Réforme de l’épargne : la Faider « très réservée » sur le fonds euros bonifié

Le ministre de l’Economie a lancé une consultation publique sur la future loi PACTE. La Faider a exprimé ses réserves quant à l’instauration d’un contrat d’assurance vie dont la garantie du capital serait fonction de la durée de détention du contrat.

Partager
Réforme de l’épargne : la Faider « très réservée » sur le fonds euros bonifié
La Faider a participé à la consultation publique ouverte dans le cadre de la loi PACTE.

Soumise à consultation dans le cadre de la loi PACTE, l’idée d’« une modulation de la garantie des nouveaux contrats d’assurance-vie en fonds euros selon la durée de détention » ne fait pas l’unanimité. La Faider (Fédération des associations indépendantes de défense des épargnants pour la retraite) s’est déclarée « très réservée ».

Egalement soutenue par les assureurs, cette idée de fonds euros bonifié consisterait à abaisser la garantie du capital en cas de détention inférieure à une certaine durée (8 ou 10 ans) et donc à bonifier cette garantie en cas de détention longue. Si la fédération ne conteste pas l’objectif de la mesure, à savoir, orienter davantage l’assurance vie vers les placements longs et productifs, elle conteste, en revanche, le fait de toucher à la garantie du capital à 100% avant 8 ans. Elle indique dans sa réponse à la consultation publique que : « l’assurance vie cela veut dire assurance en cas de vie : elle apporte une garantie surtout en cas d’accidents de la vie : ce n’est pas seulement un placement financier. Quid en cas d’invalidité ou de décès avant huit ans par exemple ? ».

Proscrire toute rétroactivité

En outre, pour la Faider, il ne faut en aucun cas graver cette mesure dans la loi mais plutôt la laisser à la main des acteurs. Et d’ajouter : « si les Pouvoirs publics choisissent néanmoins la voie réglementaire, toute mesure rétroactive est à proscrire, car il s’agirait d’une tromperie de la confiance que les épargnants ont mise dans le premier produit d’épargne financière à long terme en France ».

Réviser le régime Solvabilité 2

La fédération estime en effet que les épargnants ne sont pas responsables de la faible part de l’épargne actuelle investie en actions. Une responsabilité qui, pour elle, appartient aux assureurs mais qui nécessite de s’attaquer aux « vraies causes », c’est-à-dire de revoir la directive Solvabilité 2 qui impose aujourd’hui une charge en capital élevée en cas d’investissements en actions.

Enfin, la Faider demande que « l’attractivité de l’épargne longue soit rétablie par une moindre pénalisation fiscale par rapport à l’épargne court terme ».

SUR LE MÊME SUJET

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

ANALYSTE CYBERSOC (H/F)

La Mutuelle Générale - 11/01/2023 - CDI - Paris - 13ème arrondissement

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS