité 2 n'a donc pas modifié fondamentalement nos achats de réassurance, sinon cela voudrait dire que nous n'avions rien fait auparavant ! Toutefois, Solvabilité 2 amène pour tout le marché en Europe des obligations auxquelles chacun doit se soumettre, dont plus de gouvernance et de reporting. Mais en dictant l'appréciation du risque par une définition de ce qui est plus ou moins risqué, cela pourrait conduire à un comportement moutonnier du marché et amplifier les cycles. »

Nombre de mutuelles sont encore en train de définir leurs objectifs, leur appétence, leur gouvernance, en un mot, leur ADN.

Philippe Foulquier, directeur du pôle de recherche en analyse financière et comptabilité à l’Edhec

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 20 mai 2022

ÉDITION DU 20 mai 2022 Je consulte

Emploi

Adis Assurances

Rédacteurs Règlements en Prévoyance H/F

Postuler

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

DESIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUX COMPTES POUR LES EXERCICES 2022 A 2027 INCLUS.

Comité Régional du Tourisme - Ile de la Réunion Tourisme

17 mai

974 - ST PAUL

SERVICES D'ASSURANCES.

Ville de Baie Mahault

17 mai

971 - BAIE MAHAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Solvabilité 2 ou le rendez-vous manqué

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié