Renouvellements : Scor privilégie la profitabilité à la croissance

Renouvellements : Scor privilégie la profitabilité à la croissance
« Les traités cat’ nat’ américains restent un segment de business intéressant même si nous ne sommes pas opportunistes », confie Victor Peignet, directeur général de Scor Global P&C. © Nathalie Oundjian

Après Hannover Re, Scor a livré les résultats de ses renouvellements de janvier en dommages et spécialités. Avec une croissance modérée des primes brutes de 2%, le réassureur français a consacré sa priorité « au maintien de la profitabilité ».

« Un transfert de capital des marchés compétitifs (Europe, Moyen-Orient, Afrique) vers les Etats-Unis », résume ainsi Victor Peignet, directeur général de Scor Global P&C (Property & Casualty) à propos de la campagne de renouvellements du 1er janvier 2016. Le réassureur français, qui renouvelait 68% des primes en non vie (71% P&C et 29% traités de Spécialités), a dégagé une croissance des primes brutes de 2% à taux de change constants pour atteindre 3 Md€.  Les prix sont, quant à eux, ressortis en légère baisse, de l’ordre de 1%.

La rentabilité préservée grâce aux Etats-Unis

Scor est parvenu à maintenir un niveau de rentabilité technique « quasi stable » par rapport à janvier 2015, malgré les pressions tarifaires qui continuent de peser sur l'ensemble du marché international, conformément aux projections des Rendez-vous de Septembre et de Baden-Baden. « Entre mi-novembre et mi-décembre, nous avons évalué les vases communicants pour maintenir la profitabilité », rappelle Victor Peignet. Quitte à sacrifier quelques affaires peu rentables en particulier en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, trois marchés jugés « très compétitifs » où les primes ont reculé de 2%.

A l’inverse, le groupe a reçu « beaucoup de sollicitations aux Etats-Unis et une bonne réceptivité des clients », lui permettant d’engranger « plus d’une centaine de millions d’euros d’affaires », soit une croissance de près de 25%. Une progression toute aussi diversifiée entre le property, le casualty et les spécialités. « Les traités cat’ nat’ américains restent un segment de business intéressant même si nous ne sommes pas opportunistes », confie Victor Peignet.

Aucune réaction du marché après Tianjin

En Asie-Pacifique, Scor évoque de « bons résultats » en dépit de l’absence de croissance (baisse des primes de 2%) et des difficultés observées sur le marché chinois. En Chine justement, le réassureur estime que l’impact de la catastrophe de Tianjin n’est pas encore digéré par le marché. « On n’aurait bien voulu une réaction », concède Victor Peignet. Seuls les assureurs les plus touchés ont réévalué leur programme de réassurance.

Perspectives 2016 confirmées

A l’aune de ces renouvellements et des taux de change actuels, Scor Global P&C a indiqué viser un chiffre d'affaires brut de près de 6 Md€. Dans le même temps, l’amélioration des conditions de sa rétrocession permet à la branche non-vie du réassureur de valider son hypothèse d’un ratio combiné net proche de 94% pour la dernière année du plan stratégique à trois ans «Optimal Dynamics».

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 octobre 2020

ÉDITION DU 23 octobre 2020 Je consulte

Emploi

BANQUE DE FRANCE

Directeur de mutuelle H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé de relation client Emprunteur H/F.

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance statutaire du personnel.

Ville de Gagny

24 octobre

93 - GAGNY

Service d'assurance multirisques du patrimoine mobilier et immobilier de la SEM HAB...

SEM Habitat Pays Châtelleraudais

24 octobre

86 - CHATELLERAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Renouvellements : Scor privilégie la profitabilité à la croissance

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié